La Misère made in USA

Ce soir pas vraiment le temps de m’asseoir pour manger. Je sors d’une réunion et je suis déjà en retard pour une rencontre, mais comme il y a aussi un spectacle, je dois manger tout de suite. J’entre dans la brasserie, commande, cours au téléphone pour signifier mon retard (je n’ai pas de portable, je ne veux pas qu’on me rejoigne en tout temps), et je vois un copain de travail seul à sa table.

Il revient de faire un reportage sur la situation économique aux USA. Rien à voir avec ce que vous montre la télé. J’ai vu que le journal « Le Monde » titrait hier, qu’un patron aux USA fait, chaque jour, autant que la moyenne de ses employés durant l’année. C’est une façon de commencer la discussion. Je le sens triste, mais c’est sûrement la fatigue.

Lentement, il m’explique ce qu’il a vu, ce qu’il en a compris, ce qu’il peut et ne peut pas mettre dans son reportage télé. Le problème c’est que l’image des USA riches et prospères est tellement ancrée dans la tête des gens qu’ils ne nous croient pas quand on dit le contraire. La pauvreté est telle qu’elle est imaginable au Canada ou en Europe.

Statistiquement vous travaillez en France 36 heures par semaine, aux USA, c’est 52 heures. Ne croyez pas que c’est suffisant pour se payer un logement, la bouffe et l’assurance maladie. Mais si on se met à deux, le couple après tout c’est fait pour l’entraide… non, cela ne suffira pas encore.

Le revenu médian aux USA sera cette année encore en dessous de 32 000$( en baisse depuis 1998). Le revenu médian, cela veut dire qu’il y a autant de travailleurs qui gagnent moins de 32,000 que de gens qui gagnent plus. Le coût de l’assurance maladie pour une famille dépassant les 15 000$ on comprend que près de 40% des ménages n’ont plus accès aux services de santé dans ce pays. Les logements les moins chers sont autour de 1000$ par mois. Ce sont des motels bas de gamme, qu’on a reconvertis. Évidemment, il n’y a qu’une seule pièce, et que vous entendez tout ce que la famille du voisin fait. Un accouchement coûtant plus de 10 000$, il est bon de planifier, ou d’apprendre l’accouchement naturel avec la femme du voisin comme aide.

À semer du vent de cette force, il se prépare une terrible tempête. En écoutant mon ami décrire ce qu’il avait vu, je me demandais comment il se fait que les mouvements sociaux soient si faibles. Et puis je me suis rappelé l’éditorial du NY Times d’hier, qui explique que pour empêcher les mouvements sociaux, la meilleure formule est de faire peur. En réponse le FBI déclenche une opération antiterroriste qui implique des Noirs de Miami (bonjour le racisme) pour qui la police a organisé de toutes pièces une cellule de combattants.

Je pose la question qui m’inquiète : « les républicains vont perdre, crois-tu que l’armée va prendre le pouvoir pour empêcher les démocrates de rétablir un certain équilibre? » Sa réponse : « Ne t’inquiète pas, ils sont déjà au pouvoir ».

Je ne sais pas ce qui va stopper l’horreur. Le déséquilibre est tellement important qu’il va coûter beaucoup de vies pour que la paix revienne. A moins que je ne me trompe. A moins que le déséquilibre soit le plus fort.

Commentaires

1. Le samedi 24 juin 2006, 13:29 par nziem

Ha tiens... j'ai remarqué ici aussi à quel point la peur était entretenue par les médias.. en ce moment on n'arrête pas d'entendre aux infos des faits divers tel que des chiens qui se mettent à mordre sauvagement les gens, les reportages sur les pieuvres (normal.. c'est bientôt les vacances, faut pas que les gens se détendent à la plage) pullulent les écrans de tv, des maladies sexuellement transmissives (hors sida) réapparaissent en nombre inquiétant etc etc.. quant au racisme entrenu.. j'en parle même pas... Et je m'étais dit que c'était une tactique pour bien garder le contrôle sur les populations, quand ils ont peur ils ne se révoltent pas... ha pis on a la coupe du monde... d'un seul coup tout le monde devient hyper nationnaliste, si en plus la France gagne ils sont prêts à aller revoter pour les connards qui les ont mis dans la merde..
ha bein voilà.. j'ai vidé mon sac ;-)

2. Le samedi 24 juin 2006, 13:48 par Moukmouk

Les pieuvres? quelles mensonges peut-On raconter sur cet animal timide, doux mais très intelligent? bientot ce sera attention aux vers de terre, qui mange le béton...N'importe quoi!

3. Le samedi 24 juin 2006, 17:57 par A'toshka

Sauvez les pieuvres! C'est un de mes animaux preferes.

Mais avant les pieuvres il va falloir sauver les gens.

4. Le samedi 24 juin 2006, 20:11 par Gaelle

L'abîme dont tu parles entre l'image des USA "riches et prospères" et la situation réelle de la majorité des gens peut-être m'avait déjà frappée de plein fouet au moment du cyclône Katrina... Comme si l'ouragan avait levé le voile sur des années de coupes dans les budgets sociaux, sur l'écart monstrueux, grandissant, entre les riches et les crève-misère... j'ajouterai à ton propos qu'en travaillant sur le XIXème siècle français, je me suis rendue compte que si les plus pauvres, ceux qui vivent une misère insoutenable en cumulant plusieurs boulots, ne se révoltent pas davantage, c'est qu'ils sont absorbés dans la lutte quotidienne pour leur survie. Toute leur énergie vitale y passe. Il ne reste plus assez de force pour lever le poing. C'est quelque chose qu'on finira par payer très cher, d'une manière ou d'une autre, au niveau mondial. Sinon, pour ce qui est de la France, je suis entièrement d'accord avec tout ce que dit Nziem. Nous avons nos propres rapaces au pouvoir, et ce n'est hélas pas près de changer. Les temps sont angoissants, pour ma part j'envisage un avenir bien sombre. Peut-être suis-je trop pessimiste... mais j'ai bien peur d'être simplement lucide.

5. Le samedi 24 juin 2006, 20:40 par Moukmouk

Qu'est-ce qu'être pessimiste? croire que l'équilibre existe et qu'il se rétablira indépendament des hommes, où croire que le déséquilibre va se poursuivre? Je ne crois pas à une justice immanente au dessus des hommes, au Bien, à la Bonté. Par contre, il y a les équilibres d'énergie. Quand un prédateur ne fait pas son travail, il est le premier à en souffrir. Les humains globalement prennent une part trop grande de l'énergie, et ils vont en payer le prix. Malheureusement les premiers à en souffrir, ne sont pas ceux qui consomment le plus, mais les plus fragiles. Il reste que les plus gros consommateurs sont maintenant très dépendants de réseaux très fragiles.

6. Le samedi 24 juin 2006, 23:29 par Gaelle

Etre pessimiste, pour moi, c'est les deux choses que tu dis à la fois. L'équilibre peut se rétablir au dépend des homme, aussi, c'est à dire après une poursuite du déséquilibre jusqu'au point de rupture, et après un nombre assourdissant de victimes, et les plus fragiles tomberont en premier. Mais quand je parle de payer, il n'est pas question de justice immanente, mais de simple chaîne de conséquences tout ce qu'il y a de plus terrestres... Nos actes se payent sur terre, pas besoin d'un dieu pour ça. Un jour ou l'autre, le battement d'aile du papillon nous efface de la terre que nous avons si mal traitée.

7. Le dimanche 25 juin 2006, 11:37 par Freefounette en goguette

Ah ben voilà, c'est ce que je disais sur ton autre post, Moukmouk : le monde est beau, certes, mais enfin bon, pas à tous les niveaux et pas partout...

être "pessimiste" ça sert pas à grand chose sinon à se miner le moral, par contre être lucide, oui. parce que ça permet de profiter des bonnes choses de la vie sans se voiler la face pour autant...

Gros bisous à tous.

8. Le dimanche 25 juin 2006, 16:25 par La Trollette

La réalité dépasse la fiction. Dans l'horreur comme dans la beauté. Je le vérifie chaque jour.

9. Le lundi 26 juin 2006, 06:55 par Freefounette en goguette

Je sais pas si vous avez remarqué, mais chaque jour férié au mois de mai, sur la 6, il y a eu des films catastrophes, ça m'avait frappée quand j'avais feuilleté les programmes ! Etonnant non ?

;o)))

10. Le lundi 26 juin 2006, 09:13 par Doune

Quand j'ouvre la bouche, je suis d'un pessimisme affolant parce que je suis quasi sûre qu'on va droit dans le mur et que rien ne sera fait tant qu'on n'y sera pas... c'est peut-être pour ça que je dessine des choses légères, pour laisser pointer le sourire au milieu de la grimace...

Free> "être "pessimiste" ça sert pas à grand chose sinon à se miner le moral, par contre être lucide, oui. parce que ça permet de profiter des bonnes choses de la vie sans se voiler la face pour autant..."
j'aime bien ta vision des choses, Free :)

11. Le lundi 26 juin 2006, 20:31 par Mimi a Houston

Bonjour, j'habite aux US et je confirme totalement. Je ne sais pas comment font les gens qui gagnent moins d'argent que nous, avec nos 2 salaires un peu au-dessus de la moyenne et nos 2 enfants (ou plutot je sais, ils mangent ce qu'ils peuvent de "cheap" et gras...) Nos familles ont du mal a comprendre qu'on ne soit pas "l'oncle Sam".
Je pense que le niveau tres bas de mouvements sociaux doit aller se chercher dans la culture du pays: les gens estiment que c'est a eux et a eux seuls de s'en sortir. Ils savent de toute maniere que l'etat ne fera pas grand-chose pour eux et puis je ne sais toujours pas OU est-ce qu'on trouve les bureaux d'aides sociales... Voire meme, les gens ont honte de les demander (les gens de l'Amerique profonde, type mid-west par exemple).
J'espere que ton copain va faire un beau reportage, qui ne s'appelera pas "Les americains sont tous des c#@#", ca changerait....

12. Le jeudi 6 juillet 2006, 14:49 par isadora

Ca faisait un moment que je n'avais pas eu le temps de passer pour te lire.

J'ai commencé à lire un bouquin de Loïc Wacquant, sociologue qui a travaillé avec Bourdieu, qui explique comment les sociétés occidentales, en s'inspirant du modèle américain, finissent par criminaliser la pauvreté. Edifiant, malheureusement.