Dangereuse Lune du Printemps.

Attention ce soir à la terrible lune, les Nulliarsak seront là pour vous voler votre vie, cachez-vous dans votre lit avec votre amoureux (inspiré d'un vieux billet). 

Terrible Lune du printemps ce soir. Je crains les rêves alimentés par son énergie. Ils sont puissants et sournois, cherchant à nous dire que je ne suis pas de ce temps mais d'un ailleurs tellement meilleur que ma vie est insensée. 

Il est trois heures du matin, je n'arrive pas à dormir. J'entends le bruit de la mer, des vagues qui s'écrasent contre la falaise en soupirant, en rongeant de leurs larmes les pierres insensibles. Je reconnais le bruit de la mer Arctique, il y a des growlers qui cassent l'énergie mais ajoutent un souffle, une plainte, au son rugissant de la vague. Un vieux lion asthmatique, mais dont il faut encore se méfier.

Pourtant, je suis si loin de cette mer qui me ment. Elle dort encore sous sa banquise, c'est son rêve que j'entends. Elle veut la liberté, elle veut les oies, les eiders et les huards. Sedna peut-être qui appelle son amant, et ce chant d'amour me torture, m'éloigne de mon propre rêve, de ma marche tranquille dans la nuit noire et pourtant blanche du Nord.

Qui peut bien désirer un printemps? Qui veut briser le calme de la nuit? Cette Dame Soleil qui dans l'insolence de sa jeunesse veut changer le monde, qui nous aspire par son énergie et nous veut plus que vivants : créateurs. Qui veut briser le rythme de la continuité et le remplacer par ce va-et-vient brutal ? Une mer qui me désire vague? Une vague qui veut s'accomplir par moi et me transformer dans ce mouvement jusqu'à ce je ne sois plus que sa danse dans son monde?

Suis-je victime d'une nouvelle Nulliarsak ? Qui cherche à m'isoler de la continuité de la vie pour me prendre ma vie, me dévorer, me transporter dans cette vague jusqu'à ce que je désire frapper le rocher libérateur? Est-ce moi qui désire ce mouvement, me mettre dans la vague, dans la danse et que cela m'emporte jusqu'aux confins de ce monde?


Mais les oies blanches sont revenues, elles jappent dans le ciel. Ce sont les gardiennes de ce temps. Le rêve est inutile, la vie est possible ici et maintenant. Réjouissez-vous et soyez amoureux.

Commentaires

1. Le samedi 19 mars 2011, 17:56 par Lôlà

Je fais beaucoup de rêves depuis deux nuits. Cette nuit, un autre monde. La veille, une maison sur une colline surplombant la mer, une ligne bleue, comme un tableau.

2. Le dimanche 20 mars 2011, 18:39 par Dame Bea

Hier soir, la lune est apparue derrière la colline, énorme, orange. Elle s'est longuement reflétée dans le lac avant de s'élever dans le ciel, doublée d'un cercle orange ...

Pensées pour toi, mon lointain ami ...