Et puis le bonheur?

La question m'est (presque) posée par Heidi  qui se construit un bonheur habitable. Pour moi c'est différent, mais finalement ça se ressemble...

Je suis de tradition nomade, si le lieu à beaucoup d'importance, la maison pas tellement. On dit les nomades de la forêt, mais ce devrait plutôt se dire les nomades d'une rivière, dans le sens que c'est la rivière le chemin de ma vie, mon sang, mon sens. Quand je m'en éloigne, il m'arrive de perdre ma réalité. Je ne peux le faire très longtemps.

Je l'ai fait durant plusieurs années... jusqu'à ne plus savoir qui j'étais et à devenir très malheureux. Certains appellent cela dépression. J'aurais plutôt tendance à dire ne plus savoir dans quelle direction avancer, si bien qu'on ose plus bouger. J'en ai déjà parlé  comme étant une maladie du lien, avec les autres. C'est un problème de relation avec ce qui nous entoure.

Ceux qui ont déjà ressenti ce genre de douleur savent que ça ne disparaît jamais complètement, et que parfois si nous nous laissons aller, ça remonte comme une marée. Si nous ne bougeons pas, nous pouvons nous faire noyer dedans assez rapidement. Sans trop (ou avec trop) de raisons, je me suis laissé piéger. Mais ça va, c'est fini, deux jours c'est largement suffisant.

Oui le bonheur est une démarche. Je ne dirai pas qu'il se construit, parce que pour construire un peu, il faut détruire beaucoup. Mais le bonheur est un chemin qu'il faut choisir et marcher. Si on avance pas, il sera impossible de le sentir. Finalement, le bonheur c'est peut-être comme la sueur, cela sort de soi quand on fait un effort, quand on réalise quelque chose, quand on se réalise. Il faut juste éviter de faire des efforts pour s'enfuir de soi.

Commentaires

1. Le mardi 21 avril 2009, 08:44 par Anne

J'aime bien cette idée que le bonheur est une démarche, une forme de construction.

Ceci dit, les gens qui sont "en plein dedans", dans la maladie, ça leur hérisse le poil d'entendre ces mots, alors on va dire que c'est une vérité relative.

En tout cas, bonne nouvelle, au milieu de Paris, il y a une bonne grosse rivière, comme ça tu ne seras pas trop perdu.

2. Le mardi 21 avril 2009, 09:11 par Bismarck

Oui, sans doute, le bonheur, ça se construit, et l'important, c'est d'y croire. C'est pour ça que les personnels soignants s'efforcent d'être toujours de bonne humeur. Mais j'imagine que, parfois, ce n'est pas si facile...

3. Le mardi 21 avril 2009, 09:38 par Sara

Je n'avais pas lu ton article sur la dépression, c'est tout à fait ça. Le problème est souvent de trouver la source de notre dépression. Et oui, ensuite tout est question de choix.

4. Le mardi 21 avril 2009, 13:31 par Moukmouk

Sara--) OUéééé le retour de Sara, un vrai bonheur

Bismarck--) effectivement.

Anne--) C'est difficile de comprendre que cette maladie fonctionne comme l'alcoolisme ( la mécanique est la même pas le contexte) on n'en guérit pas mais on peut se débarrasser des effets négatifs.

5. Le mercredi 29 avril 2009, 16:48 par heidi

"le bonheur (...) cela sort de soi quand on fait un effort, quand on réalise quelque chose, quand on se réalise".
J'adhère, je colle, je scotche à cette proposition de définition.
Ça me donne envie de reprendre le sujet dans une autre note...

6. Le mercredi 29 avril 2009, 16:52 par Moukmouk

J'ai hâte de lire ça, fais-moi un signe quand tu publieras que j,en parle ici tout de suite.