Poème d'adolescence

Mon premier amour a effectivement duré moins de deux heures. J'en parle ici. Mais durant des mois, j'ai écrit des poèmes à cette Belle Envolée. J'ai donc 16 ou 17 ans quand j'écris ce texte.

A la Belle Envolée

Si on ne mourrait pas de m'entendre

Je chanterais ce que je n'ai pas pu dire

Étant déjà mort à vos yeux ma Belle

Étant mort de ce que vous ne m'aimez plus

Si on ne mourrait pas de m'entendre

Je vous dirais les mots proscrits

les doux mots que j'avais gardés

Pour nos longues soirées tristes

Mais il faisait jour encore

Lorsque que je suis mort de vous attendre

Et mes mots à entendre au creux de votre cœur

N'iront jamais porter leurs fruits.

Commentaires

1. Le samedi 13 novembre 2010, 17:41 par Constance

Superbe et touchant

2. Le samedi 13 novembre 2010, 18:07 par Constance

... et tellement romantique.

3. Le samedi 13 novembre 2010, 18:10 par Moukmouk

Constance--) merci, difficile de ne pas être très romantique à 17 ans, mon problème c'est que je le suis resté diront certains.

4. Le samedi 13 novembre 2010, 19:19 par makpela

L'adolescence : premiers fremissements de jeunes corps, premiers desirs que l'on pressent avec toute la force d'un printemps naissant. Et ces mots miraculeux jamais prononces qui font chanter nos coeurs d'adolescents. Et ces desespoirs tout noirs, emvoles au premier sourire d'un jeune passant. Oui la rage de vivre de nos 16 ans et son cortege fleuri des plus belles promesses de la vie a venir. Les Jean-Yves, Herve, qui nous effleuraient gentiment de regards furtifs au detour d'un couloir de lycee....
Un Moukmouk tout jeune, tout romantique ....
Merci de nous faire partager ce bien joli poeme.

5. Le dimanche 14 novembre 2010, 13:53 par Tanakia

En écris-tu encore des poèmes ?
:-p

6. Le dimanche 14 novembre 2010, 14:07 par Moukmouk

tanakia--) toujours, au moins un par semaine... la plupart se retrouve à la poubelle, mais j'ai besoin de la forme.

Makpela--) je veux refaire un lien avec cet ado perturbé et malheureux, que j'ai rejeté trop vite comme trop triste pour être intéressant.