Juan Leroy

Évidemment, tous les amis à plumes du coin veulent vous saluer. À tout seigneur, tout honneur, c’est le huard Juan Leroy qui sera le premier à le faire.

Personne aussi bien que le huard à collier ne sait aussi bien dire, le Nord. Certains voudraient l’appeler plongeon comme son cousin européen, je préfère huard, parce que ce nom vient de son chant si particulier. C’est un oiseau très lourd qui migre et qui peut voler de longues distances. Cependant, il a beaucoup de difficultés à s’envoler. Alors, il ne le fait qu’à l’automne, en préparation du grand départ. Les leçons d’envol pour les petits sont un des grands spectacles que peut nous donner ce territoire.

Étant un pêcheur redoutable, il a besoin d’un grand territoire pour ne prendre que sa part de poissons. Aussi même dans un grand lac comme celui de la Belle endormie, il y a deux ou trois couples de huards pas plus. Aussi les conjoints sont fréquemment à des distances de 2 voire 3 kilomètres. C’est pourquoi il a développé ce chant si particulier, qui sait se servir de l’écho pour dire à l’autre son amour. Les anglais appellent cela le rire du fou. C’est vrai que cela peut troubler les esprits fragiles, dire aussi bien un sentiment aussi fort, c’est troublant.

Je vous ai déjà un peu parlé de Sedna, la plus célébrée des êtres de l’autre monde des Inuit. Cette jeune dame qui a perdu ses doigts et qui a sa résidence dans la baie de Ramah, fut la victime de la folie de son père. Aussi elle aime plus ou moins les hommes. Son amant est un huard. C’est logique peu d’entre nous sont capables de dire aussi bien l’amour, l’éloignement, la passion de l’autre.

Le lac est une auge glaciaire peu oxygénée donc peu propice au développement des petits salmonidés. Par contre, les vieilles et grosses truites aiment bien y finir leur vie. Quand on y pêche, il faut être très patient, mais la récompense est souvent au-delà de nos espoirs.

Hier soir, j’ai mis une ligne à l’eau histoire de voir le soir descendre et les premières étoiles s’allumer. Pas de poisson, je n’en espérais pas vraiment. Mais le huard de cette partie du lac et sa dame distante d’à peu près un kilomètre, ont voulu vous souhaiter la bienvenue. À cause des distances, l’enregistrement pourrait être meilleur, mais j’ai décidé de vous le faire entendre quand même, tant j’aime le message.

Commentaires

1. Le jeudi 29 juin 2006, 05:34 par A'toshka

c'est fascinant...Ca change des cornes de brume pour s'endormir, huhu.

2. Le jeudi 29 juin 2006, 08:32 par La Trollette

Le chat et moi, on adore !
A l'écoute, je m'imaginais une sorte de chouette ou de hibou... j'ai vraiment des lacunes en ce qui concerne les oiseaux ! Heureusement que tu nous instruis Moukmouk.
:o)

3. Le jeudi 29 juin 2006, 10:12 par Doune

Bon, moi j'entends rien mais je crois que c'est surout mon ordi qui me joue des tours! je repasserai...

4. Le jeudi 29 juin 2006, 12:30 par Moukmouk

Trollette--) je ne veux pas instruire, je ne suis pas un scientifique, je veux faire aimer. Ce que tu me dis me fais espérer que je réussis.
Doune--) oui parce que cela semble marcher pour les autres
A'toshka--) je suis allé voir le soleil se lever en pêchant un peu, il est venu rire de moi un peu, il a de la difficulté à dire aux autres son affections. Probablement pour ça qu'il le dit si bien quand il le fait.

5. Le jeudi 29 juin 2006, 15:46 par La Trollette

Taratata ! Point besoin d'être scientifique pour partager son savoir ! C'est ça que j'appelle instruire et de ce point de vue, je trouve que t'es un instituteur tout à fait acceptable !

Au fait ? ça mord ?
^_^

6. Le jeudi 29 juin 2006, 18:39 par bang bang

Un message envoûtant.... point d'images de ton petit coin pénard ? ,)

7. Le jeudi 29 juin 2006, 21:02 par nziem

Sais tu si on peut voir des huards en France ? parcque je crois avoir déjà entendu ce chant. Surtout le cri "sol do sol" plus fort que le reste, ça ressemble au cris de l'épervier ?

8. Le jeudi 29 juin 2006, 21:28 par Moukmouk

Nziem--) pas vraiment le huard, mais dans la famille des gaviidés, il y a le plongeon imbrin qui est assez semblable, un peu plus petit mais relativement rare en France, parce qu'il n'y a pas de grands lacs sauvages. Les voix se ressemblent un peu. à noter qu'en france on écrit huart ( plutot que huard) Je ne connais pas d'épervier dont la voix ressemble au huard. La puissance du cri est au moins 5 fois plus fort.
Il y a plus de plongeons arctique en France parce que lui préfère la mer aux lacs. je trouve un bouquin qui classe l'imbrin comme un huard à collier mais je pense que c'est une erreur parce qu'il y a 1kilo 500 de différence. Chez les oiseaux c'est beaucoup. Les Inuit se servaient de la peau pour faire des vètements imperméables. Ils ont cessé parce qu'il y en a moins à cause des pollutions par le pétrole, il est très sensible à cela.

Band-bang--) promis ce soir

Trolette--) non ça mord pas. C'était tellement beau ce matin que je ne voulais pas que ça morde pour ne pas troubler la paix. Mais je commence à avoir faim.

9. Le jeudi 29 juin 2006, 22:14 par TT02

Comme ils sont surprenants ces oiseaux. Ils sont loin et près l'un de l'autre. C'est mignon.

10. Le samedi 1 juillet 2006, 12:01 par dieudeschats

Et les chants d'ours, c'est pour quand ? :)