Reprise : Oukpialouk et Nirlinaq

J'ai laissé passer en ours très distrait que je suis l'anniversaire de notre chère Trollette. Alors je me reprends très en retard. Drole comme l'an dernier mon basilic a survécu à la nuit très froide.

Deux bonnes nouvelles: malgré le froid mon basilic a survécu à la nuit! Il a eu tellement de misère le pauvre, qu'il a un goût très profond, adorable. Et puis c'est la fête de notre chère Trollette. A voir ses photos elle doit avoir 21 ou 22 ans aujourd'hui. Quel honneur, sa soeur la Cigogne, me demande une petite histoire comme cadeau...fiou, sacré défi! J'aurais bien aimé lui faire lire avant de le mettre en ligne mais je n'ai pu la rejoindre. J'aurais pu parler de l'exceptionnelle créativité de la Trollette, mais je pense plutôt me concentrer sur la première évidence: l'amour. Pour ne pas alourdir le texte je mets des liens qui j'espère expliqueront des détails.

Jeune, [le puissant Oukpialouk|http://pohenegamouk.free.fr/index.php?2006/05/18/14-oukpialouk-et-toulougat|fr] se cherchait une compagne. Lui! Le plus puissant des oiseaux, le plus beau, celui dont le seul regard terrifie ses proies, toutes les oiselles du Nord se battraient pour obtenir ses faveurs.

Il courtisa donc une jeune et jolie perdrix qui lui dit : Hou! Tu es trop laid! Tu as les jambes courtes et un gros corps, tu n'as même pas de cou, jamais je serai ton amie. Oukpialouk déçu porta ses efforts vers une très jolie sterne. Elle lui dit : « Tu es beaucoup trop lent pour moi, moi je vole vers les sommets, je veux aller très haut dans le ciel, tu ne seras qu'un boulet pour moi ». Triste, il se rendit sur la plage pour rencontrer une Tournepierre. Sa réponse fut sans équivoque: « qu'es-tudis qu'es-tudis, vite, vite, j'ouie pas j'ouie pas vite vite »...

En désespoir de cause, il tenta même de montrer ces charmes à une lapine qui détalla à toute jambe, après tout son nom en suédois ça veut dire : le tueur de lapin. Rien à faire, il décida de faire un voyage vers le Nord, un Nord si Nord qu'il serait seul et pourrait méditer sur sa pénible condition.

Dans son vol, il remarqua une oie blanche particulièrement belle, que la mue d'été dénudait beaucoup, mais qui n'en restait pas moins gracieuse, élégante et ...en un mot exquise. Ayant compris beaucoup, il délaissa son orgueil se posa près d'elle.

-- Madame Nirlinaq, la plus belle des oies des neiges, je voudrais votre amour. Je ne suis pas le plus rapide, je ne suis pas le plus beau, mais si je suis le plus fort ce ne sera que pour protéger [votre nid des importuns|http://pohenegamouk.free.fr/index.php?2007/02/20/252-la-princesse-bergere-et-ses-ouailles|fr]. Et puis je peux faire rire aussi.

La-dessus il fit une révérence que sa silhouette trapue rendait comique. Nirlinaq fut toute de suite charmée par ce mâle qui ne se prenait pas pour le nombril du monde, et préférait la faire rire plutôt que de parler de lui. Cependant, un doute subsistait elle dit:

--Toi tu es fort et tu résistes à tous les temps, mais moi je dois fuir l'hiver et voler vers des cieux plus cléments. Pour cela je traverse une large mer et quand je suis fatiguée je me pose sur l'eau pour me reposer. Toi qui ne flotte pas que feras-tu pour me suivre?

Oukpialouk n'avait pas de réponse, il n'essaya pas de dire qu'il était capable de tout ou qu'il était le plus fort. Il se contenta de répondre que son amour était déjà très fort et qu'on ne pouvait pas tout prévoir. Oui, il ferait la longue route avec elle, et trouverait une solution le moment venu.

Après un très bel été, ce fut l'automne et le temps du voyage. Même s'ils avaient dormi sur le rivage, la grande mer ne pouvait se traverser d'un seul coup, et l'oie se posa pour se reposer. Oukpialouk qui ne pouvait faire de même, se posa sur elle et lui fit lentement, longuement l'amour. Le lendemain les deux étaient tout plein d'énergie et prêt à reprendre la route.

C'est clair pour moi, que c'est deux-là ne survivront que s'ils s'aiment, et c'est tout le bonheur que je leur souhaite.

Commentaires

1. Le samedi 20 septembre 2008, 09:26 par Saveur

Euh, c'est presqu'un conte, non ? Très beau, très doux, très paisible : plus on est simple, plus la joie est là, il suffit d'être prêt ! Ton billet est un très belle introduction à une fin de semaine fraiche et ensoleillée. Et bon anniversaire à la Trollette !

2. Le samedi 20 septembre 2008, 12:06 par Moukmouk

Saveur--) Oui c'est un conte. Mais un que j'ai inventé de bout en bout. Généralement les contes viennent de traditions anciennes, alors j'hésite à donner ce nom à mon texte.

3. Le samedi 20 septembre 2008, 14:32 par Saveur

Et si tu créais une catégorie "contes de l'ours " ? Ils sont aussi beaux que ceux de la tradition de ton peuple, je trouve qu'ils méritent mieux que "général"...

4. Le samedi 20 septembre 2008, 15:59 par La Trollette

Ce n'est pas parce qu'il a été écrit pour moi, mais je suis bien d'accord que ce conte mérite mieux que la catégorie "général".
ça me touche beaucoup (juste là, où ça fait un bien fou) que tu te sois souvenu de mon anniversaire.
Merci énormément mon GroNours.

Saveur > merci! ^_^*

5. Le dimanche 21 septembre 2008, 19:37 par TT02

Ah c'est pour ça ! le lien RSS ne marchait plus. Je me disais que quelque chose n'allait pas. Mais c'est tout beau ici. Je crois que j'ai un peu de lecture pour rattraper mon retard.

6. Le dimanche 21 septembre 2008, 21:15 par Lune

Il est magnifique ce conte ! Je ne savais pas que c'était toi qui l'avais inventé, félicitations !
Et bon anniversaire à Trollette :)

7. Le lundi 22 septembre 2008, 13:04 par Sara

Très beau conte! C'est vrai que cela mérite une catégorie spéciale.
Joyeux anniversaire à La Trollette