Court retour sur la chrysomèle

Oui la rotation suffit à éliminer la chrysomèle dans la majorité des cas... Mais le vrai problème, c'est la perte de rendement dû à la rotation.

Je cite "Le Progrès de Lyon" qui titre qu'un regroupement d'agriculteurs s'opposent à l'épandage aérien : 

"Le coût économique tout d'abord. Cette année, les champs de maïs situés en zone focus seront traités aux frais de l'État. Ceux placés en zone de sécurité sur lesquels les agriculteurs décideraient de replanter du maïs l'année prochaine, le seront aux frais des agriculteurs à hauteur de 60 %. Puis à leur entière charge l'année prochaine. « Pour cette année j'ai déjà fait un chèque de 2 400 euros. J'ai chiffré à 10 000 euros le coût en insecticides pour 2010 » explique Éric Viollet qui possède 20 % de ses champs en zone focus et alors qu'il ne reconduira que 50 % de sa surface de maïs. Le coût sera bien plus important pour les agriculteurs fonctionnant en monoculture de maïs. « Surtout que certains dans ce cas n'ont même pas de semoir à blé pour alterner les cultures » poursuit l'agriculteur. En cas de rotation de cultures, l'économie réalisée sur les insecticides risque fort d'être annulée par le manque à gagner engendré. Le maïs, sur cette terre de la plaine de l'Ain, assure en effet une rentabilité bien plus importante que le soja, le blé ou le tournesol. Un manque à gagner que le fonds de péréquation mis en place par la fédération nationale des producteurs de maïs ne compensera pas, selon eux."

Et voilà : la rotation ça coute trop cher surtout pour ceux qui n'ont plus l'équipement pour planter autre chose que du maîs. Les producteurs de grandes cultures en Amérique font la rotation principalement avec du soja qui malgré un redement un peu moindre rajoute des engrais azotés dans le sol et permet de maintenir un redement financier. La France ne produit que 5% du soja qu'elle consomme et je ne sais pas pourquoi on en produit pas davantage. 

En Bresse, j'ai vu qu'on faisait des rotations avec un mélange de céréales à chaume très court, ( surtout blé, orge, avoine) céréales qui ne peuvent que nourrir la volaille. Le rendement économique m'a semblé particulièrement faible ( à l'oeil 150 à 180 euros à l'hectare) alors que le maîs aura (à mon oeil toujours) des rendements d'autour de 1500 euros à l'hectare et le soja pourrait rapporter 1000.

Je me demande aussi si la vraie panique n'est pas celle des ingénieurs agricoles et autres sprécialistes des ministères pour qui une agriculture respecteuse de l'environnement veut dire une agriculture passéîste dont les rendements économiques sont insuffisants pour soutenir la concurrence. 

Parce qu'il est là le vrai problème, on ne cultive pas pour nourrir les gens mais pour faire de l'argent. 

Commentaires

1. Le dimanche 16 août 2009, 17:49 par TT02

Ah ok je comprend mieux ce que tu veux dire !

2. Le dimanche 16 août 2009, 18:05 par Poutine Girl

... la volaille et les végétarien/ne-s

3. Le dimanche 16 août 2009, 20:50 par Bismarck

Oui, mais pour faire de l'argent, les agriculteurs ont encore besoin des subventions... Mon chéri est d'avis que la seule solution, c'est de faire des agriculteurs des fonctionnaires, chargés de gérer le paysage et de nourrir les gens. Ah bas le capitalisme agricole!

4. Le lundi 17 août 2009, 07:40 par Moukmouk

Bismarck--) Oui, avec la propriété par l'état des sols. Mais il reste le mur très réel de la population, il est impossible de nourrir tous les terriens convenablement. Ou on fait de la mal-bouffe industrielle ou on laisse mourir X millions de personnes (ou milliards). C'est un problème très complexe.

Poutine--) vu le degré de sur-murissement je ne te conseille pas, il n'y a plus que de l'amidon dans ce grain ou presque.