Et si le Gulf Stream ralentissait?

Des papiers dans la presse parlent depuis un certain temps d’un ralentissement possible du Gulf Stream. Possible, mais c’est plus compliqué que ça semble.

Pour commencer, on ne sait même pas ce que c’est le Gulf Stream. Il y a certainement un courant marin qui remonte le long des USA qui porte ce nom, mais ça n’a rien à voir avec l’ensemble des éléments qui apporte de l’énergie des tropiques vers le nord de l’Europe. Si quelqu’un peut me démontrer que c’est le vent qui crée le courant ou l’inverse, je promets de militer fortement pour qu’il ait le prix Nobel.

 

Bien sûr il y a la circulation thermohaline cette énorme pompe qui fait plonger l’eau froide et très salée vers le fond (autour du Groenland) et attire par le même fait de l’eau tiède du sud vers le nord. Et puis il y a le Krill ces toutes petites crevettes, partie essentielle du zooplancton, qui descend et monte dans la colonne d’eau selon la quantité de lumière et qui parce qu’elles sont des milliards contribue à pomper de l’eau chaude du sud vers le Nord. La météo joue aussi un grand rôle. Les modifications du climat? On ne le sait pas encore.

 

Il y aurait moins d’énergie provenant des tropiques qui vont vers le nord de l’Europe. C’est possible. Les scientifiques qui émettent ces hypothèses sont loin d’être des crétins, les arguments sont solides, les études sérieuses, mais personne n’a trouvé le moyen de mesurer la totalité du flot d’énergie. Et puis si il y avait diminution du flot d’énergie, la température du nord devrait se rafraîchir, mais elle se réchauffe… Et puis les tempêtes de plus en plus fréquentes qui sont capables de remonter des tropiques jusqu’à l’Arctique transportent d’énormes quantités d’énergie, l’équivalent de quelques centaines de bombes atomiques… après tout c’est ça le rôle d’une tempête ou d’un ouragan.

 

Et puis dans la colonne d’eau là où il y a naissance des courants, il y a moins de krill et plus de copépodes (disons des très petits escargots) eux-mêmes menacés par l’acidification de l’océan. C’est fort probablement la raison du déplacement des baleines noires (eubalaena glacialis) dans le golfe Saint-Laurent et la grande mortalité. Elles sont affamées parce qu’elles digèrent trop mal les copépodes. Est-ce que le changement du krill vers les copépodes entraînera la glaciation du nord de l’Europe? J’en doute fortement.

 

Dans tout cela, je n’ai qu’un but. Les avancées de la science du climat sont proprement stupéfiantes ces 25 dernières années. Mais nous sommes encore très loin d’avoir toutes les réponses. Le Nord se réchauffe très vite, mais comment? Quels sont les impacts dans la colonne d’eau des océans? Quels seront les impacts sur les continents? Personne n’a encore de vraies réponses, alors on ne peut pas tirer de conclusions encore.

 

Mais chose certaine, on continue a voir augmenter les gaz à effets de serre. Et ça il n’y a plus aucun doute, cela détruit la vie telle que nous la connaissons à très très grandes vitesses. La disparition des hirondelles en est la preuve flagrante. Pourrons-nous nous adapter?

Fil des commentaires de ce billet