Thérolinguistique, un nouveau mot canard

Vous vous souvenez, cet été j’ai été adopté par une famille de canard malard. Ce que je sais de leur langue particulière ne me permettra pas d’écrire un traité de physique nucléaire. Mais peut-être un tout petit poème d’amour.

Suite aux grandes interrogations de Laflote sur l’écriture des blogs. J’avais pensé revenir sur l’art particulier de cette écriture. Sa joyeuse parlotte, qui semble totalement farfelue, mais qui nous questionne, par une drôle de tournure d’esprit sur le seul vrai réel, le quotidien dans l’art de continuer. Il y a là une gymnastique de l’esprit, qui mérite d’être étudiée. Confronter ce style avec la maître du genre, Angel et la nouvelle Mère indigne qui a tout à fait compris ce qu’est le genre. Il faudrait aussi l’opposer au style d’Anitta, qui, même si elle nous fait beaucoup jeûner, a quand même placé une forme particulière, « non-blogueste » du genre.

Laflote, reprend ton travail, ton sujet de maîtrise est tout trouvé. : « Le genre blogueur existe-y-il? » le corpus est considérable, mais l’avenir est là pour une grande professeure.

Trop de boulot aujourd’hui. J’ai tapé trop fort sur le clavier, et j’ai eu mal à l’épaule gauche. Solution se détendre, en mettant une ligne à l’eau. Pêcher est un grand mot, tant je sais les poissons cachés très profondément pour éviter la température niveau piscine des eaux de surface.

La cane malard vient tout de suite me voir. Elle est seule et me semble bien triste. J’ai ma réserve de pain perdu caché dans une boîte au bout du quai… je lui en offre, silence. Elle n’a pas faim, vient vers moi et repart plusieurs fois, comme si elle me demandait de remplacer ses canetons. Je ne peux pas, j’ai trop de boulot. Et puis les canetons, c’est fait pour partir. Alors, ce ne serait que déplacer le problème. Elle continue sa route.

Les 5 petits arrivent, fier de leur nouveau brevet de pilote, ils imitent les bombardiers, volant en formation groupée en rase-mottes. Amerrissage parfait, il y a regroupement autour de moi.

Peut de coin-coin, on passe tout de suite au « houi » mon pain sert enfin à quelque chose. Mais on a quelque chose d’autre à me dire. Deux des petites canes très affectueuses en sont déjà au « roui-roui », je mets le pain directement dans le bec, cela ressemble presque à un ronronnement de chat..

Il y a un jeune mâle qui ne veut pas de pain. Je remarque qu’il y a une aile qui ne ferme pas complètement. Je présume qu’il sait ne pas pouvoir faire la route jusqu’au Sud. Les deux petites canes ont un nouveau mot; « prrraaaa » « prrraa », c’est certainement un mot triste.

Ils vont bientôt partir… Était-ce un au revoir? Était-ce une façon de dire que le frère n’en sera pas? Me demande-t-on de faire quelque chose? Et ce quelque chose est-ce un geste de frère ou un geste de prédateur? Est-ce que cela pourrait être le même geste?

Être membre d’une famille canard est une lourde responsabilité.

Commentaires

1. Le samedi 29 juillet 2006, 13:28 par Laflote

Adopté par des canards ??? Moâââ, je dis, tu n'es pas un ours tout à fait normal... Mais ça, on l'savait déjà, n'est-ce pas ???

D'autre part, figure-toi que je me suis déjà posé la question d'un "travail" sur le blog, genre ou pas, en tous cas, sur tout ce que ce nouveau mode d'expression (le mot "communication" est tellement galvaudé), sur les "liens" qu'il permet, sur ses dangers, ses joies, ses peines...
Il me semble, en effet, qu'il y a comme un créneau à prendre !!!! Cependant, il faudrait que j'y consacre plus de temps (à la blogosphèèère) afin de travailler sur un corpus plus élargi que celui qui est le mien à l'heure actuelle... Et comme je l'ai dit dans un de mes billets, je ne veux pas que la place, déjà importante, qu'occupe cette "activité" augmente. MAIS, il n'est pas impossible que je gratouille, que je creuse, que je dépèce, l'air de rien, cet univers qui me fascine (au sens premier du terme).

Je fais une carresse sur le sommet de ta tête aux poils si blancs et, je n'en doute pas, si soyeux... ;-)

2. Le dimanche 30 juillet 2006, 01:29 par TT02

Les canards, c'est commun. Les canards, on ne les voit pas. Aujourd'hui au zoo, on a pris en photo les flamands rose, les grues, les marabouts et les emeus. Mais quand on est passé devant des canards on ne les a même pas regardés. Je me suis surprise à m'arrêter et à les observer. On est obligé de sourire tellement ils ont de mimiques.

3. Le dimanche 30 juillet 2006, 22:37 par mamicha

Le même geste sûrement ,par ta patte ce sera sûrement un geste d'amour...?

4. Le dimanche 30 juillet 2006, 22:53 par Moukmouk

mamicha--) téou? je croyais ne pas pouvoir te rejoindre avant le 15 aout?
TTo2--) c,est souvent le cas, on ne remarque pas la petite voisine, et pourtant un jour elle devient une princesse

5. Le dimanche 30 juillet 2006, 22:54 par nziem

Ils partent déjà pour le sud ?
J'ai l'impression qu'on t'a confié la garde d'un jeune canard jusqu'à l'année prochaine, tu vas devoir passer l'hiver là ! tu ne peux pas le laisser seul !?
Sur ce : "roui roui"

6. Le dimanche 30 juillet 2006, 23:19 par Moukmouk

Tiens... ça c'est une piste... je vais tenter de leur proposer cela... Angel a des canards de bain, je pourrais bien en avoir un dans mon lit.

7. Le lundi 31 juillet 2006, 09:09 par Anne

Ne l'écrase pas en dormant, quand même, pauvre canard :-)