L’Art de dire n’importe quoi (suite)

Je l’ai lu à partir du Figaro mais cette bêtise a été diffusée par beaucoup de médias français. L’extermination des amérindiens a été si brutale qu’elle a causé un refroidissement de la Planète.

Pour citer ma source on peut lire ce texte ici. L’idée c’est que en tuant les humains qui vivaient en Amérique les Européens auraient causé une brusque diminution des GES et donc une diminution de la température de la Planète.

 

Il faut d’abord savoir de quoi on parle. On ne connaît pas le nombre d’habitants des Amériques avant l’arrivée des Européens. L’article prétend qu’il y a 60 millions d’américains. C’est plutôt dans le bas de la fourchette des évaluations actuelles et mes calculs donnent plutôt le double, mais ça ne change rien au principe. La période des exterminations selon l’article est enfin longue. De 1520 à 1850. Ce qui fait assez peu de morts par année.

 

La brutalité du génocide ne fait aucun doute. Les Européens sales et plein de maladies ont importé plusieurs microbes mortels et ils se sont lancés dans de multiples tentatives d’exterminations qui ne sont d’ailleurs pas encore terminées. Mais comme presque toujours avec les Européens, c’est du travail mal fait et qui n’a pas abouti.

 

Mais les habitants de la Terre en 1520 produisaient moins de trois tonnes de GES par années et les forêts étaient largement capables d’absorber cette production. Il y a eu un petit age glaciaire mais ce n’est pas l’extermination des amérindiens qui en est la cause.

 

La preuve, chaque année maintenant il meurt 60 millions d’humains qui chacun produise plus de 6 tonnes de GES et le taux de GES continue d’augmenter. Le problème n’est pas le nombre d’humains mais la folie productiviste. Ou plutôt la folie productiviste et la production massive d’engrais azotés a permis de faire passer la population de la Terre de moins de 2 à 8 milliards.

 

Un peu de bon sens s’il vous plait…

Fil des commentaires de ce billet