Reprise: le ventre rose des douces dames

Promis, demain je parle du repas de vendredi. J'ai parlé des petits rorquals et j'ai le gout de ce billet, j'espère que vous aimerai.

Une jeune fille de même pas trois ans dit à sa maman qui l'habille : « Maman, j'ai besoin de rose.. ». Il y a Colette qui spécifie : « un rose cuisse de nymphe émue »... j'en rosis de plaisir.

Et puis les douces dames du Golfe Saint-Laurent, balaenoptera acutorostrata, les petits rorquals, rosissent aussi de bonheur. On dit petits rorquals, mais on devrait dire petites rorquals, les mâles ne viennent pas dans le Saint-Laurent, ils préfèrent le Groenland. Et puis même petit, il faut s'entendre sur les mots. Huit tonnes pour huit mètres de longueurs, c'est pas si petit que ça. Dix fois le poids d'un ours polaire bien nourri, je dis que ce n'est pas petit.

Les petits rorquals sont probablement l'espèce de baleine la moins décimée, alors les japonais en profitent pour la pourchasser sur toutes les mers du Monde. Comme s'il fallait à tout prix éteindre tout espoir de survie pour tout ce qui est vivant. La moins décimée, parce que probablement la plus rapide, la plus agile, des baleines. Mais maintenant qu'on la traque avec des satellites et qu'on la tue avec des harpons équipés de grenades explosives, comment espérer que la vie résiste à une telle passion de tuer.

Je l'ai déjà dit je crois, à cause de cette grande vitesse et agilité, les petits rorquals sont les moins étudiés des baleines. On sait qu'elles ont une grande connaissance des territoires qu'elles patrouilles, qu'elles adorent danser, et qu'elles s'alimentent surtout en surface. J'en ai connue une qui adorait le pain, mais il fallait qu'elle attende que la miche trempe et se défasse dans l'eau avant de l'avaler.

Toute l'énergie qu'elle déploie tant dans ses pointes de vitesse remarquable, ou dans ses cabrioles génère une chaleur qu'elle doit évacuer. Alors elle a un système particulier d'échange de chaleur sur le ventre, un radiateur en quelque sorte, où le sang peut venir se rafraichir au contact de l'eau froide de la mer. C'est le même truc que les oreilles d'éléphant, où les joues des humains quand une poussée d'hormone ou d'adrénaline vous échauffe les sangs.

Alors quand elles dansent, les douces dames du Saint-Laurent ont le ventre rose.

Commentaires

1. Le dimanche 8 mars 2009, 03:24 par Dodinette

"quand... il me prend dans ses bras.... qu'il me parle tout bas.... je vois la vie....."
elles me donnent envie de danser tes belles amies :)

2. Le dimanche 8 mars 2009, 14:06 par la Mère Castor

je connaissais (de réputation) l'éléphant rose, enchantée de faire la connaissance de la baleine cuisse de nymphe émue.

3. Le dimanche 8 mars 2009, 15:44 par Moukmouk

Mère Castor--) il faut aller au moins une fois dans sa vie à la chasse à l'éléphant rose. On ramène plus souvent un bon mal de tête que de la viande, mais c'est une chasse franchement rigolote.

Dodinette--) tu as raison elles adorent danser.

4. Le dimanche 8 mars 2009, 17:02 par Piranah chocolivore

J'aime le rose et les belles histoires, je suis servie :-)
Merci