Toulougat et kajortok ( le corbeau et le renard)

J’ai souvent parlé de la grande Mahyénipigane, la mère de clan des marcheurs du fleuve Korsoak. Depuis plus de 20 ans, elle tient son liteau près de la grande chute. Toujours gardée par les plus grands et les plus beaux loups, qui courent à son appel, elle dirige et protège avec sagesse, un territoire grand comme le dixième de la France.

L’exceptionnelle longévité au pouvoir n’est pas la seule particularité de la grande dame. La louve partage avec Elisapi, la mère de clan des Inuit de la région, une langue qu’elles ont inventée pour s’entraider. Cet été, j’ai eu la chance d’accompagner la vieille femme dans sa visite annuelle à sa grande amie. Nous étions quatre pour ce petit voyage, deux solides canoteurs fils d’Élisapi, la vieille dame et moi pour l’aider à marcher.

Ce n’est pas bien loin, mais le courant est fort, surtout lorsqu’on approche de la chute. Aussi, nous prenons deux jours pour faire la vingtaine de kilomètres. La nuit passée dans la maigre forêt qui borde le fleuve, nous permet de faire la séparation entre le monde de maintenant et le monde des Inuits, qui n’a pas besoin du temps.

A cent mètres de la chute, le fort courant construit et défait une langue de sable qui protège un chenal calme. Cette plage est facile à aborder. Aussi débarqués, nous laissons là tout le matériel et nous allons sur la forêt, l’inuk s’appuyant lourdement sur mon bras, les deux hommes aux aguets, nerveux d’aller vers un danger sans entendre. L’énorme grondement de l’eau tombant du plateau couvre tous les sons, mais aussi sans sentir, le vent humide faisant tomber toutes les odeurs.

Il n’y a pas vraiment de sentier, mais Elisapi sait où elle va. La forêt assourdit bientôt presque tout le bruit de la chute et nous arrivons dans une petite clairière qui semble être le but du voyage. Rien, il ne se passe rien. Nous ne voyons rien, nous n’entendons rien, et pourtant je le sais, nous sommes vus, sentis, évalués. Cela rend les deux chasseurs extrêmement malaises. La mort pourrait bondir vers nous avant même de la voir.

On ne surprend pas un loup, il accepte de se montrer, de venir vers vous, mais jamais vous pourez le voir sans qu’il ne le sache. Je cherche partout, et puis je vois des yeux. C’est Illaquk, le premier gardien de Mahyénipigane, qui vient d’abord. C’est le plus grand, le plus beau, le plus puissant des grands loups du Nord. Il vient nous dire que nous ne pouvons rien tenter. Nous sommes cernés sur son terrain, et que nous ne vivons que parce que la sagesse de sa Dame en a décidé ainsi.

Parce que je l’ai déjà vécu, je sais que c’est un cérémonial, mais que c’est impressionnant. Les loups ne sont pas violents. Faire peur est une arme pour empêcher la violence. Maintenant l’atmosphère se détend et une dizaine de loups, la plus part assez âgés sorte d’entre les arbres en faisant volontairement du bruit pour bien montrer qu’ils viennent en paix. Nous sommes en présence de la cour de Mahyénipigane, elle apparaîtra bientôt. Oui, c’est elle qui se cache entre les deux vieux loups qui s’avancent, à sept pas ils arrêtent. Seule la louve fait 2 pas de plus et s’assoit, nous invitant à faire de même.

Elisapi me dit avec un sourire qu’elle est bien contente de s’asseoir, et que plus la Dame des marcheurs vieillit plus le cérémonial s’allonge. C’est de plus en plus dur pour la femme.

Les palabres commencent. Elisapi parle assez longuement dans une langue que je ne comprends pas, la louve lui répond. Puis, ce sont les deux chasseurs qui font de courtes phrases en Inuktitut que j’imagine être des salutations polies. Maintenant Mahyénipigane me regarde. Vite trouver quelque chose de pas trop imbécile à dire :

« Salut Grande Dame, votre choix de résidence montre bien votre ruse et votre grande sagesse, rien ni personne ne peut envahir votre territoire sans que vous le sachiez longtemps d’avance… »

Elle me répond. C’est drôle, c’est vraiment du loup, pourtant je la comprends très bien :

--Seul le dernier est rusé et sage. La première preuve de sagesse est de se méfier de sa ruse, et la première ruse est de ne pas se montrer plus sage que l’autre. Pour que tu entendes bien je vais te dire Toulougat et Kajortok ( le corbeau et le renard).

Depuis longtemps Kajortok désirait manger le rusé Toulougat. Pas que l’oiseau fasse un repas remarquable, mais si Kajortok pouvait mettre quelques plumes noires dans son pelage, il ferait la preuve que c’est lui, le plus sage et le plus rusé de la forêt.

Kajortok choisit avec attention une petite colline dont le sommet était sans arbre. Il s’étendit sur le dos fit le mort. Son imitation était vraiment réussie, mais le prudent Toulougat en a vu d’autres. En décrivant des cercles, Il descendit lentement cherchant à percevoir un mouvement du renard, mais il joue bien son rôle. L’oiseau noir se posa à l’arrière de Kajortok le plus loin possible des terribles dents. Le corbeau arrache quelques poils des fesses de la bête, aucune réaction. Il saute sur la partie molle du ventre, et arrache encore un peu de poil… Aoutch, Kajortok réussit à ne pas bouger malgré la douleur. Sur de son coup, Toulougat saute pour aller chercher la langue dans la gueule ouverte. On sait que c’est le meilleur et le plus accessible des morceaux d’une bête morte.

Aussitôt Kajortok referme le piège et se met sur ses pattes pour fuir. Le renard n’est pas stupide, il sait qu’il est beaucoup trop à la vue pour manger l’oiseau ici, sur la colline. Un plus gros prédateur viendrait lui voler ce qu’il a justement gagné.

Il descend donc vers la forêt, quand il entend : -« tu as une lumière dans le ventre », -« Quoi? » répond-t-il? Mais Toulougat était prêt, dès que le renard desserra les dents, il s’envola…

Le corbeau ne nargua pas le renard, le danger est trop grand que le renard tente de se venger par une ruse encore plus grande. Il est sage Toulougat.

Aussi apprend « grands sourcils », que celui qui se pense rusé trouvera plus rusé que lui. Et le sage n’est sage que vivant, mort il est aussi stupide que les autres.

Me laissant à mes réflexions, elle s’adressa à Elisapi dans leur langue inventée que je ne comprends pas.

Commentaires

1. Le dimanche 14 mai 2006, 19:22 par La sorcière sucrée

Depuis que j'attendais ce moment ! C'est une grande joie de déposer un commentaire ici !

Le blanc du grand hiver de Pohénégamouk convient bien à Moukmouk : longue vie à ton blog, mon cher ami lointain, je t'embrasse fort en prenant soin de ne pas dégivrer la banquise, quand même !

Dans ce texte, j'aime qu'au début on ne sache pas si les personnages sont des humains ou des animaux, en tout cas, moi, je me suis posé des questions, auxquelles je n'ai eu les réponses qu'au fil de ma lecture... mais des réponses qui ouvraient sur d'autres questions encore !

Ton écriture est très visuelle, moi j'ai tout "vu", et mes yeux se sont écarquillés quand les loups ont apparu, les uns après les autres...

2. Le lundi 15 mai 2006, 07:17 par mamicha

Quel plaisir de retrouver tes textes si bien mis en valeur.
A la fois du rêve et une grande sagesse,et j'aime beaucoup ces deux mères de clan.

3. Le lundi 15 mai 2006, 08:30 par A'toshka

Je susi contenet que tu mettes tes belels histoires sur la toile...le renard n'a pas de lumiere dans le ventre, mais moi j'en ai dans les yeux aujoud'hui!!

4. Le lundi 15 mai 2006, 09:21 par nziem

je n'étais pas très bien réveillée en ce lundi matin.. mais il m'a suffit de passer par ici pour voir que tout allait bien : les loups sont au rendez vous, les oiseaux parlent, le fleuve chante, ouf. ce n'est pas un rêve, je suis bien éveillée.

5. Le lundi 15 mai 2006, 09:38 par Doune

Ayé, maintenant t'as ton chez toi et je vais enfin pouvoir mettre à jour mes liens :)... et il est clair que l'histoire du corbeau et du renard de Mahyénipigane differt grandement de celle d'Esope, reprise ensuite pas La Fontaine... mais la différence tient aux sujets... Mahyénipigane connait réellement la nature du corbeau et du renard et les deux auteurs de fables, celle des humains... ils n'ont fait qu'emprunter les plumes et les poils des 2 protagonistes cités :)

6. Le lundi 15 mai 2006, 09:48 par Anne

Et bien ? On ouvre sans prévenir ?!

Trop tard, j'y suis, j'y reste, prête à dévorer tes belles histoires, à les lire à Cro-Mignonne aussi.

7. Le lundi 15 mai 2006, 09:49 par GrandK

Bon sang j'adore cette histoire... :)

8. Le lundi 15 mai 2006, 10:03 par isadora

Anne a dit ce que je voulais dire :)

Merci de nous offrir tes histoires, monsieur l'ours :)

9. Le lundi 15 mai 2006, 10:41 par Adélie

Oooh, bien contente de te croiser ici ! :-) Merci pour les belles histoires...

10. Le lundi 15 mai 2006, 12:08 par cali

cool de pouvoir lire tes textes sur la toile (:
bisous d'ici.

11. Le lundi 15 mai 2006, 13:56 par heidi

Te voilà enfin installé ! Tant mieux pour nous tous. :-))

12. Le lundi 15 mai 2006, 13:58 par alix

enfin tes textes sur une page ouèb
à lire et à relire
de la magie transperce tes mots
bisous

13. Le lundi 15 mai 2006, 16:45 par a n g e l

l'ours qui bloguait par mail a enfin un blog

et c'est merveilleux :)

cette histoire est superbe, et tout le monde s'en sort grandi, et le renard, et le corbeau ;)

14. Le samedi 3 juin 2006, 16:50 par Gaelle

Doune m'avait parlé de toi et je découvre le grand conteur que tu es. Quelle atmosphère dans ta légende ! Je préfère nettement ta version du corbeau et du renard, ou plutôt celle de Mahyénipigane, à celle de La Fontaine... c'est une version plus sagace et d'un oeil plus exercé à écouter penser les animaux ! Mais La Fontaine était plus occupé à parler des hommes à travers le déguisement des bêtes... et toi tu nous fais pénétrer un monde différent. J'aime. Je reviendrai, décidément, et j'espère que tu nous offriras d'autres moments comme celui-là.