Panique de grippe

Didondidon, grosse panique à la grippe H1N1en France. Il y aurait plein de façon d'aborder ce sujet : la folie des médias, la paranoïa organisée, le problème de la pandémie... Regardons les données canadiennes, ce qui va nous permettre de réfléchir calmement. 

Résultat au 8 Août, les dernier complet disponible à l'Agence de Santé publique du Canada:

Le niveau global d'activité grippale est demeuré similaire cette semaine; le niveau d'activité grippale rapporté (4 régions ont rapporté une activité localisée) et le taux national de consultation de syndrome grippal (15 consultations par 1 000 visites) sont comparables à la semaine dernière. Alors que la proportion de tests d'influenza positifs a diminuée cette semaine (5,5% vs. 9,9%), le nombre total d'éclosions de l'influenza a augmenté (4 vs. 0).

  • En date du 8 août 2009, un total de 1 366 cas hospitalisés et 240 cas admis aux unités des soins intensifs (USI) ont été signalé à l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Cette semaine, six décès ont été rapportés pour un total cumulatif de 66 décès dus au virus pandémique (H1N1) 2009 depuis le début de la pandémie. Plus de 90% des cas hospitalisés et approximativement 85% des décès ont été rapportés par seulement 4 provinces (Alberta, Manitoba, Ontario et Québec).
Ce que ce texte bizarre veut dire c'est que la pandémie de grippe H1N1 a maintenant contaminé presque tout le monde au Canada, que la très grande majorité des gens n'ont pas consulté parce qu'ils n'ont pas eu de symptomes ou que les symptomes étaient trop bénins. Les taux d'hospitalisation sont inférieurs à ce qui se passe durant un hiver normal, parce que les risques de surinfection (infection avec un microbe en plus du virus) sont beaucoup moins importants. Ce qui explique aussi sans doute que cette grippe soit beaucoup moins mortelle qu'une épidémie ordinaire durant l'hiver. 
Oui, il faut surveiller cette grippe (comme toutes les autres) de très près parce que le virus de l'influenza mute très facilement et très rapidement et pourrait faire d'immenses dégâts. Mais de là à fermer les écoles et les bureaux, allons soyons un peu sérieux, il faudrait plutôt fermer les villes. Fermer une école, c'est laisser les enfants se promener partout et contaminer tout le monde. 
Je pense que les scientifiques font leur boulot sérieusement comme la plupart du temps, mais que les médias en mal de sensations fortes créent une panique dont  les conséquences risquent d'être beaucoup plus graves que la grippe elle-même. L'abus des anti-viraux (j'en ai déjà parlé) mais surtout une crainte de l'action des médecins et de l'industrie pharmaceutique. Je sais que l'industrie pharmaceutique, c'est un capitalisme sauvage et des bandits de grandes envergures, mais quand on est malade ce serait stupide de se priver des molécules qu'ils commercialisent. 
J'ai vu aussi en France une campagne anti-vaccination qui disait que la grippe de 1918 a fait autant de dégâts à cause de la vaccination... c'est non seulement un mensonge mais en plus une stupidité, ce sont les conséquence de la guerre et il n'y a pas eu de vaccination, la vaccination contre les virus n'étant pas développée puisque les virus n'étaient pas encore connus. J'espère que ce genre de bêtise ne se répanndra pas parce que la vaccination demeure un outil fantastique qui a éradiqué des maladies de la surface de la Terre et en controle plusieurs autres. Il y a un bon papier d'Arrêt sur image qui en parle.
Si vous regardez la page de l'agence de santé publique du Canada, (première ligne de ce billet) vous verrez que comme partout dans les trois Amériques, les populations autochtones sont beaucoup plus malades que les autres. Non cette grippe n'est pas un complot pour exterminer les amériendiens mais simplement quand on est pauvre et sous-allimenté, les maladies virales nous affectent beaucoup plus. 
Donc si vous êtes riches et relativement en bonne santé, les risques de mourrir de cette épidémie sont pratiquement nuls. Pensez plutôt à vous protéger de la pollution. 

Commentaires

1. Le mercredi 19 août 2009, 10:28 par Bismarck

Oui, si la grippe espagnole a fait autant de dégats, c'est bien parce qu'elle s'est attaquée à une population affaiblie par les privations de la guerre.
Contente de lire quelqu'un qui pense, comme moi, que les médias en font beaucoup trop pour un si petit virus.

2. Le jeudi 20 août 2009, 10:22 par drenka

En tant que medecin, ma mere doit assister a des enseignements post-universitaires sur la pandemie de grippe, ben ca fout les chocottes.

Apparemment la crainte est que H1N1 (tres contagieuse, mais avec une mortalite inferieure a 0,5%) mute avec H5N1 (peu contagieuse, mais tyaux de mrtalite 60%)...

Mais bon pour le moment, pleins de gens dans mon entourage l'ont eu et c'etait rin du tout (2 jours au lit avec une ptite migraine, au pire) (Qui ne reve pas de 2 jours au lit, tunu??)

3. Le jeudi 20 août 2009, 11:01 par Moukmouk

Drenka--) je pense que nous disons la même chose. Que la santé publique suive de près cette merde, c'est une nécessité, il faut être prêt parce qu'il y a une forte probabilité qu'apparaisse un gros machin comme la grippe asiatique en 1958. Mais ce que font les médias actuellement c'est aussi dangereux que la grippe elle-même.

4. Le vendredi 21 août 2009, 10:28 par Tili

En France les informations "officielles" sont ne grosse farce qui entretient la paranoïa des autres.
Pourquoi je ne sais pas, par contre.

5. Le vendredi 21 août 2009, 12:17 par Lune

Moi aussi je suis plus inquiète des mauvaises décisions prises dans l'urgence, que de la grippe elle-même dans son état actuel :(
Pour la vaccination pareil, dans l'absolu je pense que c'est la meilleure parade, mais là j'ai peur qu'ils nous filent n'importe quoi sous prétexte qu'il y a urgence :/

6. Le vendredi 28 août 2009, 18:15 par Saveur(s)

Tu aurais adoré ce matin à la station gare du nord, la voix très FIP ou hôtesse de l'air dans les haut-parleurs nous informant d'un communiqué officiel du ministère de la santé nous invitant à nous laver les mains, à ne pas éternuer dans la face des autres etc... Chronique d'une peur bien orchestrée, cela lasse...