Avez-vous vu le spectacle?

Wow! Le spectacle d'ouverture des jeux Olympiques est une très grande oeuvre d'Art.

Les tambours du début, c'est bien impressionnant, mais j'ai craint un instant un spectacle militariste comme les dictatures aiment tant en produire. Aussi c'est avec une profonde joie que j'ai vibré à la fillette ( 5 ans, il faut oser) qui chante la bienvenue aux habitants de la Terre. Voilà l'image que la Chine veut donner au Monde, une jeune fille tout sourire, qui chante sa joie d'être parmi et d'accueillir les humains.

Le grand parchemin, et les fonctionnaires qui récitent la Loi, et s'inclinent devant le Texte, parce que ce n'est pas un monarque qui dirige, mais le Texte: et que dit ce Texte? le mot Harmonie. J'étais conquis. Après les tableaux se suivent, tous aussi bien réalisés techniquement tous d'une précision exemplaire, tous plus extravagant tant dans la richesse des costumes le raffinement des éclairages, images dans l'image dans l'image, qui permet une réalisation télé fascinante tout en étant un spectacle pour 100 000 personnes dans un stade. Zhang Yimou est un génie, et un génie à qui on a donné les moyens de faire une très grande oeuvre.

Avant on construisait un temple, une pyramide, une cathédrale, un palais. L'objet n'est pas le temple, mais l'effort collectif d'un groupe, d'un peuple pour se célébrer. Ce n'est pas Versailles qui a tué la monarchie française. C'est l'incapacité des rois de se maintenir comme symbole de l'unité du pays. Nous sommes maintenant à l'age du visuel, il est préférable de construire le symbole pour la télévision, plus de gens pourront le voir et le revoir, s'associer à ce symbole et participer à la célébration.

J'ai entendu comme critique : comment peut-on dépenser autant d'argent pour un spectacle dans un pays où certains meurent de faim? Il y a proportionnellement plus de gens qui meurent de faim et qui sont sans logement aux USA, dans le pays le plus riche du monde, qu'en Chine, et pourtant on y dépense des fortunes mille fois plus considérables, la guerre en Irak par exemple, pour faire le spectacle de la puissance de l'Empire. Pour unir les gens des USA contre l'ennemi qui n'existe pas.

Les Chinois célèbrent la fin de l'esclavage imposé par les anglais il y a 150 ans. Ils fêtent leurs dignité et l'indépendance retrouvée. Fêtons avec eux. Parce que des humains fiers et libres, c'est à cela que nous devrions aspirer.

Bien sûr, les mots liberté, indépendance, droits humains, ne peuvent avoir le même sens dans un pays d'un milliard et demi d'habitants, dans des villes de 50 millions d'habitants, que pour des petits groupes de nomades de la forêt. Mais nous avons maintenant la preuve que la Chine réussira à redevenir elle-même, à se libérer de la domination des barbares d'Occident.

Commentaires

1. Le samedi 9 août 2008, 18:01 par TT02

Oui magnifique. J'ai adoré les tambours. A la fois les frappes sur les tambours et les cris des danseurs. C'était impressionnant.

2. Le samedi 9 août 2008, 20:24 par la Mère Castor

Je l'ai raté, mais j'aime comme tu le racontes, c'est beau.

3. Le samedi 9 août 2008, 21:40 par Saveur

100 millions de dollars, pardon, mais cela ne passe pas, que ce soit la Chine ou n'importe quel autre pays du monde...

4. Le dimanche 10 août 2008, 02:26 par bey

C'est vrai que mis à côté des constructions de cathédrale c'est plus joli que la guerre en Irak . C'est vrai que ces mots de liberté et d'indépendance ne peuvent avoir le même sens pour tous . De grandes et belles oeuvres commes celles ci ne pourront elles jamais voir le jour sans tant de "sacrifices humains" et seulement dans la douleur ? J'ai en partie boycoté; et puis j'ai craqué j'ai quand même vu des images géantes magnifiques splendides et je me suis dit que j'aurai du tout voir par respect pour ceux qui ont souffert pour nous offrir ce spectacle et pas seulement pour la grandeur d'un pays ... (comment dire? )

5. Le dimanche 10 août 2008, 02:59 par Moukmouk

Bey--) Moi ce qui m'a fait craqué, c'est justement que le spectacle n'était pas la célébration de la grandeur de l'état chinois, mais une présentation de la culture dans une volonté d'être avec et non au dessus.
Saveur--) Tous les spectacles du super-bowl coute plus de 30 millions et personne ne s'offusque que des gens meurent de faim au USA. La cathédrale de Chartres a couté plus cher par rapport à la richesse du pays de l'époque, et pourtant Chartres méritait d'être construite.

Mère Castor--) merci tente de revoir la première partie, ça vaut le coup.

Tto2--) oui grandiose.

6. Le lundi 11 août 2008, 08:46 par Sara

J'ai oublié de regarder, il faut dire que c'était pendant mes heures de travail, alors difficile de regarder la TV...
Ces J.O. ont de toute façon été trop politisés avant même de commencer, c'est trop dommage

7. Le lundi 11 août 2008, 16:13 par dieudeschats

Je ne vois pas pourquoi les droits humains devraient avoir un autre sens selon la taille de la population !?

8. Le lundi 11 août 2008, 16:32 par Moukmouk

DDC--) il y a une grande différence dans l'application, la police parisienne est plus répressive que la Montréalaise, et a Pohénégamouk il n'y a pas de police ( il y en a un à 50 KM), c'est la densité qui entraine des problèmes particuliers. Le mot Police, vient du grec et veut dire ville.

Sara--) le spectacle vaut le coup... (et le coût)

9. Le mardi 12 août 2008, 20:48 par Saveur

va quand même faire un (petit) tour là...
rue89.com/hors-jeux/cerem...

10. Le mardi 12 août 2008, 23:28 par andrem

Une belle oeuvre d'Art, un spectacle de la qualité que tu décris, L'Ours, mais sur lequel je ne peux me prononcer ne l'ayant pas vu, justifie en lui-même le coût, et la probabilité que les gens meurent de faim est moins grande dans un monde qui fait ces spectacles que dans un monde qui n'en fait pas.

Sinon, on retombe dans l'utilitarisme comptable dont nous pourrions bien tous crever sous peu.

Je sais ce que sont gestion sage et prudence, je sais ce que vaut le travail d'une personne, je sais ce que vaut le travail de dix mille personnes. Mais je sais aussi que la pensée et la grâce de l'instant sont beaucoup plus précieux que la besogne du quotidien, et que celle-ci n'a de sens qu'en permettant l'instant.