En mémoire d'Ida

C'est pas une nouvelle fraîche, mais une occasion de parler des ours polaires.

Gus et Ida sont très connu en Amérique. Ce sont les ours polaire du jardin zoologique de Central Park à New-York. Gus fut surtout connu dans les années 90, alors que seul dans sa piscine, il s'est tapé une profonde dépression nerveuse. Sa solitude était si profonde, qu'il cherchait à mettre fin à ses jours. Pourquoi vivre quand on est seul... mais vraiment seul privé de tout contact avec ses congénères.

Car comme la grande majorité des animaux supérieurs, les ours polaires sont des animaux très sociaux. C'est vrai qu'on les voit généralement seuls. Mais on les voit seuls d'après les critères humains et l'extrême faiblesse de nos sens. D'accord comme son nom l'indique, Ursus Maritimus est un mammifère marin, et ces yeux sont protégés de l'eau par une membrane qui rend sa vue plutôt faible et assez flou, de fait il voit mieux dans l'eau que sur la terre. Mais c'est sans compter son ouïe formidable, et son odorat encore plus prodigieux.

Un ours polaire est capable de sentir la présence des phoques jusqu'à une cinquantaine de kilomètre, de suivre les traces d'une ourse en chaleur qui est passé par là, une demi-journée au paravent. Il est aussi capable de sentir à travers ses pattes la vaguelette que fait un phoque en nageant sous un mètre de glace. Les ours ne sont pas solitaires, ils vivent en relation étroites avec leurs congénères qui sont à une ou deux dizaines de kilomètres. Ils ne vivent pas près les uns des autres, parce que les ressources sont rares et qu'il faut un très grand territoire pour nourrir un ours d'une tonne.

Donc ils ont invité Ida à venir vivre avec Gus. Le petit zoo a été très chanceux, les ourses sont plutôt difficiles dans le choix de leurs partenaire, mais Ida, une jeune personne née et élevée dans un zoo aussi, a décidé que Gus était un garçon sympathique et ils ont vécu 17 ans dans la très bonne entente... nettement mieux que la majorité des couples que je connais.

03Gus-articleLarge.jpg

La célèbre photo du New-York Times prise en 2002, alors que le couple rigolait bien ensemble. Gus est à droite, son amoureuse tendrement couchée sur lui.

Mais Ida est morte il y a un mois... morte à l'age respectable de 25 ans. Ce pauvre Gus (environ 27 ans) est trop vieux pour s'habituer à une nouvelle compagne, vivre un nouvel amour. Il vivra ce que trop de nos vieux connaissent dans les mouroirs de luxe que nous leurs aménageons. Il ne serait pas étonnant que Gus choisisse de se laisser mourir plutôt que de vivre la solitude désespérante.  

Commentaires

1. Le lundi 4 juillet 2011, 10:29 par Anne

Triste nouvelle, pour Gus, Ida, les ours et l'humanité...

2. Le lundi 4 juillet 2011, 12:29 par TT02

C'est une histoire bien triste.

3. Le lundi 4 juillet 2011, 16:49 par Moukmouk

TTo2--) oui triste, mais je n'ai pas de solution pour ce pauvre Gus, au moins il a été heureux très longtemps.

Anne--) Les très nombreux vieux qui s'ennuient à mourir... triste oui.

4. Le mardi 12 juillet 2011, 16:33 par Nab

Bien sur que cela est triste, mais d'un autre cote, je trouve merveilleux de voir une fois de plus que l'amour peut fleurir partout, y compris dans les circonstances les plus stressantes et tristes tels que l'enfermement dans un zoo... et cette histoire me rappelle a quel point, malgre tout ce que les humains essaient de pretendre, nous sommes une part integrante de la nature et les animaux ont les mems besoins, emotions, etc... que nous.

5. Le vendredi 22 juillet 2011, 13:11 par omegawicca

triste en effet, le pire c'est que des millier de gens le vive, ca fait peur je trouve, je psne que comme GUS je choisirais de ma laisser M plutot ke de supporter le opid de la tristesse, du mank et de la solitude.

OmegaWicca