La Phytolinguistique : Les guerriers de la lumière

C’est assez évident que je suis un passionné de thérolinguistique. Les langues des animaux sauvages, sont le fondement de ma recherche du sens. N’ayant pas une culture, mais trop, ce qui m’empêche de voir la réalité de façon claire, je cherche d’autres outils. Je perçois assez bien la vibration des arbres. Mais ce chant est celui des animaux, c’est chant de la Beauté du Monde qui fait vibrer les arbres. Les plantes, herbes, fleurs et arbres, doivent aussi avoir une langue que j’entends si mal.

À voir les arbres autour de moi, il n’y a aucun doute, ce sont les guerriers de la lumière. L’incroyable bataille pour l’espace, n’a qu’un but, tendre le plus de surface possible vers le soleil, capter tout ce qu’on peut de la céleste énergie, manger, se goinfrer de cette énergie qui est la source de toute vie. Tous les animaux, ne sont que des prédateurs de la même molécule, la chlorophylle, qu’elle nourrisse le phytoplancton ou les plantes de toute nature.

Cela ressemble à une immense bataille, le tilleul est un féroce couvre sol, qui mange toute lumière qui tombe sur lui. Les érables forment une canopée, une voûte de feuilles, pour avoir la priorité au repas du ciel. L’orme gigantesque choisit de monter plus haut que tout les autres, avant d’ouvrir une large bouche de verdure. Les conifères semblent moins bien armés, aussi ils utilisent l’arme de l’acidification des sols, pour nuire à la concurrence. Ils ne sont pas les seuls à utiliser les poissons, le chêne est très fort à ce jeu de mort.

Il faut rendre grâce ici au dernier de tous ces combattants. L’épinette noire, chétive, avec à peine un plumeau d’aiguilles au sommet, avec une croissance si lente qu’il faut 100 ans pour atteindre les 10 mètres, se permet de dominer la forêt boréale, la plus grande forêt sur la planète. C’est probablement l’arbre le plus fréquent sur la terre. Il n’est ni le plus fort, ni le plus cruel, il est simplement le plus résistant.

Pourtant, tout ce que je sais du monde, c’est que les combattants ont tort. Les porteurs de gênes sont parfois obligés de se battre pour affirmer la supériorité de ce qu’ils ont à transmettre. Mais ce n’est qu’une phase très transitoire de l’ensemble de la vie. La vie est basée sur l’entraide et la collaboration. Le prédateur et la proie collaborent à l’amélioration de la beauté du Monde.

Qu’est-ce que je n’entends pas du chant de la forêt? Faudrait-il que j’écoute les champignons? Couché, l’oreille contre le sol, entendrai-je les messages chimiques que se disent les plantes? Ou faut-il que j’apprenne à entendre par le nez?

Commentaires

1. Le jeudi 20 juillet 2006, 23:22 par samantdi

C'est drôle ce que tu écris là, parce que moi j'entends davantage le chant des arbres que celui des animaux. Parfois il me suffit de poser ma main sur les branches des grands arbres, même ici, dans le parc au coeur de la ville, pour me sentir reliée à la vie et toute joyeuse à l'intérieur de moi.

Les forêts denses et sombres m'effraient mais sont pleines de présences, de "je ne sais pas comment l'appeler", de vibrations ?

2. Le jeudi 20 juillet 2006, 23:35 par Moukmouk

Chère sorcière sucrée--) C'est ce que je tente d'expliquer. Tu mets la mains sur un arbre et tu entends le Chant de la Beauté du Monde. Ce chant est initié par les grandes baleines et les animaux ( nous-aussi) participons à ce chant. Les arbres vibrent de bonheur et en mettant la main dessus on se sent tout de suite heureux. Tu le sens bien parce que tu participes bien au chant. Mais les arbres ont ils une autre langue pour se parler entre eux?

3. Le jeudi 20 juillet 2006, 23:44 par charles

J'aime bien la nature mais franchement j'crois que je comprends qu'mon chat...Parce qu'eux qu'en arbre ne s'épanoui pas c'est qu'il y a un probleme dans la terre(nutriment)ou simplement de soleil .C'est bien une brisse de vent dans les abres fait un bruit plus simpa que le bruit d'une voiture,en plus si y des a^nimaux...
Bon j'me suis compris c'est deja une sacré chose!@+

4. Le vendredi 21 juillet 2006, 00:15 par TT02

Je continue à croire que les choses sont simples. Les toutes premières choses sont manger, boire, dormir et la bonne santé. C'est le premier bruit du bonheur. Et on le perçoit tous, même si on n'écoute pas toujours.
Du coup dans mes recherches, j'ai trouvé ce site (que tout le monde connait probablement sauf moi). www.oiseaux.net/

Et j'en suis à mes premières photos (toutes pourries avec mon petit APN 1.3MP) d'oiseaux.

5. Le vendredi 21 juillet 2006, 05:54 par mamicha

Et les oliviers? ;)

6. Le vendredi 21 juillet 2006, 09:41 par Laflote

RAH, le chant des arbres... Ca c'est un très très beau texte que tu viens de nous pondre là Moukmouk...
Ce que j'aime faire, c'est prendre un arbre dans mes bras, coller ma joue contre son tronc et me remplir de sa force.
Tain, y'a bien que chez toi que l'on peut écrire des trucs pareils sans passer pour une sombre folle... :-))
Pas très loin de chez moi, il y a une forêt de hêtres. Si je vais m'y promener, j'ai toujours la sensation que des elfes et des fées sont cachés dans les troncs et qu'ils chuchotent lorsque je passe...

7. Le vendredi 21 juillet 2006, 11:29 par nziem

Ha ! les arbres et la fôret.. un lieu de rencontres magiques, toujours remplies d'animaux dangeureux, d'êtres mystérieux. Bien sûr que la forêt est un lieu de rencontre avec soi même ! Combien de jeunes filles y ont été rejettées dans leur jeunesse et en sont ressorties femmes (souvent grâce à un baiser de prince quand même) ; de jeunes garçons qui ont surmonté des épreuves pour acquerir des forces et en ressortir chevalier. Les découvertes spirituelles et la quête de soi se déroule toujours au pied des arbres : parole d'une Milloraine ;-)

8. Le vendredi 21 juillet 2006, 12:45 par Moumouk

Nziem--) quand il n'y a pas d'arbre, c'est bien duifficile de se sentir vivant
Laflote--) merci, c,est le but de ce blog, mais si on ne prend jamais d'arbre dans ses bras on devient vite fou, regarde autour de toi.
Et puis il y a des trucs qui parles. moi je pense que c,est l'écho du chant des baleines, c'est comme ça que je l'entends. Mamicha--) quoi les olives? ça poussent pas dans des pots? Que peuvent faire les combattants de la lumière dans des pays où il y en a trop?
TTo2--) J,ai hâte de voir tes contributions au réseau Oiseaux.net. As-tu remarqué? il manque beaucoup d'oiseaux du sud, et il faut continuellement corriger des erreurs, mais c'est pour cela que ce réseau est passionnant, mieux que plein d'autres livres qui prétentendent tout connaître.
Dans les choses simples tu as oublié: continuer, parce que la vie c'est simplement continuer.Pas nous, la vie.

9. Le vendredi 21 juillet 2006, 13:39 par Bellzouzou

j'aimerais bien aussi un texte sur les oliviers, j'en ai chez moi un beau spécimen (une espèce rare).

10. Le vendredi 21 juillet 2006, 16:50 par Laflote

@ Bellzouzou : il s'appelle Olivier ton ours ??? Mouahahahahaha ;-)

@ Moukmouk : moi, j'aime mieux me dire que ce sont les elfes et les fées des bois...

11. Le vendredi 21 juillet 2006, 19:35 par Dodinette

"Que peuvent faire les combattants de la lumière dans des pays où il y en a trop?"
-> justement ce ne sont pas des combattants de la lumière, ceux-là : ce sont des combattants de l'eau.
nuance.

et ce que tu dis est vrai : difficile de se sentir vivant quand il n'y a pas d'arbres. j'ai vécu dans une grande ville du sud-ouest de la france, magnifiquement restaurée... et dépourvue de toute végétation. et quand il y en avait, des arbres, ils les coupaient. arrivée ici, je me suis subitement remise à respirer.

tiens ça me rappelle une fois chez mes beaux-parents, en plein dans le bocage normand, des agriculteurs, pardon, des assassins ont zigouillé sous nos yeux tout un bosquet. une douzaine d'arbres, foutus en l'air en quelques minutes, et pourquoi ? pour "faire de la lumière" pour le potager de derrière...

nous les regardions tomber les uns après les autres, et ça ressemblait à des hommes qu'on abat.
je me suis détournée, la rage au coeur et les larmes dans les yeux.
le problème des agriculteurs de ce coin-là, c'est que ce sont de sombres crétins.

je sais, c'est polémique, mais ça fait du bien.

12. Le vendredi 21 juillet 2006, 21:17 par samantdi

Comme Dodinette, un de mes plus grands chagrins d'enfants a été de voir tomber de grands arbres tout près de chez moi : ils bordaient un petit sentier campagnard qui a été remplacé par une déviation pour poids lourds et un lotissement... Politique typique des années 1970.

13. Le vendredi 21 juillet 2006, 21:59 par Moukmouk

Dodinette--) ce n'est pas pour rien qu'il y a le mot Iri Akoï, vrai serpent ( iroquois) pour décrire les agriculteurs. Il y a un choiX, ou la vie nous appartient ou on appartient à la vie, il n'y a pas de compromis.

Samantidi--) c'est la politique de ceux qui possèdent, j'aspire tant à faire parti de la vie, que posséder me semble une façon de ne plus voir la vie.

Laflote--) si tes elfes disent le chant de la Beauté du Monde, Pourquoi pas? Ce qui est important de savoir, c'est qu'il y a un souffle, une raison non raisonnée qui nous domine totalement, qu'onsent quand on tombe en amour. Quand nous sommes en état d'amour, c'est ce que j'essaie d'expliquer.

14. Le mardi 25 juillet 2006, 08:48 par Etolane

Coucou Moukmouk, je t'observe régulièrement! ;) J'adore particulièrement ce texte et concept. Parfois, j'ai l'impression non pas d'entendre mais de ressentir les arbres, les plantes, j'me demande si ça pourrait être de la "Phytosensibilité"...