Le dilemme de Morales

La semaine dernière d'autres référendums d'autres « incidents » graves en Bolivie. La démocratie, ça ne compte que quand les riches gagnent.

Des paysans indiens de la montagne sont venus à Sucre, la capitale constitutionnelle de la Bolivie, recevoir des mains du président Morales, les insignes du Mérite Agricole pour les coopératives qu'ils ont organisées. Sous le regard complaisant de la police, des jeunes blancs ont été cherchés les Indiens à l'hôtel les ont trainé sur la place publique les ont dévêtus, battus et brulés leurs vêtements. Provocation.

Deux états de la plaine, le Beni et le Pando ont tenu des référendums demandant plus d'autonomie. Ce qui veut dire que les riches propriétaires blancs ne veulent pas du pouvoir des indiens de la montagne. Il y a même eu une condamnation de l'ONU des incidents de Sucre. La télévision n'en a pas parlé, de pareilles démonstrations de la puissance de la civilisation blanche sur les sauvages, ne sont que trop habituelles.

Les Seigneurs Blancs et leurs armées privées largement pourvues en armes par l'empire USA, ont décidé d'écraser le pouvoir démocratique. Les provocations se succèdent, et le président Morales hésite à répondre. Armer le peuple pour construire la défense contre la provocation des seigneurs blancs? C'est pas sûr que le peuple va gagner, c'est certain que les souffrances et la misère économique vont augmenter. Et ce serait l'occasion idéale pour permettre aux USA d'envahir et d'imposer un gouvernement qui leur est favorable. Ils ont perdu beaucoup de terrain en Amérique du Sud.

C'est vrai qu'avec l'Irak et l'Afghanistan, les USA sont suffisamment affaiblis pour hésiter avant d'ouvrir un nouveau front contre une guérilla. Et que ce serait bien difficile de lié une révolte de sauvages sous-développés de la montagne, avec Al Qaida. Les Seigneurs Blancs nous le répètent chaque jour : ceux de la montagne, sont des sauvages sous-développés.

Encore une fois, la démocratie, le pouvoir des gens est confronté à la puissance des riches. Encore une fois, il y a peu de chance que la démocratie gagne. La démocratie ça ne marche que si elle sert l'intérêt des riches.

La Bolivie, c'est très loin, et je ne sais pas quoi faire pour aider... sinon en parler. Si vous pouvez en parler autour de vous, ça ne donne pas grand chose, mais au moins nous saurons tous avec quel mépris on nous traite. Quand Sarko le Nabot vous parlera d'une alliance avec l'Empire, vous en connaitrez le prix.

Commentaires

1. Le lundi 2 juin 2008, 22:28 par Marc

C'est le dilemme auquel chaque pays est confronté un jour. Se soumettre, collaborer, se rebeller, résister. C'est aussi le dilemme auquel chacun de nous est confronté... Un jour, tous les jours...

2. Le lundi 2 juin 2008, 23:15 par bey

en paler oui mais ça me laisse coite . Que dire face à de telles provocations Ils viennent voir le président et il n'est pas à même de leur assurer sa protection?

3. Le lundi 2 juin 2008, 23:24 par Moukmouk

Marc--) le niveau de confrontation en Bolivie est nettement plus élevé qu'ailleurs. C'est du mépris raciste. Saveur vient de m'envoyer ce vidéo: boliviarising.blogspot.co...

de la pure provocation dans le but d'entrainer une guerre et une dictature.

Bey--) Malheureusement non. Répondre à la provocation veut dire la guerre civile. Choisir la guerre, c'est rarement une bonne solution pour les humains... mais devant les monstres qui les attaquent, il devra peut-être si résoudre.

4. Le mardi 3 juin 2008, 00:12 par Tili

Je suis déjà allée en Bolivie, c'est un pays magnifique. C'était il y a 8 ans (déjà), voyage magnifique... Sauf une petite chose qui m'avait choqué... A un moment nous avions pris un mini "tour opérator" local pour aller visiter un site inaccessible sans équipement.
La route étant longue, nous avions acheté de l'eau, largement plus que ce dont nous avions besoin.
A un moment on s'arrête au bord de la route et une femme portant un bébé nous fait signe. Pensant que nous ne comprenions pas l'espagnol, elle s'adresse au chauffeur pour lui demander de l'eau.
Il l'envoie violament promener. Elle s'éloigne.
Je m'interpelle, le chauffeur me dit "ce n'est qu'une indigène on ne va pas gaspiller notre eau"..
Je me fâche, d'une part c'est MON eau et d'autre part JAMAIS je ne refuse de l'eau à quelqu'un... Je cours après la dame et lui offre une bouteille en lui demandant pardon pour les propos du chauffeur...
Il a 8 ans... déjà et là ils vont s'entretuer pour du pouvoir, du racisme, de l'argent :-(

5. Le mardi 3 juin 2008, 01:19 par Moukmouk

Tili--) c'est justement sur la question de l'eau que les indiens de la montagne ont construit une solidarité et un pouvoir politique qui les a amené au pouvoir. Et les blancs contestent se pouvoir, parce qu'ils les empêchent de continuer l'esclavage et la domination. Le mépris n'aura qu'un temps.

6. Le mardi 3 juin 2008, 01:36 par samana

Un seule Mot me vient la! IMMONDE... Immondice... Dire que la vraie defenition du racisme est :Reconnaître l'AUTRE , dans sa différence ,et non pas lui cracher a la face!
Certains Hommes ne sont plus des Hommes ...Mais des Sauvages... produits d'un Monde en souffrance!

7. Le mardi 3 juin 2008, 01:38 par samana

Effectivement ...J'ai eu moi aussi des soucis avec le captcha...

8. Le mardi 3 juin 2008, 02:06 par Moukmouk

Samara--) Pour le captcha, j'y travaille... Le mot "sauvage" vient de sylvia=forêt. Et je te jure que personne de la forêt ne serait raciste à ce point.

9. Le mardi 3 juin 2008, 03:45 par Samana

Mauvais terme...De quoi les qualifierais tu??

10. Le mardi 3 juin 2008, 12:29 par Moukmouk

Samana--) Esclavagistes?

11. Le mardi 3 juin 2008, 13:55 par Stefbsl

Je n'aimerais pas être à la place de Morales ...

12. Le mardi 3 juin 2008, 16:11 par Marc

Moukmouk,

Je ne cherchais pas à banaliser le dilemme Bolivien dans mon commentaire ci-haut. Je me suis sans doute mal exprimé. Au contraire, je cherchais à lui donner une portée intime et universelle. Comment comprendre ces questions si on ne les intègre pas dans nos propres schèmes et dans notre histoire personnelle ? Comment trouver des réponses valables si elles ne correspondent pas à nos propres questions et à nos valeurs ?

Je demeure convaincu que notre façon de réagir au dilemme de Morales - dénoncer cette position impossible et l'imposture des puissants en est une, correspond à notre façon habituelle de réagir et indique de quel coté penchent (généralement) nos solidarités.

Merci en tout cas pour ces renseignements et pour ta façon de les présenter qui ne laisse aucune place à l'ambiguïté.

13. Le mardi 3 juin 2008, 16:55 par Moukmouk

Marc--) Oui, je pense que j'avais compris, mais j'en ai profité pour taper un peu plus fort sur le clou. Merci de m'en avoir donner l'occasion.

Stef--) Il ne peut pas faire un bon choix. Alors il essaie de gagner du temps.

14. Le dimanche 10 janvier 2010, 09:39 par Emilypn

Oh finally, I received very smart ideas about this topic? I advice to search the <a href="http://www.topdissertations.com">thesis</a> or purchase dissertation tips, just because this helps in getting good grade if you have <a href="http://www.topdissertations.com">custom dissertation</a>.