Palin et le déficit américain

Pour des gens civilisés, l'arrivée de Sarah Palin à la présidence des USA semble une aberration. Billet d'anti-américanisme pas si primaire que ça.

Si les USA était un pays démocratique, la question ne se poserait pas. Mais voilà, la Cour Suprême de ce pays a annulé les lois qui limitaient les contributions des entreprises aux partis politiques. Obama a dit aux banques durant le discours sur l'état de l'Union: «  si vous voulez la guerre, vous allez l'avoir ». C'est exactement ça qu'ils attendaient et la guerre est commencée. Dommage, mais le président n'a ni le pouvoir ni l'argent pour la gagner. Le Sénat très contrôlé par les grandes corporations n'acceptera pas de passer des lois qui civiliseraient le pouvoir de l'argent.

Pour contrer des mouvements populaires qui pourraient appuyer les petites réformes proposées par Obama, une immense machine médiatique populiste pousse l'image de Palin comme chef du mouvement du Tea Party, un mouvement qui dit que l'état est trop gros, dépense trop, qu'il y a trop de taxes et trop d'intervention dans l'économie. Pourtant sans cette intervention massive, la crise de l'emploi déjà très profonde ( autour de 18 % de chômage réel) aurait entrainé un effondrement économique qui aurait fait passer la crise de 29 comme un événement sans trop d'importance.

Mais qu'est-ce qui cause le déficit américain ? Voici un tableau (du cbpp) qui montre comment les décisions de Bush ont créé le monstre :

On voit bien que ce ne sont ni la crise, ni les guerres qui provoquent la croissance du déficit, mais les coupures de taxes de la période Bush. Ce que ça montre aussi c'est que le déficit américain est pratiquement incompressible. Comme le budget grec où l'Europe fait du ménage, il faudra que la Chine y mette bon ordre, en exigeant par exemple que les USA coupe le budget militaire de 1000 à 200 milliards... j'aimerais bien.

Or ce que propose la machine médiatique dont Palin n'est que l'image, c'est encore plus de coupures de taxes, encore moins de support à l'économie et plus de folies des banques.

Si vous voulez étudier la proposition budgétaire d'Obama, il y a ici un tableau interactif du NY Times. L'élément le plus frappant, c'est que si on additionne le budget militaire avec le service de santé et de pension des vétérants, cela dépasse les mille milliards de dollars, plus que le budget militaire de tous les autres pays réunis.

En conclusion, je pourrais vous parler inflation, chute de l'influence américaine, crise... non vous êtes bien capable de voir par vous-même l'inévitable de la situation.

Ajout à 6:00 du matin: un très intéressant papier du NY Times vient de sortir et confirme ce que je dis

Commentaires

1. Le samedi 6 février 2010, 18:08 par alain

.... la Xième boucherie ?
Comme un "Palindrome" en quelque sorte !

2. Le dimanche 7 février 2010, 00:20 par Lune

Courbe très intéressante ! J'aimerais bien voir la même analyse pour la France...
De toute façon, le système marche sur la tête, alors un peu plus ou un peu moins...

3. Le dimanche 7 février 2010, 04:23 par Moukmouk

Lune--) oui je vais tenter de la faire, on verra que ce sont les politiques agricoles stupides et l'évasion fiscale qui crée le déficit en France... Il y a peut-être les retraites à étudier, mais je ne suis pas sûr.

Alain--) tu as bien raison il vaut mieux en rire

4. Le dimanche 7 février 2010, 08:29 par Miyax

Cette Mme Palin n'est décidément ni des plus clairvoyantes, ni des plus sympathiques ; j'ai appris récemment qu'elle s'était opposée à la venue d'Obama à Copenhague ; motif : il allait se servir de la médiatisation de ce congrès pour appuyer la proposition de loi des démocrates sur la réglementation des gaz à effet de serre. Et que ladite loi risquerait d'augmenter les taxes donc. Que le Tea Party se rassérène, la planète continue de sombrer mais les taxes pour l'instant sont sauves.

5. Le lundi 8 février 2010, 12:55 par dieudeschats

Cette Palin, je ne la supporte vraiment pas. Je l'aurais en face de moi, je crois qu'il faudrait me retenir.