Les loups Béothuk

Un vieux texte que je n'ai jamais publié, mais qui mérite sa place ici, je pense. Je ne suis toujours pas là, mais j'ai hâte de lire vos commentaires.

Les données sont très incertaines. La seule description dite scientifique de C. lupus Beothucus est l’œuvre de Allen et Barbour, des zoologistes anglais, en 1937, une époque où on voulait beaucoup découvrir de nouvelles espèces... Des loups plus petits que les loups du Labrador, soit la même taille que les loups de l'Arctique (1,70 de long pour un poids de 50 kilos). Et comme ces derniers, ils sont tout blanc, sauf pour la hure qui est noire. C'est ce qui a fait dire à ces zoologistes que c'est une race distincte. Hure ici ne veut pas dire la tête, mais la ligne de poils dans le dos qui se hérissent quand l'animal veut montrer sa colère.

Une thèse veut que ces loups auraient survécu sur l'Ile de Terre-Neuve durant la dernière glaciation. La légende veut qu'ils sont venus, vers l'an 800, de l'Arctique avec les canots des Béothuks quand ils ont fui l'invasion Inuite. Ce serait logique. Il me semble même probable que ce soit des loups de l'Arctique croisés avec des chiens, comme cela se produit souvent là-haut.

Loups de traineau ? Probablement pas, mais certainement compagnon de chasse. Pour faire face au troupeau de caribous, les loups comme les hommes doivent chasser en meute, et il est logique d'unir nos forces surtout pour la chasse d'hiver. Les loups poussent la harde de caribous sur un lac gelé et les hommes les attendent avec des pièges à la rivière qui fait la décharge du lac. On en tue le juste nombre pour les hommes et les loups, parce qu'il faut respecter l'Équilibre, parce qu'il est d'abord important d'en laisser à nos enfants. Cette collaboration fonctionnait partout dans la forêt.

J'aime imaginer que les loups de l'espèce Canis lupus Beotucus étaient comme les Béothuks, des êtres calmes et réfléchis, amoureux de leur terre d'accueil, et prêt à la défendre mais sans la haine qui fait le bon guerrier.

Les Béothuks sont disparus vers 1820, incapables de résister à la hargne « civilisatrice » des Anglais. Les loups très prudents ont pu survivre quelques dizaines d'années de plus. Sans loups pour aider à leurs survie, la population de caribous s'est effondrée autour de l'an 1900, et il n'en subsiste maintenant que dans des parcs et en partie nourris par les humains.

Comme quoi le prédateur est essentiel à sa proie dans l'Équilibre du Monde. Le travail de destruction qui a cour présentement n'a rien à voir avec la prédation.

Commentaires

1. Le lundi 2 août 2010, 15:44 par Moukmouk

bon ça n,intéresse pas grand monde, j,avais raison de ne pas le publier la première fois.