Pauvres ours polaires!

La Norvège tient une réunion des 5 pays où il y a des ours polaires. Ils sont menacés à court terme et il faut tenter de faire quelque chose.

Vous comprenez que cette réunion a pour moi la plus haute importance, mais elle arrive vraiment trop tard. Il faut se souvenir qu'en 1973 les cinq pays où vit l'animal (États-Unis, Canada, Russie, Norvège et Danemark/Groenland) on signer un accord de protection du plus grand et du plus puissant prédateur vivant actuellement sur notre petite Planète. Cet accord visait d'abord à limiter la chasse.

Avant la présente réunion, il y en a eu une en 1981, comme quoi on accorde vraiment beaucoup d'importance au sujet. Il reste autour de 22 000 ours polaires essentiellement qui vivent et chassent sur la banquise de l'océan Arctique. Ils ont un énorme problème, la banquise disparaît. On peut peser, mesurer, évaluer le problème commence et finit là.

On cite souvent les spécialistes de l'US Geological Survey qui disent qu'il y aura moins de 6 000 ours en 2050. Cette évaluation a été produite en 2001 au moment ou on croyait que la banquise disparaitrait complètement l'été en 2100. Maintenant on sait qu'à moins d'un immense changement, l'océan Arctique sera libre de glace durant l'été en 2012.

Il va se passer la même chose que pour les ours de la Baie d'Hudson, durant l'été, ils vont se retirer sur une ile et attendre en jeunant que la glace revienne. Les réserves de gras qui les protègent des eaux froides vont tranquillement disparaître et ils vont mourir de froid. Il y a deux ans pour la première fois un ours blanc a mangé un autre ours blanc. C'est la faim qui va les tuer, la faim parce qu'il n'y a plus de glace.

Il est trop tard pour les ours. Mais après les ours ce sera les humains, n'en doutons pas. Freiner les changements climatiques c'est une question de survie. Alors pour fêter sa participation à la réunion de Norvège le gouvernement Harper vient de déclarer que la crise économique les forçant à agir rapidement, les évaluations environnementales des grands projets ne seront pas effectuées si l'état décide qu'il n'y a pas de danger apparent.

Autrement dit, les petits copains du gouvernement Harper vont pouvoir faire les mines les raffineries, les barrages et les autoroutes qu'ils veulent sans qu'il y ait d'étude d'impact. Vraiment une bonne façon de nous tuer.

Commentaires

1. Le mardi 17 mars 2009, 20:15 par Dodinette

bah oui, c'est ce que je dis depuis le début, la crise économique, au lieu de nous pousser à agir pour ralentir la crise écologique, ne va rien faire d'autre que donner l'excuse parfaite aux gouvernants pour en accélérer les effets boulede neige. la vie au mains des gestionnaires de fric. c'est beau le capitalisme.

2. Le mercredi 18 mars 2009, 07:29 par dieudeschats

Sans qu'il y ait d'étude d'impact ??? oO

3. Le mercredi 18 mars 2009, 11:20 par Moukmouk

DDC--) enfin on en fera juste quand ce sont les ennemis du gouvernement qui proposent des projets. l'horreur.

Dodinette--) mais on donne des grosses primes à ceux qui ont fait les dégâts pour qu'ils les réparent. C'est beau le capitalisme non?

4. Le jeudi 19 mars 2009, 12:56 par Fernand

Je voulais dire une connerie mais en fait, non. J'ai plus envie de déconner. Je me demande juste ce que choisira Coca-Cola comme animal fétiche. Un rat ? Un pigeon ? Moins de capital sympathie quand même…