Ecole pour jeunes Noirs à Toronto

Multiculturalisme, intégration, melting-pot, peu de villes dans le monde ont fait autant d'effort que Toronto pour prétendre que chacun avait une chance égale de réussir quelque soit sa couleur, sa religion, ses traditions culturelles.

Hier, il y a eu une réunion de parents noirs, pour demander une école qui ne serait pas réservée aux noirs, les lois canadiennes diraient que c'est du racisme, mais qui porterait une attention spéciale à la culture afro-canadienne. Autrement dit un ghetto. Il faut bien le constater, dans cette ville la scolarisation des jeunes noirs par l'école publique est un échec. Les résultats scolaires sont nettement inférieurs, le décrochage y est massif. Mais que des parents noirs demandent ce qui ressemblent fort à un retour de la ségrégation, me pose beaucoup de questions.

A Montréal, la situation est différente. Les jeunes noirs sont en moyenne plus scolarisés que les jeunes blancs. Par contre, sur le marché du travail, leurs revenus sont inférieurs. L'école réussit assez bien, c'est après que ça se gâte.

La question m'avait beaucoup inquiété quand on avait instauré des écoles pour les amérindiens. L'idée d'une école où la langue et la culture d'un groupe minoritaire serait respecté n'est pas forcément totalement mauvaise, à condition que certains standards de qualité soit respectés et que ce ne soit pas une école à rabais. Les résultats tellement épouvantables de l'école publique avec les jeunes amérindiens ( à mon avis, moins de 20% réussissant à se rendre à la fin du secondaire) m'avaient alors fait accepter que n'importe quoi d'autre serait moins pire.

Au USA, pour masquer le retour de la ségrégation raciale, on a inventé ce qui me paraît une fiction : L'EBONY. Les jeunes noirs ne parleraient pas l'anglais mais une langue bien à eux, l'Ebony, et comme tel devrait être scolarisé dans des écoles où cette langue est enseignée. À Toronto, il n'y a même pas cette excuse, on propose des écoles pour la culture afro-canadienne.

Je ne peux qu'y voir l'échec de la politique du multi-culturalisme. Je vois mal en France des écoles réservées aux jeunes arabes, même si certaines écoles doivent sérieusement ressembler à la chose. Je ne sais pas quoi penser. Comment faire une école qui donne des chances égales à tous?

Commentaires

1. Le samedi 24 novembre 2007, 06:49 par Poutine Girl

en prenant exemple sur la Suède, bordel de merde!
en France, depuis peu, on a quelques écoles privées musulmanes. ce qui n'est que le pendant logique des écoles catho... qui devraient selon moi être fermées depuis bien longtemps.
(privées, ça veut juste dire qu'il faut payer pour y rentrer, vu que les profs sont, je crois, payés par l'Etat.)

2. Le samedi 24 novembre 2007, 13:54 par EntreCieleMers

Ta note m'interpelle et le sujet est grave !
Hier au journal télévisé ( en France!) était fait état d'un procés contre une société de recrutement pour des postes commerciaux qui "classifiait", "notait" les recrues potentielles selon leur origine ethnique comme suit: Européen, Arabe, africain, asiatique . Pour chaque ethnie un chiffre!
L'homme a toujours besoin de tout étiquetter , tout catologuer même ses semblables.Hallucinant et extrêmement dangereux.
On est à côté de nos pompes et ce n'est pas nouveau .
Tes grandes dames dont tu parles si bien autait bcp à nous apprendre sur le relationnel entre semblable

3. Le samedi 24 novembre 2007, 14:38 par natilin

Comment faire une école qui donne ses chances à tous ??? voilà bien LA question que se posent tous les étudiants français ces jours ci... Poutine Girl parle du modèle Suédois.... j'en entends parler aussi toujours en bien, mais je ne connais pas assez pour juger. En tout cas, d'après ma toute petite expérience, j'ai pu voir que la meilleure méthode est celle où l'on considère les élèves comme des individus, tous différents et où on les aide à cultiver leur différence sans chercher à juger. Y a pas de meilleurs ou de moins bons.. juste des façons différentes de fonctionner, et tout le monde peut évoluer à son rhytme, à sa façon (méthode montésouri).
Cela dit... je n'ai pas de réponse à cette fameuse question.. sinon j'irais la clamer au beau milieu des manifestations ;-)

4. Le samedi 24 novembre 2007, 16:31 par Kinkapricorne

D'après Wikipedia "Ebony" est une revue, l’équivalent de "Paris-Match" pour les Noirs américains.
Quant à "Ebonics", les documents trouvés sur la toile me paraissent de nature à relever une différence d’appréciation entre ce que tu en dis et l’origine de ce mot. Je cite :
"L’ebonics est un langage aussi qualifié d’anglais “ Afro-américain vernaculaire ”. En anglais, il s’agit du “ African American Vernacular English ”, souvent rencontré sous le sigle “ AAV E ”.
Le terme “ ebonics ” est le résultat d’une fusion entre les mots “ ebony ” qui signifie “ ébène ” et “ phonics ”, (une méthode d’apprentissage qui associe certaines lettres de l’alphabet ou groupe de lettres avec des phonèmes)...
Bien que certains aspects de cette langue, notamment la prononciation, aient des points communs avec l’Anglais du Sud de l’Amérique, elle est majoritairement parlée par les Afro-américains mais aussi par les “ non Afro-américains ” qui ont grandi au sein de ces communautés noires.
Concernant la langue, on retrouve des caractéristiques communes avec le Créole anglais parlé par beaucoup de Noirs en dehors des Etats-Unis.
La prononciation, les structures grammaticales et le vocabulaire ont une forte similitude avec ce que l’on peut trouver dans plusieurs dialectes Ouest Africains.
Des chercheurs ont remarqué que “ l’ebonics ” est plus souvent utilisé pour discuter de concepts abstraits, tels que les sentiments, et lorsque l’on parle à des gens de son entourage." www.oboulo.com/etude-ling...

Wikipedia compare l'ebonics au joual : "le joual en tant que sociolecte — comme le ebonics aux Etats-Unis — a été trop souvent classé comme une tare linguistique, tant par les universitaires, les écrivains et les journalistes du Québec que par le reste de la francophonie..." (voir la controverse au sein de l'article sur le joual).

5. Le samedi 24 novembre 2007, 17:07 par Moukmouk

Kinka--) merci pour la correction, C'est effectivement "Ebonics" dont je voulais parler. J'ai beaucoup de difficultés avec une comparaison du joual et de l'ébonics. Il faudrait que je fasse un billet là-dessus, après une bonne réflexion. Pour moi, il s'agit de deux phénomènes très différents.

Ce qui m'inquiète c'est que on justifie une ségrégation à partir d'un sociolecte ( concept imminament contestable d'autre part).

6. Le samedi 24 novembre 2007, 17:13 par Moukmouk

Natilin--) adapter l'école à l'enfant plutôt que l'enfant à l'école. C'est ce que je voudrais défendre. Mais on m'objecte que l'école à un rôle d'éducation, d'encadrement et d'intégration à la société, à ses valeurs, et qu'il faut que l'enfant apprenne à vivre en société. Autrement dit qu'il s'adapte à l'école. J'aime pas vraiment.

Entreciel--) Classifier? je pense qu'ici c'est plutôt la peur de l'autre qui joue.

Poutine--) malheureusement je ne connais pas du tout l'école suédoise... as-tu des sources ou un texte que je pourrais lire?