L'ours gentil pas gentil

La suite de l’histoire d’hier. Pourquoi ma maman ne m’a pas appris à devenir un gentil nounours. Ceux qui n’ont pas lu, devraient peut-être aller faire un tour.

Donc la Forêt a fait sortir l’Ours en moi. La Forêt, l’esprit de la forêt, le sauvage… je ne sais pas. Je sais que la forêt parle, mais je sais aussi que ce ne sont pas les arbres qui parlent. Oui, les arbres parlent, mais ce sont des trucs chimiques, des odeurs peut-être même des jeux de lumière, mais ce qui a parlé dans ma tête, ce qui m’a transformé ce ne sont pas les arbres… et je ne sais pas ce que c’est.

 

Mais être un ours, je veux bien, mais je ne sais pas ce que c’est que d’être un ours. Ma maman avait tenté de m’apprendre, peut-être sans trop savoir ce que c’était, à être un civilisé et maintenant je suis beaucoup trop vieux pour qu’une quelconque maman ourse m’apprenne à être un ours, gentil ou pas. Oui, j’ai une peau d’ours, une tête d’ours et même un cœur d’ours, mais qu’est-ce qu’être un ours? Oui bon soyons francs, je ne suis pas assez fort, je ne suis pas assez gros, mon poil n’est pas assez… enfin vous le savez, comme ours je suis plutôt minable… j’essaie très fort, mais… je ne pourrai pas être vraiment de la forêt.

 

Assis entre deux chaises… un incapable tant dans le monde de la ville que dans le monde de la forêt. Je ne déciderai pour personne ce qui est bien ce qui est bon ce qui est juste, je ne le sais pas. Je ne sais pas ce qui est gentil ou pas alors je ne sais pas ce que peut-être un ours gentil. Gentil au début c’était l’étranger. Peut-être que je suis gentil parce qu’étranger à tout.

 

Mais je sais vous entendre… et je sais entendre la Forêt peut-être que je peux faire le pas entre les deux… Enfin le tenter.

Commentaires

1. Le mardi 12 décembre 2017, 10:36 par Sacrip'Anne

Et puis tu sais dire la beauté du monde.

2. Le mardi 12 décembre 2017, 14:09 par JeandelaXR

"je suis gentil parce qu’étranger à tout.", et tu connais la grandeur et la beauté des arbres, ils sont là, nous regardent, savent et pardonnent nos passions. Heureux homme, tu connais la bienveillance.