Entendre le chant de la Beauté du Monde

Pour une amie qui en ce moment a de la difficulté à faire le silence en elle.

Vous pouvez me croire ou non, je n'ai aucune preuve mais c'est ce que je ressens… Il suffit d'entrer dans une forêt avec les bonnes oreilles pour entendre la grande vibration des arbres, qui sonnent pour moi comme la résonance des baleines chantant la Beauté du monde. Mais le problème, c'est d'avoir les bonnes oreilles. Pour pouvoir entendre, il faut réussir à faire taire ''la bavarde'', cette voix intérieure, cette machine à trouver des réponses et des justifications fausses, terrible boulot sur soi, jamais terminé, qui nous limite dans nos liens, avec les autres, avec le monde.

 

Ce Chant ne parle que d'émotions. Il faut se libérer des mots et des concepts se laisser porter jusqu'au fond de soi, alors on comprend l'autre. On ne le décrit pas, ne le catégorise pas, ne l'analyse pas, ne l' excuse ni le justifie mais on comprend et je vous jure que c'est à la fois plus compliqué mais extraordinairement plus simple quand on apprend le truc. Après on peut tenter des mots, parce que pour les humains, il est important de dire… Mais il faut beaucoup de prudence parce que les mots cachent toujours des pièges quand on tente de dire les émotions, le ressenti face au monde.

 

En ce moment, ma bavarde est particulièrement bruyante. Je n'ai que le goût de dire mon mal-être aussi, je ne vois pas de solutions. Je m'enferme dans mon petit moi comme si c'était la totalité du monde, pas vraiment étonnant que je tourne en rond.

 

Mais j'entends quand même un peu et j'espère seulement ne pas me tromper. Elle est aussi triste que moi… il y a là de quoi reconstruire les parties du monde qui se sont écroulées.

Fil des commentaires de ce billet