Le retour de l'oiseau journaliste

Depuis deux jours, un oiseau journaliste, c'est installé à l'Auberge de l'Ours qui danse. C'est bien sûr un billet pour Marloute.

L'oiseau journaliste, j'en ai déjà parlé. Lui qui préfère de loin la lisière de la forêt aux zones habitées ou au bord de lac, sa présence étonne un peu. Vous me direz qu'ici ce n'est pas très habité et vous n'aurez pas tort. Et puis, déjà il y a beaucoup moins d'estivants. L'été bien pourri qu'on a eu, a fait fuir les petites natures, et maintenant qu'il fait très très beau, je peux profiter de tout cela presque seul. Ça va continuer, j'en suis presque certain.

Le prix de l'essence doit jouer aussi. Il y a en beaucoup moins de moteurs sur le lac, laissant la place aux voileux, je ne m'en plains pas du tout. Par contre étrangement, les bateaux-moteurs qu'on voit sont de plus en plus puissants, des monstres à 500 ou 800 chevaux, capable de filer à plus de 100 et de faire tout le lac en moins de 10 minutes. Si on est si pressé que cela, je me demande où on trouve le temps de faire du bateau.

Mais ce n'est pas la fin de l'été que le beau geai bleu est venu m'annoncer. Quoi qu'en dise le calendrier, je ne l'aurais pas du tout cru. Il fait si beau. Il n'est pas venu me dire que le pic à la patte cassée, va maintenant très bien. Les chiens écrasés, ça va pour un journaliste débutant, mais un oiseau blessé, ce n'est quand même pas une grande nouvelle. Et d'ailleurs, le pic est venu lui-même me dire qu'il allait bien.

Il y a aussi la famille de faucons émerillons qui passe et repasse au-dessus de l'auberge en espérant manger un petit client. Qu'ils aillent ailleurs, pas de place pour eux chez moi. Et puis il y a tellement de feuilles que les chasseurs en vol ont peu de chance de succès.

Que veut ce cajoleur? Oui, le geai cajole. On dit cela de ceux qui chantent pour attirer les femelles, et par extension ceux qui disent ou font des gestes avec l'intention de séduire l'autre sexe. Maintenant c'est au téléphone qu'on commence les cajolements, et je ne sais pas si c'est pour cela que le chant du geai commence par une espèce de sonnerie... ou plutôt c'est la petite musique qui annonce le bulletin spécial d'information à la radio.

Ou peut-être est-il venu faire une enquête, cherchant des racontars et des histoires de sexes sur mes clients. Je vais l'avertir du danger qu'il court. Chez moi, ceux qui déclencle les ragots finissent dans le ragout.

Commentaires

1. Le lundi 25 août 2008, 18:47 par Dodinette

ce qui est bien c'est que d'une année sur l'autre, les mêmes sifflements veulent dire autre chose... c'est comme le reste sans doute : ce qui compte, c'est le contexte... :)

2. Le lundi 25 août 2008, 19:24 par Moukmouk

Dodinette--) j'ai repris le même chant parce qu'il n'a pas encore dit grand chose (que j'ai entendu) depuis qu'il est là. C'est pour cela que je soupçonne l'enquête louche.

3. Le lundi 25 août 2008, 23:24 par meerkat

Méfie toi. L'enquête est louche effectivement. Il semblerait que Monsieur le Geai Bleu attend tout simplement que ton catamaran te culbute dans l'eau. Alors là, tu le verras appeler tous les hôtes de l'Auberge et de la forêt. Mais peut-être que je suis mauvaise langue et qu'ils viendront juste pour te porter secours. Et pas pour se marrer un bon coup. ;-)
(l'attrape chats te venge, il me sort une opération si incroyable que je dois chercher la calculette : 31 moins 5 ???? en pleine nuit... pourrait pas mettre des chiffres pairs celui-là ?)