C'est quoi votre poisson?

Le New-York Times affirme qu'au moins 20% du poisson vendu est mal étiqueté.

Au moins 20% du poisson qu'on vous vend est mal étiqueté. Je suis moins sûr que ce soit le cas en France, je n'ai pas une expérience suffisante pour l'affirmer, mais il m'est arrivé de me faire avoir quelque fois. En Amérique, c'est vraiment du vraiment n'importe quoi.

C'est particulièrement vrai pour le thon (très très cher) où on m'a vendu de la chair de baleine et même proposé de la viande de cheval en Californie comme étant du thon. D'ailleurs on vend chaque année deux fois plus de thon à sushi qu'il y en a dans la mer.

Mais c'est vrai aussi pour les poissons dit blancs, le cabillaud, la sole et le flétan particulièrement. La raison en est très simple, ce sont des poissons devenus très rares et donc chers, alors c'est tentant de vendre des filets de d'autres espèces en faisant un très gros profit.

Pour un piscivore comme moi, c'est très triste. J'achète en toute confiance, mais quand je goûte c'est la cata. Oui, quand on surcuit le poisson ça goûte n'importe quoi, mais j'aime trop le poisson pour cela.

Ma solution c'est de refuser ce qui est pêché au chalut. Oui la pêche à la ligne ça fait des poissons plus chers, mais au moins je sais ce que j'achète. Et puis quand je suis sur le bord du lac, je ne mange que du saumon que j'ai pêché moi-même. Bon je sais que ce n'est pas une solution pour la plupart des gens.

Les chalutiers et les états qui les financent (cette forme de pêche n'est pas rentable) sont dans la course au dernier poisson. Se priver de poissons n'est pas la solution parce qu'ils feront de la farine de poissons avec leurs pêches plutôt que de cesser de détruire une des plus importantes ressources de protéines de l'humanité.

Une autre étape dans la course vers la mort de l'humanité.

 

Commentaires

1. Le jeudi 8 septembre 2016, 07:33 par Sacrip'Anne

C'est d'une tristesse...

Fous d'humains que nous sommes.