Il est trop tard, suite et fin

Voilà l'évidence est là, même si nous continuons à la nier. Je sais c,est encore du préchi-précha mais bon...
Je regardais un bulletin météo à la télé et voilà que le présentateur nous dit que 2011 fait partie des années les plus chaudes, que notre petite Terre se réchauffe plus vite que prévue et que rien ne peut plus arrêter cette hausse qui dépassera largement les 3 degrés. Or rappelons-le le GIEC ( groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat IPCC en anglais) avait pour objectif de limiter la croissance des températures à 2 degrés, parce qu'au-delà, les conséquences pour l'agriculture et l'environnement sont telles qu'une bonne partie de la population humaine et animale ne trouvera plus à se nourrir. 
Le présentateur météo dit que rien ne peut arrêter la hausse qui dépassera les 3 degrés. Il y a 5 ans, ce genre d'affirmation aurait provoquer son congédiement immédiat. Ou plus probablement, on aurait prétexté un incident technique pour empêcher une telle horreur d'être affirmer à la télé. Mais, les humains sont maintenant tellement habitués à se faire dire qu'on ne peut plus rien faire, qu'ils acceptent la mort sans broncher. Le Dieu-marché a décidé qu'il faut se saigner aux quatre veines pour nourrir la bête, et que de sauver les banques, les grandes fortunes du monde est plus important que de sauver les humains. 
Ça n'a rien de nouveau, les puissants ont toujours bouffé les petits et ce n'est pas aujourd'hui que ça va changer, même si la bête bouffera même les puissants. Plutôt que prendre le contrôle des banques et d'utiliser jusqu'à la dernière ressource, les derniers sous, les dernières énergies à sauver ce qu'on peut de notre petite Terre, non! On saigne les petits pour nourrir la banque. 
La nouveauté? Elle n'est pas nouvelle, J'en parle depuis plusieurs année. Mais de plus en plus de scientifiques commencent à prendre en compte la fonte du pergélisol, la fonte des grandes tourbières de régions subarctiques, si bien que la hausse du taux de carbone dans l'atmosphère en 2010 seulement a été de 1,7 à 5,2 fois (selon les différentes études) plus importante que ce qui avait été estimé. Résultat, l'an prochain sera plus chaud et fera fondre plus de tourbières ce qui entraînera une hausse des températures qui fera fondre plus de tourbières ce qui causera... enfin vous comprenez le principe. Nous sommes maintenant comme le caribou englouti... l'agitation ne fera que nous plonger d'avantage dans la catastrophe.

Commentaires

1. Le lundi 5 décembre 2011, 15:31 par MoiCLouLou

Conclusion : L'argent mène le monde. Je sais, ça fait longtemps qu'on l'entend mais plus j'avance en âge plus je me rends compte que c'est vrai.

Il me semble aussi que c'est plus évident + GROS; ça n'a plus de limites cet appât du gain! Les gens sont prêts à tout pour l'argent et pour bien paraître, l'image...

J'ai beau vouloir être optimiste, je n'ai qu'à ouvrir la télé pour me rendre compte qu'on est tous foutus et ce pour plusieurs raisons.

On a beau avoir des programmes de récupération et de recyclage, des nouveaux systèmes de transport en commun, des voitures moins gourmandes et moins polluantes, des éoliennes, des panneaux solaires, du compostage et tout le reste... Le mal est fait.

Les compagnies nous mènent par le bout du nez. La plublicité n'a jamais été aussi vorace et les gens aussi crédules.

Dernièrement, on a visionné un documentaire qui date de 2006 d'une certaine Jennifer Baichwal "Edward Burtynsky Paysages fabriqués" qui dépeint la révolution industrielle en Chine et toute la pollution que cela crée dans l'environnement, vu par le photographe Edward Burtynsky.
À voir! Ça m'a fait réaliser plein de choses.

J'ai même remis en question les photos de la nature que je prends pour mon blogue avec une belle caméra fabriquée industriellement là-bas et évidemment l'ordinateur sur lequel je t'écris qui font parties de cette grande roue qu'est la consommation effrenée qui nous emportera, malheureusement.

On vit dans un monde tellement complexe que malheureusement avec 7 milliards d'humains c'est presque mission impossible que de changer les choses.

Ma façon de voir la vie maintenant, est de profiter du peu qu'il nous reste côté nature et c'est pour ça que je fais ce blogue "Aux petits bonheurs" ça me libère de partager mon amour pour celle-ci. À la fin, c'est elle, la nature, qui décidera de notre sort.

J'ai tellement de choses dans la tête, tu m'excuseras de l'ordre de mes idées; j'ai un peu de difficultés à dépeindre tout ce que je pense, c'est complexe, comme le reste...
Louise

2. Le lundi 5 décembre 2011, 19:56 par Tili

Je crois aussi qu'il est trop tard. Cependant on pourrait quand même faire des choses, agir, varier les espèces de semences, conserver les plants anciens résistants, etc etc. Si seulement...

3. Le mardi 6 décembre 2011, 05:51 par Anne A

Nous pourrions utiliser un peu de toute cette énergie que nous avons utilisé à détruire le monde à le maintenir à flot, non?

4. Le mardi 6 décembre 2011, 07:20 par Moukmouk

Anne A--) oui mais c,est faire exactement le contraire de ce que font les dirigeants des pays industrialisés.

Tili--) Et fermer les usines de sable bitumineux, cesser de pomper du pétrole, et planter des milliards d'arbres

MoiClouLou--) ne pas oublier que le pays le plus pollueur par habitant reste le Canada. Les canadiens seraient les plus attentifs à l'environnement tant qu'on ne fermera pas les gisements de sable bitumeux, tous nos efforts individuels ne servent à rien.

5. Le mardi 6 décembre 2011, 18:13 par dieudeschats

Le cul et l'écu... ce sont les maîtres de ce triste monde :-(