Vacheries

Je gueule souvent sur l'épouvantable élevage du bœuf. La torture continue.

Les conditions d'élevage sont tellement pénibles que les producteurs perdent un pourcentage significatif de leurs profits. Problèmes aux os et aux articulations à cause de l'isolement des veaux dans des cages trop petites pour empêcher les contaminations, alimentation à base de maïs qui provoque non seulement de sévères problèmes gastriques, mais des problèmes respiratoires, entassement pour éviter que les bœufs bougent et perde de la masse graisseuse, la vie des bovins est tellement pénible qu'un certain nombre meure. C'est dur sur « la productivité » de l'élevage.

Le professeur Min Zhuo chercheur en neuroscience de l'Université de Toronto et le prof. Zhou-Feng Chen de l'université de Washington viennent de trouver LA solution. En modifiant certains gènes des bœufs, il serait possible d'inhiber la production de certaines protéines nécessaires au fonctionnement du « cingulate gyrus » antérieur ( je ne suis pas capable de traduire) la zone où le cerveau perçoit la douleur comme pénible. Autrement dit, le bœuf continue de ressentir la douleur, mais n'en est pas malheureux. Ce serait un des aspects du fonctionnement de la morphine.

En somme, les bœufs continueraient d'avoir mal mais n'en seraient plus malheureux. Quelle victoire de la science sur la nature, je vois tout de suite les très intéressantes applications sur les ouvriers des usines.

Comme le dit la FAO : la viande est : «excellente source de protéines de haute qualité, de micronutriments essentiels comme la vitamine B, et d'oligo-élements cruciaux comme le fer ou le zinc. » Il y a actuellement plus de la moitié de la population de la terre qui souffre plus ou moins de carences en fer, manger de la viande reste une solution au problème.

Mais il reste le coût environnemental : Les chiffres sont accablants : l'élevage est responsable, aujourd'hui, de 18 % des émissions totales de gaz à effet de serre (davantage que les transports); est à l'origine de 8 % de la consommation mondiale annuelle d'eau, et occupe près de 80 % de la superficie agricole de la planète, entre les zones de pâturage et celles produisant l'alimentation des animaux. Si vous voulez réduire les GES, c'est plus important de changer les lois et pratiques agricoles que de modifier l'organisation du transport.

Il y a aussi la santé publique : « "Environ 75 % des nouvelles maladies qui ont affecté les humains depuis dix ans sont causées par des pathogènes provenant d'animaux ou de produits d'origine animale", rappelle la FAO.

Produire mieux, et taxer la viande de bœuf dans les pays riches pour qu'ils en mangent, mais moins. C'est un début de solution.


EDIT: Puisque plusieurs personnes parlent en commentaire du film FOOD Inc. J'ai fait un billet là-dessus

Commentaires

1. Le vendredi 19 février 2010, 17:35 par TT02

ben tien je viens juste de finir de lire un post d'une copine sur la malbouffe

http://www.sisterofnight.com/articl...

2. Le vendredi 19 février 2010, 18:01 par Moukmouk

Merci, j'ai laissé un commentaire là-bas...

3. Le vendredi 19 février 2010, 19:31 par Raphaelle

Je suis presque végétarienne. Depuis assez jeune, quand il y avait eu la crise de "la vache folle", ça m'avait choquée de voir comment étaient traitées les vaches dans les élevages et aussi dans les abattoirs. Depuis, j'ai du mal à manger de la viande sans y penser. Alors tu penses bien que ton message me touche. (Sauf que je viens d'acheter un canard "bio" dans une assoc de maintien de l'agriculture de proximité. Et je compte bien le manger :p)

4. Le vendredi 19 février 2010, 19:50 par Moukmouk

Hébéloma--) tu me comprends bien, je ne demande pas qu'on cesse de manger de la viande, je veux qu'on traite les animaux avec le même respect que tous les êtres vivants. Nous sommes tous de la même Terre-Mère.

5. Le vendredi 19 février 2010, 21:21 par LiseCC

Tu sais quoi, Moukmouk ? ce sont des articles comme le tien aujourd'hui, et des livres, des films, des reportages televisés qui sensibilisent les gens comme moi. De là, on cherche plus loin, on s'instruit, on comprends, on se réveille et on se dit qu'il y a quelque chose à faire et qu'on peut commencer chacun à notre petit niveau.
Pour cela, je me suis lancée dans l'étude des fermes dans l'etat de New York. C'est grand, et il y en a beaucoup, et une grosse partie ( croissante) qui font de l'élevage naturel, grass-fed. Donc, les contacter, achter leurs produits en priorité, leur faire de la pub, etc.. etc..

On progresse, mais c'est encore trop lent. merci pour ton article, Mouk ! merci pour le lien, TT02 !

et le film, Food inc. ? faudrait en parler davantage, non ? est-il diffusé en Europe ?

6. Le vendredi 19 février 2010, 21:34 par LiseCC

oops, je reviens de Sister of Night et justement, l'article en référence nous parle de FOODS INC . bravo !

je vais le louer une fois de plus et pondre un article sur mon propre blog

On pourrait même décider, tous ensemble, de faire du mois de Mars le mois de FOODS INC ?/ ( je n'ai absolument aucune action ni aucun interet financier, dans ce film !) :)

REMERCI TT02
7. Le vendredi 19 février 2010, 21:40 par Tili

Eh oui, et il faut continuer à en parler pour que les choses progressent...
Ceci dit, moi qui mange peu de viande rouge, je suis anémiée en permanence depuis mon hémorragie, impossible de fixer le fer ? Que manger ???

8. Le vendredi 19 février 2010, 21:42 par Moukmouk

Tili--) ouf! je ne peux pas te répondre... du phoque ? c'est tellement bon, ou alors des foies de poulets.

9. Le vendredi 19 février 2010, 21:45 par Moukmouk

Lise --) j'avais fait un billet là-dessus

Je suis d'accord qu'il faut et qu'on peut chercher des solutions pour soi. Mais il reste le problème politique. Il faut aussi changer les lois... et c'est pas gagné, de grosses luttes en perspective.

10. Le vendredi 19 février 2010, 22:00 par Lune

"excellente source de protéines..." Sûrement, mais j'ai un gros doute sur l'impact de cette invention sur la situation des populations sous-alimentées... En revanche, ceux qui sont déjà malades de consommer trop de viande, et de mauvaise qualité, vont pouvoir avaler des hamburgers encore plus gros pour le même prix :( Le monde marche sur la tête.

11. Le vendredi 19 février 2010, 22:14 par alain

Moukmouk tu dit à Hébéloma : "je veux qu'on traite les animaux avec le même respect que tous les êtres vivants. Nous sommes tous de la même Terre-Mère."
et dans un billet précèdent :
"Je crois toujours qu'il faut gagner le droit de manger de la viande. Il faut un jour, tuer un animal, voir dans ces yeux qu'il accepte la mort pour nous, pour la vie. Cela n'a rien à voir avec les abattoirs. Il faut le dépecer, sentir l'odeur acre du sang, comprendre qu'il est fait comme nous, que nous sommes des éléments de la même vie."
J'ai du mal à comprendre la deuxième phrase (qui est en fait la première publiée) !
Je ne suis pas végétarien ! je sais c'est lâche de faire exécuter le sale travail par les autres, j'ai pratiqué dans le temps la pêche quand j'étais jeune avec mes parents et chaque fois cela a été un geste très pénible pour moi d'achever une vie entre mes mains ! pour les autres animaux je suis incapable d'en tuer un. C'est peut être parce que je n'ai jamais été obligé de tuer un animal pour survivre ?

12. Le vendredi 19 février 2010, 22:28 par Moukmouk

Alain--) cela tient de la responsabilité du prédateur, celui de maintenir l'équilibre. J'en parle à plusieurs endroits mais je pense que ce billet est assez clair.

C'est respecter le caribou que d'en tuer un pour que le troupeau survive. L'élevage actuel et la boucherie n'a rien à voir avec le principe de la prédation.

13. Le samedi 20 février 2010, 11:31 par Sara

On ne mange pas souvent de viande, et quand on en achète, on achète la viande de la vache brune d'Andorre. Je sais qu'au moins, elles passent tout l'été en montagne, et mangent de l'herbe. Après, en hiver, elles ont l'air de manger du foin, vu ce qu'on voit de stocké à l'extérieur des granges.
Le truc machin pour ne pas sentir la douleur, c'est absolument horrible.
Et puis, on mangera aussi ces protéines en mangeant le boeuf...

14. Le samedi 20 février 2010, 11:59 par Saveur(s)

Misère, misère !!!!!!!!
Savez-vous qu’une requête Google équivaut environ à 60 mètres en voiture ? Qu’un post de blog revient à 2 km ? Oui, utiliser Internet s’avère fortement addictif mais aussi polluant dans le sens où les serveurs consomment de l’électricité et dégagent de la chaleur. Or, quand on sait que le nombre d’internautes est estimé à 1,5 milliard, on comprend qu’il est temps d’apprendre quelques astuces pour naviguer sans trop détruire la planète.
la suite sur : http://ecologie.blog.lemonde.fr/201...

15. Le dimanche 21 février 2010, 01:22 par Moukmouk

Saveur(s)--) voilà bien le genre de calcul qui me les chauffe sérieusement. Je pense que ça vaut la peine d'en faire un billet.

Sara--) Comme je le dis dans le texte, manger de la viande est important, ce n,est pas un plaidoyé pour le végétarisme, c'est une question de respect de la vie. Ta position me semble très juste, mais ça n,empêche pas les états de subventionner à fond cette pollution.