Requiem pour une chrysomèle

Cent vingt-quatre chrysomèles ont été détectées en France depuis le début de l'année, ( 120 en Alsace )  nettement plus que les quatorze de l'an dernier. Le ministère de l'agriculture a déclaré la guerre totale à ce terrible ravageur. 

La chrysomèle est un joli petit coléoptère (comme la coccinelle) jaune vif avec de très longues antènes. Contrairement à un très grand nombre de coléoptères, ce n'est pas un prédateur d'insectes, mais un herbivore qui mange des feuilles, un peu comme une vache ou un chevreuil. L'insecte adulte ne cause pratiquement aucun dégât dans les plantations.

La chrysomèle est apparue sur les bas plateaux andins de l'Amérique centrale où les Mayas ( fort probablement les olmèques aussi) continuaient de développer cette nouvelle plante miraculeuse, le maïs. Il s'agit sans doute de l'adaptation d'une souche ancienne d'insectes qui a compris l'intérêt de ce nouvel environnement. La femelle pond ses oeufs à la base d'un plant de maïs et s'il repousse un plant juste là, l'année suivante, les larves récemment écloses auront tout ce qu'il faut pour manger. C'est un évennement assez rare parce qu'il y a rarement assez d'azote dans le sol pour qu'un plant de maïs pousse, alors deux ans de suite, ça prend un animal qui insiste pour toujours faire sa crotte au même endroit. 

J'ai déjà expliqué que le maîs est une plante très particulière qui ne peut pratiquement pas pousser à l'état naturel, tant elle est exigeante en ressources. En puis faire maïs sur maïs, c'est la meilleure façon de faire un désert. Les racines déstructurent le sol en le réduisant en fines particules, ou une poussière très légère, qui se compacte sous l'action de la pluie, devenant dure comme de la roche et après pratiquement plus rien ne pousse. La chrysomèle est la réponse bien ordinaire à un problème d'équilibre naturel. Pour empêcher qu'une plante ou une espèce devienne dominante dans un millieu, il faut des prédateurs qui controle la prolif!ration. Et oui cela pose le problème du dernier prédateur, qui, quand il existe dans un écosystème, crée un désert autour de lui et disparaît, parce qu'il meurt de faim. 

Mais voilà, l'humain dit développé a décidé que la logique de l'équilibre ne s'applique pas à lui puisqu'il est le prédateur suprème et qu'il y aura toujours des solutions technologiques aux nouveaux problèmes qui se présentent. Donc, il faut planter maïs sur maïs, année après année parce que c'est ce qui a le plus de rendement et qui est le plus rentable et nos enfants n'auront qu'à trouver la solution technologique pour transformer les déserts en jardins. Et pour cela, la loi impose en France qu'on détruise la chrysomèle dès qu'on constate sa présence par des épandages aériens.

Pour cela, on utilise un insecticide à large spectre la deltaméthrine, qui est sans effet mesurable sur l'humain. Enfin c'est le fabriquant BASF qui a fait les mesures et qui le dit, ils doivent donc avoir raison. Par contre, il est impératif de déplacer les abeilles et les autres insectes utiles comme les coccinelles, sinon elles vont mourir. L'année suivante pour controler les pucerons vous utiliserez du pyrètre, et l'année suivante le lance-flamme est à peu près tout ce qu'il restera d'utilisable. 

Donc pour éviter de simplement suivre une logique élémentaire en agriculture qui s'appelle la rotation des cultures, le gouvernement français a décidé de s'attaquer à la survie de vos enfants, ou à la votre si vous avez mois de 35 ans (j'espère que ce n'est pas 50), parce qu'il n'y a que la rentabilité à court terme qui compte. 

Tant que nous ne crierons pas haut et fort que ces pseudo-experts sont des assassins, il n'y a aucun espour pour la survie de cette pseudo-civilisation.  

Commentaires

1. Le vendredi 14 août 2009, 19:55 par Lune

:(

2. Le samedi 15 août 2009, 10:21 par Bismarck

Atta! 124 bibites menacent toutes les plantations de maïs de France et de Navarre? Alors qu'il suffirait de planter autre chose au même endroit l'année suivante pour éviter les problème? (J'avais cru remarquer, moi, justement, que les agriculteurs du côté de chez mes beaux-parents pratiquaient un roulement...)

3. Le samedi 15 août 2009, 10:28 par Tili

J'ai entendu cette information et j'ai eu la même réaction que toi... :-(

4. Le samedi 15 août 2009, 14:41 par Oxygene

Parano comme je le suis, je croyais que c'était encore un coup de "Mon sans taux" qui contaminait le maïs pour mieux vendre ses saloperies !

5. Le samedi 15 août 2009, 15:50 par NonoST

Bonjour Moukmouk,

Même ici, en Picardie, les agriculteurs pratiquent le rotation des cultures... alors je suis quelque peu surpris de ce qui est annoncé là .... le problème n'est peut-être pas aussi simple et la solution par la rotation encore moins aussi basique ... A creuser, je m'en vais interroger mon fournisseur de foin, céréalier et betteravier notoire comme ils le sont tous ici.
Nono

6. Le samedi 15 août 2009, 18:04 par TT02

Oui je viens de me le faire confirmer il y a une rotation des cultures ici en Picardie.

7. Le dimanche 16 août 2009, 11:57 par Moukmouk

TTo2 + Nonost--) bien sûr on pratique une certaine rotation, et oui maintenant certaines variétés de chrysomèles peuvent survivre deux ans, mais pour la grande majorité des cas, la rotation suffit. Des pratiques culturales intégrées permettent aussi de se débarrasser du problème sans tout tuer.

Oxygène--) c'est pas nécessaire d'inventer un méchant de plus, la monoculture de grandes surfaces c'est déjà assez terrible comme ça.

Bismarck--) j'ai pas l'impression que c'est 124 bébittes mais plutôt une industrie agricole totalement folle.

8. Le lundi 17 août 2009, 08:03 par La Trollette

'tin, y a des jours où je l'utiliserais bien, moi, le lance-flammes... mais pas contre les bébêtes, ah ça non! Contre les idiots qui ne pensent qu'au profit.
En plus, ça réglerait une partie de la surpopulation de la Terre... et peut-être même un bout de la grippe A? Vu que c'est les mêmes qui nous cassent les pieds avec pour nous foutre la trouille grave (mais pas sans fondement, hein, on est d'accord, m'enfin y a des limites) histoire qu'on reste sagement calfeutrés chez nous, sans moufter et que des lois à la noix arrivent à passer sans que personne ne réagisse.
Quoi c'est foutraque mon commentaire et je mélange les torchons et les serviettes?
Peut-être...
Peut-être pas!
Biz mon GroNours!

9. Le mardi 18 août 2009, 12:31 par dieudeschats

Mangeons des pesticides et des insecticides, c'est nocif pour la santé mais bon pour leur portefeuille :-((