Un espoir pour les gros

Je pense avoir déjà parlé de la raison qui fait que les Inuits ont tendance à la maigreur. Il semble que les scientifiques commencent à avoir une explication.

J'ai toujours été surpris par la différence de morphologie entre les Inuits et les Innus. Traditionnellement, les Innus jeunent deux ou trois jours avant de faire un immense repas qui rendrait tous les sédentaires malades. Ils ont plutôt tendance à accumuler le gras. Par contre, les Inuits mangent des petites quantités presque tout le temps, et ils ont tendance à être maigres. Bon, il s'agit de leur donner du maïs et de la nourriture du sud pour tous les rendre obèses et diabétiques, mais c'est un autre problème.

Un article du New-York Times  se sert d'une grosse étude qui démontre que les rats ne pouvant frissonner fabriquent de la graisse brune et que des adipocides la transforme en chaleur au besoin. On pensait que les humains perdaient la capacité de produire de la graisse brune avant l'age d'une année. C'est, semble-t-il, faux. La plupart des adultes ont de petites quantités de graisse brune et si on découvrait le mécanisme de formation (la leptine?) de la graisse brune, on pourrait manger tout ce qu'on veut et avoir chaud plutôt que d'être gros.

La graisse brune, ce sont simplement des cellules de gras comme les autres sauf qu'elles contiennent plusieurs mitochondries les usines thermiques des cellules. Les mitochondries contiennent beaucoup de fer et c'est cela qui donne la couleur brune aux gras.

Quels sont les facteurs qui font que certaines personnes produisent plus de gras bruns que d'autres? Grosse question.

Il semble que ceux qui ont un métabolisme plus actif ont plus de gras brun que ceux qui ont un métabolisme lent. A moins qu'ils aient un métabolisme plus actif parce qu'ils ont plus de gras brun donc plus d'énergie immédiatement disponible.

On appelle Inuits, les Esquimaux, ce qui veut dire les mangeurs de viande crue. Et c'est vrai que traditionnellement, ils avaient des petits cubes gelés de viande de phoque qu'ils mangeaient pour se réchauffer lorsqu'ils avaient froid. Une viande très riche en fer et en gras, et qui probablement leur a permis de survivre dans l'environnement très hostile de l'Arctique.

Je me rappelle aussi une amie trop maigre que je nourrissais abondamment. Il n'y avait que moi qui engraissais, elle avait chaud et puis c'est tout.

Je sais bien que la solution au surplus de poids, ce n'est pas de prendre des pilules d'adipocides (ça n'existe pas encore) ou des stimulants mais de manger moins de maïs transformé. Où est le maïs transformé ? Dans presque tout ce qu'on mange sauf les fruits et les légumes. En Amérique il y en a même dans le sel.

Commentaires

1. Le vendredi 10 avril 2009, 06:44 par Saveur(s)

Et un espoir de printemps. La mode est aux bermudas pour les garçons, même en costard. Ha quel bonheur cela va être de voir leurs jolies jambes blanches de poulet s'exhiber à l'air elles aussi. Nous serons moins seules. Et leurs jolis jambes ornées de boucles bondes, rousses et brunes. Un vent de liberté pour les nôtres ?

Bon pour revenir à ton papier, si on veut maigrir il faudrait manger du phoque plein de fer et du cheval, c'est cela ?

2. Le vendredi 10 avril 2009, 13:49 par Bismarck

Il y a des gens qui brûlent le gras, et ceux qui l'accumulent. la Nature est injuste. Même si j'ai l'impression d'être plutôt du bon côté.

3. Le vendredi 10 avril 2009, 18:16 par TT02

C'est quoi l'intérêt de mettre du maïs dans tout ?