Népi l'espoir

Je crois que c’est mon ami Hélis le béluga qui m’a envoyé ce rêve. Difficile de savoir mais ça m’a fait un bien énorme.

Népi est encore parti. Les biologistes l’avaient capturé à plus de mille kilomètres et l’avaient ramené à Tadoussac, mais il est presque tout de suite reparti vers l’Ile du Prince-Edward comme si il y avait une urgence absolue. Il s’approche des bateaux et dit des trucs aux gens, mais les gens n’écoutent jamais les bélugas. Les biologistes disent que Népi a des comportements anormaux et dangereux.

 

Népi est un jeune béluga, je dirais autour de 5 ans. Et si je compte sur mes doigts et souris à l’inquiétude d’Hélis, je dirais que c’est son petit fils : La même détermination, la même profonde curiosité la même volonté de communiquer. Bien sûr, un béluga est le fils de sa mère et de la communauté. Mais il y a des enfants et des petits-enfants qui nous ressemblent un peu plus alors on les aime un peu plus. Et Népi, je crois, est un chercheur comme son grand-père.

 

Avec raison, on apprend aux jeunes bélugas à se méfier des humains. Ils sont très dangereux et les responsables de la fin du monde des bélugas, la fin du monde de tout ce qui vit aussi, même de la fin de leur monde. Bon les adolescents aiment le danger et n’obéissent pas, ils vont parfois craner et faire peur aux humains. Mais Népi ne va pas jouer, il enquête. Il veut savoir comment et pourquoi, il veut trouver des solutions. Alors il doit défier le danger et aller à la source du problème, interroger les humains pour enfin avoir des réponses qui ne sont pas dans la mer.

 

Nous savons qu’il a devant lui de nombreuses années de frustrations, de fausses pistes, de cul-de-sac, le chemin est si long entre la question et la réponse. Mais j’espère qu’il aura le temps. La survie de cette planète dépend autant des bélugas chercheurs que des humains chercheurs. J’espère aussi qu’il trouvera des gens pour répondre à ses questions. Son point de vue est différent, il pourra énoncer des hypothèses radicalement différentes, et peut-être, peut-être…

Un article de journal en parle et en plus il y a une photo de Népi. 

 

Amis biologistes, aidez-le. Oui il est jeune, inexpérimenté, absurdement têtu (stubborn dit le journal) mais lui il cherche. Non il ne sait pas, mais il n’accepte pas les hypothèses actuelles, il cherche...Alors on a besoin de lui.

Fil des commentaires de ce billet