Nouvelles du Nord-- Bulletin des glaces

Bien difficile d'analyser ce qui se passe cette année, mais c'est un temps dur pour les ours.

Je m'aperçois que je fais presque chaque mois d'hiver, un billet qui parle des glaces de l'Arctique. Oui, la glace c'est le territoire de chasse des ours polaires. Pas de glace, pas d'ours. Mais c'est aussi (avec le Gulf Stream et les ouragans) la grande machine à réguler le climat de la Terre. Diverses hypothèses sont avancées, mais on ne connait pas encore très bien comment ça fonctionne. Quand on regarde le passé de la Terre sur le dernier 300 000 ans, on comprend que des variations de facteurs comme la quantité de CO2 dans l'air, qui semblent pas très importantes peuvent provoquer des réactions énormes dans des temps relativement brefs. Pour la Terre de 4 milliards d'années, un siècle c'est le temps d'un clin d'œil.

C'est ce qu'on appelle les réponses non linéaires. On suit une évolution qui semble normale, on rajoute juste un petit peu et pouf! Les réponses deviennent totalement différentes. Plusieurs indices me laissent croire que nous sommes sur une frontière, et que de très grands changements ( comme une déglaciation complète) pourraient se produire dans un court délais ( d'ici 15 ans). Quand ? Impossible de le savoir. Quels impacts sur la vie ? Impossible de le savoir, les scénarios vont d'une simple aggravation des conditions actuelles à perte de 70% de rendements des surfaces productrices d'aliments. Chose certaine, c'est important.

Cette année, bien difficile de savoir ce qui se passe. Jusqu'au 10 janvier, nous avions un bon hiver bien froid avec beaucoup de formation de glace, à cause de l'Oscillation atlantique multidécennale. J'étais bien content, mais le vent a tourné et la glace a pratiquement arrêté de se former et nous avons suivi la courbe de glace de l'année 2007 la pire de l'histoire ( soit depuis qu'on mesure la formation des glaces). Et puis pouf! Début mars la machine à glace repart et nous voilà dans la moyenne des 30 dernières années.

Mais il y a un problème pour les ours. Pour une cause inconnue, les glaces décollent tant de la cote du Groenland que de la Baie d'Hudson.

Le principal lieu d'estivage des ours polaires est sur la cote ouest de la Baie James au Nord de l'ile d'Akimiski. Les zones d'eau libre qu'on voit sur la photo peuvent forcer les ours à revenir plutôt sur terre, ce qui veut dire manger moins de phoques, et attendre jusqu'en octobre avant de pouvoir refaire un vrai bon repas. Normalement, les ours reviennent à la cote vers le 10 mai. Quarante jours de plus sans manger c'est énorme, essayez de tenir quarante heures.

Nager une vingtaine de kilomètres dans de l'eau à 2 degrés, c'est à la portée de la plupart des ours. Mais c'est une énorme dépense d'énergie, et il faudra bien trouver une façon de compenser la graisse perdue, sinon l'ours mourra de froid.

Commentaires

1. Le lundi 19 avril 2010, 15:28 par Beautymist

je vis dans le Sud-Est de la France et c'est tout pareil... bizarre...
même calendrier des glaces, avec cette étonnante reprise en mars notamment.

Courage, Gros-Ours !

BM

2. Le mardi 20 avril 2010, 06:52 par paumier

Très intéressant mais inquiétant. Je relie ça aux reportages que l'on voit de plus en plus à la télé sur les ours blancs qui s'approchent des villages et se nourissent dans les dépotoirs.
Nous sommes vraiment aveugles collectivement.
Ne serait-ce pas une possibilité de leur larguer des phoques par hélico qui auraient été capturés par des innuits rémunérés pour le faire ? Quand on est responsable des dégats on est aussi responsable de réduire les méfaits qu'ils causent.

Tanakia !
3. Le mardi 20 avril 2010, 15:46 par Moukmouk

Paumier--) Exact pour les ours près des villages. Et il y a beaucoup trop de phoques maintenant. Mais l'hélico ça coute très cher. Un camion hors-route peut faire ce travail. Mais les inuit chassent sur la glace comme les ours. très facile de perdre un phoque blessé dans l'eau libre.

Beauté--) ce sont des phénomènes globaux qui s'ajoutent au variation de la météo plus locale.