Les sept directions

Des mots de mon papa... enfin basé sur mes souvenirs et c'était sûrement plus bref. C'était un homme de très peu de mots. Mais c'est resté dans ma mémoire...

peut-être parce que j'ai mal aux pieds, j'envie la marche lente mais très efficace de mon père. Un mystère, en marchant plus lentement, il pouvait faire beaucoup plus de distance que moi. Les sept directions, c'est le centre de sa sagesse.

Où vas-tu? Demandai-je à mon père. Il répond :

-Comment veux-tu que je le sache, c'est le chemin qui le sait.

-Mais il faut bien aller quelque part! Décider de ce que je veux.

-Oui tu peux décider, mais la vie peut très bien en décider autrement. Tu peux bien décider de sortir du chemin, mais tu risques fort de te perdre.

--) Mais en partant, nous prenons une direction.

--) Oui et il y a sept directions :

L'est qui conduit à la mer, c'est le chemin du rêve brisé. Ce n'est pas important que le rêve se brise parce qu'il t'aura donné beaucoup de joie en le suivant. Emporte des mots doux pour chanter ta joie et ta peine. Après il y a l'ouest, c'est le voyage la grande tourbière et les moustiques, la chasse y est bonne, mais il faut en revenir. Emporte du silence, la tourbière est sourde et il ne sert à rien de te plaindre des moustiques.

Le Sud c'est le voyage vers la chaleur de l'amour. On s'y perd souvent et on revient à son point de départ. Emporte des mots tendres, dire l'amour embellit le Monde. Le Nord c'est le voyage de l'exploit, il est difficile, mais te nourrira toi et les tiens. Emporte des mots des légendes, ils t'aideront dans ta solitude à trouver la route du retour.

Après il y a en Haut. Pour cela il faut que tu quittes tout ce que tu penses être, tout ce qui t'alourdit. Si tu veux le suivre, demande aux oiseaux. Ils refuseront de t'entendre alors il faudra trouver des mots de plus en plus légers, et quand tu les auras trouver, les oiseaux accepteront de l'emporter

Il y a le voyage en Bas. Le voyage inutile. Tu peux creuser, creuser et creuser, il y aura toujours de la terre sous tes pieds. Si tu choisis cette direction, emporte aussi des mots légers, tu auras besoin des oiseaux pour te sortir de là.

Et puis la direction la plus difficile, le chemin qui mène en toi. Tu y affronteras les monstres les plus extravagants, et les mots voudront te dévorer. Tu devras apprendre à ne pas les écouter, et à te retrouver par le toucher.

Il n'y a pas de bonne direction, il n'y a qu'apprendre à bien suivre le chemin, et à trouver les mots pour dire ce que tu as vécu.

Mon père a repris sa marche lente et efficace, à chercher le chemin devant ses pieds.

Fil des commentaires de ce billet