VoldeMort!

Non, je ne parlerai pas du sorcier à lunette, mais du plus féroce prédateur du ciel.

Montréal peut s'enorgueillir de loger plusieurs couples de faucons pèlerins nicheurs. Pour sûr, j'en connais trois, et c'est déjà plusieurs quand on sait comment ces oiseaux sont rares et fragiles.

70 kilomètres-heure en vol continu, 300 kilomètres-heure en piqué. J'aimerais bien qu'un physiciens ou un kino quelque chose, calcule la pression sur les ailes de l'oiseau, quand après ces piqués extrêmes, le faucon ouvre les ailes au dessus de sa proie... essayez de sortir une tôle rigide d'un demi-mètre carré de la fenêtre d'une auto lancée à 100 KM/h. La puissance et la résistance de l'épaule du faucon pèlerin dépassent tout ce qu'on connait sur la résistance des matériaux. Enfin tout ce que je connais...

Depuis trois jours, les cris d'un couple de faucons déchirent le ciel de mon quartier. C'est un cri inimitable, conçu pour inspirer la terreur, pour glacer l'ennemi, le figer pour en faire une proie.

J'ai pris des tas de photos, mais voir une petite tache grise le long d'un tronc gris, ou une ombre sombre qui raye le ciel ne nous apprend rien. Je sais qu'ils sont là parce que je les entends, et que je frissonne à chaque fois, sentant la mort qui rôde. Je n'ai pas peur pour moi, je suis trop gros même pour un aigle. Mais je ressens la même hantise que les oiseaux de savoir VoldeMort dans le ciel.

Les faucons sont pèlerins ( dans le sens de vagabond) parce qu'ils sont de très grands voyageurs. Les deux qui ont dormi dans l'arbre face à la maison, ne sont pas des Montréalais. Ils sont plus petits et ont le ventre plus blanc que ceux qui nichent dans les grands édifices du centre-ville. Ce sont deux de la sous-espèce Tundrius, des faucons du Grand-Nord, qui reviennent d'un hiver passé dans les falaises du Mexique ou plus au sud et qui retournent chez eux en suivant les oies, et les autres migrateurs. Tous ces voyageurs attendent que ça dégèle un peu plus là-haut.

Ces si beaux et si puissants oiseaux nous rappellent la grande loi: le plus fort est le plus fragile, le plus puissant prédateur est au service de sa proie. Quand l'ours ne mange pas les phoques, la population de phoques explosent et le manque de nourriture les affaiblit, jusqu'à ce qu'une épidémie les décime et l'ours mourra de faim.

Commentaires

1. Le mercredi 7 avril 2010, 17:47 par Palaeksa

Dans le quartier d'affaires de la Défense, près de Paris, il m'arrive d'en voir depuis mon bureau ! En effet ils nichent en haut des tours, où des nichoirs ont été installés. ( http://www.web-libre.org/breves/faucon-pelerin-paris,7826.html ). Par contre je ne peux pas les entendre, les fenêtres ne s'ouvrent pas !

2. Le jeudi 8 avril 2010, 00:47 par La petite poule noire

Le cri du faucon pèlerin fait effectivement froid dans le dos. Comme tu racontes bien la nature, cher Moukmouk ! Bises épicées depuis Hyderabad.

3. Le jeudi 8 avril 2010, 06:31 par alain

"VOLDEMORT" voilà un nom qui conviendrait parfaitement pour les "DRONES" non ?

4. Le jeudi 8 avril 2010, 07:55 par Océane

Vais-je être obligée d'aller à La Défense pour voir des oiseaux un peu intéressant :) ?

5. Le jeudi 8 avril 2010, 14:18 par Bismarck

Beaucoup moins sympathique que la grive que j'ai entendue ce midi. Elle était bien camouflée, mais il n'y a pas encore de feuilles aux arbres: je l'ai vue!

6. Le jeudi 8 avril 2010, 14:46 par Moukmouk

Bismark --) une grive draine sans doute ? chanceuse, elles ne sont pas encore revenue ici, j'ai hâte.

Océane--) Tu peux aller aussi dans les falaises du Vexin, j'en ai vu un.

Alain--) tout à fait, le génie du mal à l'oeuvre.

Palaeska--) Il en faudrait plusieurs, il y a trop de pigeons à Paris http://tinyurl.com/yzte7vj

7. Le jeudi 8 avril 2010, 16:28 par Dodinette

il y en a un couple aussi au centre-ville, qui niche sur la tour KPMG. je les vois parfois depuis mon bureau, c'est tellement beau ce vol plané tout en longueur, douceur, porté par les courants, ça monte, ça redescend, ça tourne, on sent qu'ils ne font aucun effort, ça fait envie.

8. Le jeudi 8 avril 2010, 16:34 par Moukmouk

Dodinette--) Je compte ce couple là dans les 3 couples que je connais à Montréal. Ils sont vraiment magnifiques. Mais nous aurions besoins de buses pour chasser les écureuils.

9. Le jeudi 8 avril 2010, 18:09 par Pèlerin Nancy

Bonjour,
A moins qu'ils aient un accent outre atlantique mais cela ne ressemble pas au cri du Faucon pèlerin.

10. Le jeudi 8 avril 2010, 19:28 par Moukmouk

Pèlerin Nancy--) c'est vrai qu'il y a des différences de cri entre les Tundrius, de fait il y a des nuances avec chaque sous-espèce. Mais j'aimerais bien entendre ceux de ton coin.