C'est la faute de l'école

Avez-vous remarqué que tout va mal et que c'est toujours la faute de l'école ? Pour Hortensia et tous les autres qui en pleurent parfois.

J'ai à pondre un texte sur la campagne du gouvernement canadien sur la littératie financière. L'école ne formant pas les jeunes aux questions économiques, le gouvernement canadien fait une campagne pour dire aux citoyens qu'il est important de s'occuper des sous. C'est vrai que je fais campagne pour s'occuper d'autres choses que les sous, je ne suis pas objectif.

Juste le barbarisme « littératie financière » pour parler de culture économique, me fait dire que l'école canadienne est un échec évident, et que de choisir un fonctionnaire capable de pondre une bêtise pareille démontre que nos élites ne sont plus ce qu'elles étaient.

Mais c'est vrai, si les boutons n'ont pas tous quatre trous c'est aussi la faute de l'école, comme les viols, le désengagement, la méconnaissance de l'histoire, l'absence de culture scientifique et la pluie le samedi. Et bien sûr, l'école coute trop cher et c'est à cause de ces salauds de profs, trop payés et avec deux mois de vacances qui ne foutent jamais rien. Je me demande comment il se fait que ces gens qui n'en font jamais une, soient si nombreux en épuisement professionnel, et qu'ils quittent le métier en si grand nombre.

On demande à l'école de s'occuper de nos enfants, parce qu'on a pas le temps de le faire, je suis occupé à faire de l'argent, faire tourner l'économie du pays, je suis productif moi. Mais ce que fait l'école est forcement mauvais puisque mon enfant n'est pas le meilleur du monde.

Bientôt, sur la place publique, un débat récurrent revient (pléonasme malheureusement vicieux), l'intégration scolaire. Trop d'enfants à problème de toutes natures ( santé, handicap, problème psychologique, etc.) dans les classes empêcheraient les enseignants de s'occuper convenablement de mon enfant qui lui, bien sûr, n'a pas de problème. Enfin pas un problème assez sérieux pour le mettre dans une classe spéciale, ghetto qui débouche sur l'exclusion à vie.

Sauf que personne ne pose l'autre problème : que demande-t-on à l'école ? Un lieu d'intégration sociale ? Cela limitera l'apprentissage. Un lieu de sélection ? Cela provoquera du décrochage. Un lieu de culture générale, mais les connaissances de bases ? De fait, l'école n'est que le miroir du compromis social et l'enseignant ne peut que s'y soumettre.

Mais ce compromis social démontre en même temps que la société québécoise réussit plutôt bien. Contrairement à ce que clament les médias et la ministre de l'éducation (qui cherche à éliminer les enfants de l'école) notre école est parmi les meilleures du monde pour les compétences en science, mathématique et assez forte en lecture (voir PISA) . C'est certainement la faute des profs qui ne foutent jamais rien.

Commentaires

1. Le samedi 24 avril 2010, 00:08 par Dodinette

TOUT est la faute des profs.
à commencer par le fait que j'ignore ce qu'on va bouffer ce soir.

comme. tous. les. autres. soirs. :(

2. Le samedi 24 avril 2010, 00:54 par Moukmouk

mais tu le sais bien tu n,as qu'à m'inviter, j,arrive avec un repas.

3. Le samedi 24 avril 2010, 08:19 par Saveur(s)

Tiens, mon com a sauté. Je suis frappée par la similitude entre ce que tu écris (au début de ton texte) entre l'école et l'entreprise en France. On lui demande de résoudre des problèmes de société, ce qui n'est pas dans son domaine de compétences. J'ai beaucoup de mal à comprendre ce glissement de responsabilité. As-tu une idée ?

4. Le samedi 24 avril 2010, 11:34 par Moukmouk

saveur(s)--) peut-être que si théoriquement nous avons plus de libertés, la plupart des gens ont l'impression de ne plus avoir prise sur leur vie. Alors c'est la faute de l'état, de l,entreprise, de, de... parce que j'ai le sentiment profond de ne rien pouvoir changer.

L'idéologie néo-libérale où la loi du marché décide de la réalité (donc je n'ai pas de liberté) et les grands groupes de plus en plus grands et qui prennent des décisions qui affectent la vie de tous.

5. Le samedi 24 avril 2010, 19:29 par eddie

C'est marrant, pendant tout le début, je me suis demandée si tu parlais de l'école en france tellement ca colle avec ce que nous vivons aussi :-))

6. Le samedi 24 avril 2010, 19:42 par Moukmouk

Eddie--0 je pense que c'est simplement parce que les français sentent le même désarroi devant la vie, celui de ne plus avoir de pouvoir sur rien, de ne pas pouvoir changer les choses, donc il faut que ce soit la faute de l'école, puisque même l'état se dit impuissant devant "les forces du marché" ( les voleurs).