Qui se souviens de Namiko?

Une baleine amie reste amie pour toujours. Un rêve de baleine...

J’ai eu un rêve de baleine hier. Le monde de ce rêve n’a rien à voir avec les terrestres. Il y a le troisième plan, la lumière et la chaleur en haut, le froid et la densité en bas. La vie y est très dense et on entend une multitude de sons. Beaucoup plus que je peux entendre avec mes pauvres oreilles, c’est ce qui m’a mis sur la piste.

 

Et puis j’ai remarqué qu’il y avait d’avantage d’ultra-son que d’infra-son. La lumière est très verte. Il y a beaucoup de nourriture. Et ces présences amies blanches, ma famille, mes semblables. Je suis avec le clan de Cacouna une large famille de bélugas du Saint-Laurent.

 

J’ai connu plusieurs membres de ce clan, Hélis le sage, Caroline, Népi et tant d’autres. Mais personne n’a la présence espiègle, joyeuse et pourtant douce de Namiko. Namiko, c’est du japonais et ça veut dire : »petite vague ». Je l’ai connu il y a certainement 40 ans maintenant, C’était un tournage pour un petit film contre la chasse aux baleines. C’était un baleineau encore tout gris, toute en jeu et en joie.

 

Si longtemps que je ne l’ai pas vu. Suis-je trop vieux pour retourner sur le fleuve en kayak à sa recherche? Probablement. Et puis, elle ne vient plus facilement vers les humains, son clan ne veut pas, ils sont trop dangereux.

 

Et puis j’ai entendu :

Qui se souviens de Namiko? Elle, elle se souvient de moi.

Fil des commentaires de ce billet