Reprise: Glouscap et le Wasis

Les Héros même les plus puissants, rencontrent toujours plus puissants qu'eux. Pour toutes les mamans qui vont très bien comprendre ce conte.

Le grand Glouscap, le plus grand des héros, le sorcier le plus puissant revient victorieux d'une terrible bataille contre les terribles Kewawk'l, une race de très néfastes géants magiciens pleins de méchancetés. Il était très fier de lui, en bombait le torse en disant que s'il avait été victorieux d'ennemis aussi dangereux, rien, mais absolument rien ne pouvait lui résister.

Une femme gloussait et lui dit : « Es-tu vraiment certain d'être le plus fort? Moi je connais un monstre qui est invaincu et que personne ne peut vaincre. » Glouscap lui répond que lui il est le plus grand et qu'il ne craint ni aucun monstre ni personne.

On l'appelle Wasis dit la femme, et je te conseille de ne pas te mesurer à lui! Il est là dans ce wikuwam. Mais Glouscap n'accepte pas qu'on lui résiste.

Glouscap s'entoure de fumée magique de protection et se concentre pour ramener à lui tout son pouvoir, et entre dans le wikuwam. Il n'y avait qu'un bébé par terre. Glouscap se méfie, peut-être l'ennemi est un génie de l'air invisible, mais non rien que ce bébé qui suçote un bâton de sucre d'érable en babillant une petite chanson pour lui-même.

Glouscap, toujours en combat contre les ennemis ne s'était jamais occupé d'un enfant. Mais tout confiant, il fait un grand sourire et demande à l'enfant de venir. L'enfant répond au sourire, mais ne bouge pas. Glouscap fait un très beau chant d'oiseau. Wasi ne s'occupe pas de lui et continue de sucer son bâton de sucre.

Tout le monde obéit à Glouscap! Il entre dans une grande fureur et d'une voix forte ordonne à Wasis de venir tout de suite à lui. Le Wasis se met à hurler si fort que même le cri de l'Oiseau Tonnerre semble un murmure. Le grand magicien rassemble toute sa puissance et ordonne à ce terrible Wasis de lui obéir. Mais comme il n'y a pas de méchanceté dans l'enfant, la magie ne peut opérer. Glouscap chante un chant si puissant que les morts se retournent dans leur tombe, et que les esprits du second monde tremblent de peur. Le Wasis cesse de pleurer et recommence à sucer son baton de sucre. Désespéré, Glouscap quitte le wikuwam pendant que l'enfant chante gou...gou... gou...

Et c'est pour cela que les enfants font encore gou...gou... ils sont si puissants qu'ils peuvent dominer Glouscap.

Commentaires

1. Le dimanche 14 février 2010, 20:40 par Miyax

Un wikuwam, c'est un wigwam ?
J'aime énormément ton conte. D'où vient-il ? Qui le transmet ?
Des bises

2. Le dimanche 14 février 2010, 21:01 par Nanouk

Une des mes histoires préférées. Comme quoi, même pour les plus grands héros, les enfants restent... déroutants :)

3. Le lundi 15 février 2010, 08:25 par la Mère Castor

C'est très beau. Il se pourrait même que je te l'emprunte, tiens. Si tu veux bien.

4. Le lundi 15 février 2010, 10:10 par luna

Il faut savoir parler aux enfants avec douceur et délicatesse, j'adore cette histoire...

5. Le lundi 15 février 2010, 16:33 par Erika

En plus c'est si vrai ! ;)

6. Le lundi 15 février 2010, 16:43 par Moukmouk

Erika--) Oui, les enfants sont de terribles monstres que même la magie ne peut apaiser. Surtout quand ils ont mal aux dents.

Luna--) La douceur et la délicatesse y change quelque chose ?

Mère Castor--) Pas de problème, je suis sûr que tu le feras très bien.

7. Le lundi 15 février 2010, 16:46 par Moukmouk

Nanouk --) merci

Miyax--) Difficile de savoir d'où viennent les contes. La rédaction est entièrement de moi, mais je ne suis pas propriétaire de la tradition, et Glouscap a plus de 3000 ans.

8. Le lundi 15 février 2010, 18:15 par Paola

Moukmouk connaît bien les enfants, il sait que rien ne les impressionne, et que ce sont eux qui nous apprivoisent et pas le contraire...

9. Le jeudi 18 février 2010, 02:23 par Moukmouk

Paola--) ça tu as parfaitement raison, les enfants sont équipés pour créer en nous le besoin de s'en occuper, et plus on s'en occupe plus on s'en soucie. L'instinct maternel et paternel, il est dans l,enfant pas dans l'adulte.