Omer le Triste

Je suis allé au parc voir mon copain Omer Vit-Vit. Il fait grand soleil et ça sent le printemps, mais il n’est pas heureux.

Je l’avais vu un peu plus tôt cette semaine, il était épuisé et je n’avais pas osé le déranger. Faut dire qu’il venait de faire le vol direct depuis le refuge de « long point » sur le lac Érié, 400Km sur des si petites ailes c’est quand même quelque chose. Oui bon, il y avait un vent favorable en altitude, il n’avait qu’à le trouver et se laisser pousser en se guidant. Mais c’est quand même presque 10 heures de vol, essayez d’en faire autant et nous en reparlerons.

 

Je suis étonné qu’il arrive si tard. D’habitude les Cardinaux rouges arrivent en février pour choisir les meilleurs territoires, les filles arrivent beaucoup plus tard. J’ai commencé la conversation tout doucement parlant du beau temps, je sentais bien que quelque chose n’allait pas. Mais je ne voulais pas pousser, juste le laisser me dire s’il en avait le goût. C’est comme ça qu’il faut faire avec les amis.

 

C’est venu assez vite : sa Sandrine, sa compagne n’est plus. Je pense que cela s’écrit plutôt Cendrine, parce qu’elle est grise, mais ce n’est pas le temps de chipoter sur l’orthographe. Un chat, oui il avait vu le chat avant, mais il surveillait l’épervier de Cooper qui lui surveillait son nid, et le chat s’est approché sans qu’il n’entende et… il n’a pas donné l’alarme. C’est bien sûr un accident, mais comment ne pas se sentir coupable? Alors Omer ne va pas bien.

 

Il est resté très longtemps dans le sud dans l’espoir de séduire une nouvelle oiselle… Mais c’est difficile de faire du charme quand on a le cœur triste. Surtout chez les cadinaux, des oiseaux particulièrement hautains et prétentieux où il est très important d’être le plus fort et le plus beau… enfin au moins prétendre être le plus fort et le plus beau. Pourtant il est si beau Omer.

Omer.jpg

 

Et puis j’ai commis une très grossière erreur. J’ai dit que je comprenais, que c’était plus difficile d’être choisi quand on est vieux :

 

Houla-là, il s’est lancé dans une bordée d’injures comme je n’en avais jamais entendu chez un cardinal supposément bien élevé. Peut-être que j’ai un peu raison et que… ne plus être choisi… bon il faut se faire une raison… mais non, il ne veut pas se faire une raison… comme je le comprends.

Fil des commentaires de ce billet