Les coyotes à Montréal

Il y aurait 400 personnes qui ont téléphoné à la police pour signaler la présence de coyotes dans la ville de Montréal l’an dernier. Il faut faire quelque chose!

Mais quoi? j’admets que ce soit impressionnant de voir des coyotes dans ce qui est supposé être le domaine exclusif des hommes. Après tout c’est un animal d’une quinzaine de kilos particulièrement discret et silencieux, plutôt nocturne… enfin qui aime le matin et le soir. On le devine plutôt qu’on le voit et même s’il ne craint pas l’homme comme le loup, il a l’intelligence d’être prudent.

 

Le monstre qu’on devine est plus grand que celui qu’on voit. Mais les descriptions parlent plus de 30 à 40 kilos plutôt que 15 à 20. Alors j’opte plus pour des bergers allemands sans maître qui eux peuvent être vraiment dangereux parce qu’ils ne craignent pas l’homme et pense qu’ils peuvent gagner un combat. Les loups comme les coyotes ont la sagesse de savoir qu’il est préférable de faire peur et de ne jamais se battre sinon dans la plus extrême limite quand plus aucune fuite n’est possible. Ça pourrait aussi être des coy-loups de plus en plus fréquents dans les forêts d’ici dont le poids est autour de 35 à 60 kilos.

 

Des loups? Non, les grands loups d’ici ne viendraient pas en ville à moins d’y être traînés. Et puis c’est franchement plus lourd. De 40 à 60 kilos pour un blanc jusqu’à 80 pour un grand gris, et une source sûre a rapporté avoir pesé un loup roux sûrement exceptionnel de 100kilos. Le grand Maîkan lui-même, le plus dangereux fantôme des Innus sans doute, trop triste de ce monde, a décidé de mourir. Et on ne voit pas un loup s’il ne veut pas être vu.

 

Alors il y a un numéro de téléphone où appeler si on voit un coyote et un trappeur tentera de l'attraper. Une réponse administrative qui ne changera strictement rien. D’abord s’il y a des coy-loups en ville c’est qu’il est plus facile de trouver de la nourriture ici que dans la forêt. Il y a beaucoup de chats d’écureuils de mouffettes et ratons laveurs et des dizaines de milliers de poubelles. C’est la disponibilité de la nourriture qui détermine la taille d’une population… de toutes les populations.

 

Il faut des poubelles avec des couvercles de sécurité, et euthanasier les chats errants si vous ne voulez pas que les coy-loups viennent en ville. Ils sont ici pour faire le ménage, alors la seule façon de ne plus avoir de problèmes, c’est de faire le ménage vous-même. Même si moi je ne vois aucun problème à ce que des coy-loups se promènent en ville. Si jamais un enfant se fait attaquer, on constatera que l’agresseur marchait sur deux pattes comme les loups-garou des siècles passés.

Fil des commentaires de ce billet