UNE BALADE DU COTÉ DE LA RUE SÉGUIER

Aujourd'hui, je m'ennuie de Paris. Je devrais dire d'amis parisiens. Alors reprise d'une ballade... Il y a plusieurs petites erreurs historiques dans le texte... Mais ça va me prendre au moins 800 pages pour les corriger.

Mon histoire se passe en 1534, Jacques Cartier rencontre Membertou et ceux de la forêt signeront des traités avec les Français. Membertou était l'autmoin (chaman) et le Sagamo le plus respecté de son époque. Les traités de Membertou sont d'autant plus importants qu'ils ont été acceptés par les Sagamos Tessouat pour ceux de la Grande Rivière, et par Anadabijou pour les Innous.

Ceux de la forêt sont peut-être affaiblis par les maladies du sud (les épidémies apportées par les Européens), mais cette alliance permet d'amener à la bataille autant de guerriers que n'importe quel des rois européens de l'époque. Membertou est un grand sage. Il a tout de suite compris que Cartier est un froussard. Réussir à négocier et organiser une bonne relation avec ce Français signifiait ne pas lui faire peur, éviter qu'ils prennent conscience de la force militaire qu'il représentait. Cartier voulant voir le pays, Membertou lui conseilla d'aller voir ses amis au havre des Gaspegious ( la baie de Gaspé).

Mais Donnacona, le chef des Iri Akoï de Canada (un petit pays d'une vingtaine de kilomètres le long du St-Laurent) est à la pêche aux maquereaux avec deux cents de ses hommes dans la baie de Gaspé. Cartier le froussard, qui n'avait que 60 hommes avec lui, a tout de suite été très impressionné par la formidable impression de force que représentait ce regroupement. Il a voulu fuir, mais Donnacona lui a bien expliqué qu'il n'avait pas intérêt.

Donnacona a aussi tout de suite compris que Cartier cherchait de l'or. Il inventa l'histoire de Sagana, ( Saguenay) la grande cité d'or. Le but de Donnacona était de renverser les alliances établies avec ceux de la forêt pour imposer une alliance avec les Iri Akoï. Sa position stratégique sur le grand fleuve, lui assurerait le monopole du commence entre l'arrière-pays et les Français. L'été passe et Cartier semble vouloir être aussi allié avec ceux de la forêt qu'avec Donnacona. Alors pour impressionner le froussard, Donnacona organise une grosse fête avec deux cents canots de guerre (au moins 2000 hommes) pour montrer sa puissance. Cartier prend panique et le lendemain matin, profitant du calme après la fête, s'enfuit et retourne en France avec Donnacona à son bord ainsi que 9 autres Iri Akoï.

On raconte que Donnacona devint l'ami de François premier. Mais chose certaine, il continua avec son histoire de Sagana, sa seule chance qu'une expédition de retour soit organisé.

Quand Tessouat le Borgne, qui n'avait pas la sagesse de Membertou, apprit la traîtrise de Donnacona, il a lancé une guerre qui a repoussé les Iri Akoï à 500 kilomètres au sud, une guerre qui prendra fin en 1602. Vers 1560, le Canada n'existe plus.

Donnacona est mort en France en 1539. Il a été enterré dans la rue des Andouilles ( la rue des fous), qui s'appelle maintenant la rue Séguier. Puisqu'il fait beau, aller faire un tour le sourire aux lèvres, pour marcher dans la face de ce traïtre, qui pour son prestige, a provoqué tant de morts et qui fait que l'Amérique parle anglais plutôt que français.

 

Commentaires

1. Le mardi 23 août 2016, 04:20 par Nanouk

Que j'aime ce billet! Donnacona n'a eu que ce qu'il méritait... Mais l'Amérique parle espagnol, non? :P