Des Torngats

Une Dame me demande : que se passe-t-il si je rêve que le vieux monsieur Lune me poursuit et cherche à me séduire… je tente une réponse.

Cela n’a rien d’exceptionnel, c’est même un des outils les plus courants des Torngats, les êtres du second monde. J’emploie le mot Inuktitut « Torngat » mais bien sûr cela ne recouvre qu’une petite partie de la très complexe réalité de la relation entre les premiers habitants d’Amérique avec l’autre coté des choses. Mais le but ici est de faire une approximation qui permet de comprendre.

 

Disons d’abord que les Torngats ne peuvent agir directement dans notre monde. Ils n’ont pas de matérialité pour déplacer des objets, faire un feu ou provoquer la pluie. C’est pour cela que la plupart sont très jaloux de la vie, de notre vie, de notre possibilité d’agir sur les choses, de toucher de sentir et surtout d’aimer.

 

Aussi les Torngats tentent de nous influencer de nous faire agir à leurs places et à leurs convenance pour qu’ils puissent sentir ce que nous sentons. Les plus dangereux vont jusqu’à nous séduire pour tenter de nous voler notre vie. Certains réussissent, nous devenons alors comme eux, vide, incapable d’agir (ou si peu) avec un désir très fort qui nous habite, mais pas de possibilité de le vivre.

 

Bien sûr, le rêve est le premier et le plus puissant de leurs outils. Sent comme le rêve est doux et beaux, tellement plus facile que la réalité, sans conflits, sans contraintes aucunes… Jamais la réalité ne sera aussi facile, aussi simple… Vivre est si difficile abandonne-toi dans le rêve…

 

Non je ne céderai pas aux Torngats. Tu es si difficile et complexe, je dois me battre chaque jour pour te rejoindre, toi, si vivante.

Fil des commentaires de ce billet