Qupanuarjuaq

Ma cousine Nanouk est en train de se faire un nouvel ami. Quelques conseils.

La première fois qu'on voit le mésageai du Canada, on a l'impression de se retrouver devant la plus grosse mésange de l'univers. Acrobate risque-tout, effronté, habile au vol ( dans les deux sens du terme) et très volubile, la ressemblance est frappante. Sauf qu'on voit vite que ce ne sont pas les mêmes couleurs, et surtout le langage est fort différent.

C'est un oiseau de la famille des corvidés, des corbeaux. Cela veut dire qu'on se retrouve parmi les plus intelligents de la Terre, et il vous en donnera vite la preuve. On n'apprivoise pas un geai gris comme un chien, un chat ou un cheval. Il acceptera peut-être d'être votre ami, ce qui ne l'empêchera pas de garder son sens critique, de vous embecquer ( parce qu'engueuler non) et de rire des sales tours qu'il peut inventer juste pour le plaisir de vous voir frustré. Parce qu'il a parfois un méchant caractère et accepte difficilement d'être contredit, et si on ne comprend pas ce qu'il veut, il vous fera savoir comme vous êtes obtus.

Par chance, la plupart du temps il vous dit qu'il veut manger...

Une amie nourrissant le voleur.

Chez ceux de la forêt, il s'appelle Wiskajak, assez proche de son cri de colère, et les anglais ont traduit par Whiskey-Jack (compagnon de beuverie en quelque sorte). Par pur esprit de contradiction, je connais quelqu'un qui nomme son ami à plume : « Gin », ce qui n'est pas sans rappeler les Djinns des traditions orientales. Gin avait réussi à dresser un chien. Il s'installait sur le dos du quadrupède, et fier comme un prince, s'en servait comme cheval. Le chien obéissait parfaitement à ses commandements verbaux.

On ne compte plus les légendes impliquant les mauvais tours de Wiskajak, elles sont presque aussi nombreuses que celles de « carcajou » le diable, et on pourrait presque dire qu'il est une espèce de carcajou ailé. Pour les Inuit, c'est Qupanuarjuaq. J'aurais envie de traduire ce mot par : l'oiseau deux directions ( mais je ne suis pas certain ) ou l'oiseau qui est à deux endroits en même temps. Comme quoi, on doit se méfier des illusions qu'il crée.

Tout comme les corbeaux, Wiskajak ne vous oubliera jamais. Soyez polis avec eux, sinon vous pourriez le regretter.

Commentaires

1. Le jeudi 11 février 2010, 18:29 par Nanouk

Ah, ben, oui, c'est un farceur, ce Qupanuarjuaq! Je l'ai attendue et il n'est pas reparu. De guerre lasse, j'ai laissé mon pain sur l'escalier... Et c'est son cousin Tulugaq qui est venu le manger.

Pas grave, j'aurais peut-être bientôt plusieurs nouveaux amis.
Merci pour le billet :)

2. Le jeudi 11 février 2010, 22:21 par Miyax

Autre mythologie du froid et du nord, quand je vois un corbeau je pense à Hugin et Munin, les yeux d'Odin parcourant le monde. Deux directions là aussi. Un hasard ?

3. Le vendredi 12 février 2010, 09:20 par Bismarck

Non mais comment ça, Nanouk est ta cousine, et sa soeur (moi) seulement ta demi-cousine? C'est parce que je suis du mauvais côté de la grande flaque d'eau?
(Et cet oiseau ne ressemble pas du tout aux mésanges qu'il y a dans mon jardin. Je commence à reconnaître quelques espèces de volatiles, maintenant!)

4. Le vendredi 12 février 2010, 10:06 par Anne

J'adore l'idée du piaf chevauchant allègrement le chien dressé. La nature est pleine de surprises !

5. Le vendredi 12 février 2010, 11:53 par luna

merci de nous faire partager la particularité de cette espèce que je ne connaissais pas, j'adore également observer les oiseaux.
A bientôt

6. Le vendredi 12 février 2010, 12:16 par Moukmouk

Luna--) merci de ce commentaire. Le mésangeai ne vit qu'en grande forêt où très loin au Nord, c'est sans doute pour cela que tu ne le connais pas. C'est un sauvage, un modèle pour moi.

Anne--) l'étonnant, c'est qu'il ait trouvé seul l'idée de ce mode de transport finalement moins rapide et confortable que ses propres ailes. Mais pour se montrer, rien de tel que de monter sur le dos des autres.

Bismarck--) j'ai déjà dit demi ? je m'en excuse. Mais tu n,es pas en train d'accoucher toi ?

Miyax--) certainement pas. Sauf que je ne connais pas assez Odin, je vais étudier cet aspect du truc.

Nanouk --) M'étonnerait qu'il résiste longtemps à venir te voler. Peut-être que ça lui semblait trop facile. C'est le problème avec les intelligents, ils inventent des peurs et des stratégies trop complexes. Paranoïaque comme Toulougaq...

7. Le samedi 13 février 2010, 11:09 par chatplin

Très intéressant. Comme tu dis que c'est un oiseau de la famille des corvidés, ça me rappelle ces corbeaux qui avaient étonné ma famille et moi-même par leur sens pratique. Ils consommaient toutes les noix du seul noyer du parc avoisinnant l'ex maison de ma grand-mère ou nous n'allions qu'en week-end. En fait nous n'avons jamais pu goûter ces noix... mais nous trouvions les coques de noix sur le sol en quick d'un tennis avoisinnant. Jusqu'à ce qu'on rende compte que les volatilles survolaient le tennis assez haut au-dessus du tennis avec une noix dans le bec, laissaient tomber la noix (et non le fromage) et venaient récupérer le fruit hors de la coque cassée ensuite. Quelqu'un de ma famille les a vu faire. L'histoire ne dit pas s'il y avait un écureuil assez malin pour voler le fruit avant que les corbeaux ne les mangent quand même !