Lettre au Premier Ministre du Canada

Un autre coup dur pour l'espoir

Monsieur le premier ministre

 

En novembre 2017, 15 364 scientifiques dont plusieurs prix Nobel signaient un cri d’alarme : nous ne pouvons pas continuer à polluer, l’humanité ne survivra pas 50 ans. Nous le voyons partout, la perte de biodiversité en est une preuve directe. Plus de 50% des oiseaux sont morts dans les 30 dernières années, les insectes les amphibiens et les poissons disparaissent encore plus vite.

 

L’exploitation des sables bitumineux constitue la forme la plus polluante d’obtenir le pétrole. Vous avez décidé d’accélérer cette pollution en achetant et développant un pipeline qui permet de vendre ce pétrole synthétique à l’international. L’argument est qu’actuellement ce pétrole se vend moins cher parce qu’il n’y a que les Américains pour l’acheter. Pourtant ce pétrole a très mauvaise réputation et très difficile à raffiner et que personne n’en achètera à moins qu’il continue à être vraiment moins cher.

 

Mais vous avez sans doute raison. Il n’y aura pas de réforme de nos modes de vie et de production, nous ne changerons pas notre façon de faire de l’agriculture, il n’y aura pas de taxe sur la production de bœufs et donc les 15 000 scientifiques ont raison, il n’y a pas d’avenir pour l’humanité.

 

Vous avez donc raison de favoriser l’industrie pétrolière, c’est la dernière fête avant la mort, aussi bien que les Canadiens en profitent. Il n’y a plus d’espoir, mangeons maintenant avant qu’il n’y ait plus de nourriture.

 

Vous avez choisi, j’en suis bien triste. J’aimerais tant avoir tort, mais 15 364 scientifiques me rappellent que vous avez mis fin à l’espoir.

Fil des commentaires de ce billet