Le lait laid

Ce qu'on nous vend ici comme du lait est un vague jus d'usine. Dégueulasse.

Il n'y a pas si longtemps, le Québec était couvert de ferme laitière. Une certaine supposée rationalisation industrielle est en train de détruire ce mode de vie. On nous vend un jus insipide et résultat logique, la consommation de lait diminue rapidement. Je n'ai pas le goût de pleurer sur le sort des agriculteurs, mais je trouve triste de voir les villages se dépeupler à cause d'une politique agricole farfelue. De plus, je veux des produits de qualité, même s'il me faut payer un peu plus cher.

J'ai donc écrit à la Fédération des Producteurs de Lait du Québec. Je vous invite à faire de même. C'est la vitalité des campagnes qui est mon véritable objectif. Voici ma lettre :

Depuis plusieurs années, je consomme de moins en moins de lait. Les fromages québécois, oui, bien sûr, certains sont excellents, mais du lait, je cherchais par tous les moyens des substituts, et particulièrement le lait de soya.

Je reviens d'un séjour en France, et tout de suite j'ai compris pourquoi je ne buvais plus de lait au Québec. Le lait d'ici est simplement insipide et sans intérêt. Là-bas, où il y a un système de traçabilité efficace, j'ai pu gouter la différence entre un troupeau et un autre, une région et une autre. Du lait, qui est un produit local avec ses particularités plutôt qu'un jus d'usine, normalisé, stérilisé au point de gouter le plastique qui le contient.

Malgré tous vos excellents efforts de mise en marché, la consommation de lait diminue continuellement au Québec et elle va continuer à diminuer tant que vous privilégierez l'organisation industrielle plutôt que le client. Vous êtes des spécialistes du marketing, et la réflexion marketing devrait d'abord viser à vendre le produit que le client veut. Sans ce retour à la base, vous condamnez les producteurs de lait du Québec à la faillite.

La tentative des gens de l’Outaouais de se doter d'une coopérative pour distribuer des produits qui respectent le goût des clients devrait vous montrer la voie. Je veux boire du lait, pas du jus d'usine.

Je souhaite de tout cœur la survie des agriculteurs d'ici. Et si vous continuez à vouloir me vendre un produit sans intérêt, vous construisez votre propre tombeau.

Commentaires

1. Le jeudi 24 juin 2010, 17:20 par rainette

Il y a pourtant tout un étalage de laits différents sur nos étalages...mais tous plus industrialisés les uns que les autres !

Je n'aime ce lait que dans le café au lait, un ou l'autre, je ne crois pas que ça fasse une grande différence, le goût du café l'emportant.

Je me souviens de la pinte de lait de mon enfance, et mieux, le lait encore chaud dans la chaudière chez mes oncles agriculteurs. Quel délice (pour les chatons....)! Et la petite crème qui se déposait sur le lait non homogénéisé, on ne pourra plus retrouver cela j'en ai bien peur.

2. Le jeudi 24 juin 2010, 17:23 par Moukmouk

Rainette--) merci de ton commentaire... Mais pourquoi serait-ce impossible ? pourquoi ne peut-on pas avoir un produit gouteux et naturel ? les vaches ne donnent plus que du lait en plastique ?

3. Le jeudi 24 juin 2010, 17:32 par rainette

C'est à cause de la sécurité alimentaire au Québec (Canada) qui a pris des proportions démesurées je crois. En France on a du lait cru et personne n'en meure alors qu'ici c'est un drame si on en trouve, on jette tout à la poubelle.

Ceci dit, les produits de marque Liberté sont excellents. Est-ce que ça se rapproche du lait "frônçais" ? Je ne suis pas allé en France, pas encore.

4. Le jeudi 24 juin 2010, 17:51 par Moukmouk

Rainette--) comme lait, il y a de tout en France, du très très bon jusqu'à du aussi mauvais que le notre.
Tu fais bien de parler de politique de sécurité alimentaire, qui ne sont conçues que pour protéger la grande industrie, comme la crise de la listériose il y a deux étés qui a été provoquée pour tuer les petits producteurs de fromage au lait cru.

le problème ce n,est pas le lait cru, mais le pouvoir de la grande industrie sur l'État.

5. Le jeudi 24 juin 2010, 17:55 par rainette

En effet, comme les quotas de lait par exemple. Il me semble qu'une année on avait déversé une grande quantité de lait dans les égoûts, à cause des quotas justement.

Puis en France, je crois qu'ils boivent le lait de plusieurs animaux : l'ânesse, etc. On peut faire des dégustations de lait....

6. Le jeudi 24 juin 2010, 20:42 par TT02

On boit plutôt du lait de vache mais on pense pourtant que notre lait n'est plus ce qu'il était. C'est étonnant !

7. Le jeudi 24 juin 2010, 20:58 par Moukmouk

TTo2--) j,ai bu du lait avec de la vraie crème qui tombe dans le plat de céréale, inimaginable ici.

8. Le jeudi 24 juin 2010, 21:52 par Tanakia

Ah le bon lait grassouille des vaches jersiaises...
Blague à part c'est mon plaisir de vacances, aller chercher du lait à la fin de la traite, avant que le lait ne soit déversé dans le tank réfrigéré. Maintenant faut souvent discuter le coup parce qu'ils n'ont pas le droit de vendre, sécurité alimentaire de mes deux oblige... Päreil pour la lit de brebis. C'est encore plus gras que le lait des jersiaises. Très mauvais pour le tour de taille.

9. Le vendredi 25 juin 2010, 08:01 par eddie

Ben je trouve que le lait industriel d'ici n'a pas grand gout non plus, hein... en même temps, j'achète le mien en sortie de pis, chez mon voisin ;-p tout frais tout chaud :-)) (et moins cher que l'industriel !)

10. Le vendredi 25 juin 2010, 14:35 par Nanouk

Bah moi, c'est tout l'inverse. Je bois plus de lait ici qu'en France. Tu as eu la chance d'avoir eu accès à un lait "non industriel", mais il ne faut pas se voiler la face: en ville, le lait est du lait industriel, encore plus insipide que le lait québécois (avec un arrière goût qui plus est).
Bien sûr, le meilleur ça reste le lait chaud et crémeux tout droit sorti du pis de la vache, mais il paraît que ce n'est pas hygiénique...

11. Le dimanche 27 juin 2010, 18:10 par Moukmouk

Nanouk--) il s'agit d,aller dans les bons magasins à Paris, alors qu'ici c,est très difficile à trouver.

Eddie--) chanceuse, je suis jaloux!

Tanakia--) c,est l'ordinateur qui est très mauvais pour le tour de taille.