Le drame du CETA

J'ai reçu plusieurs questions sur l'accord du CETA et la pollution qu'entraînerait le transport en bateaux de viande à travers l'Atlantique. Je pense qu'on se trompe de cible et que le danger n'est pas là où aimerait nous le montrer. 

En gros les États ont tenté de nous vendre le truc en disant l,Europe acceptent d'acheter leurs surplus de boeuf pas cher s'il correspond à nos normes, et en échange le Canada accepte de prendre notre surplus de 16 000 oui seize mille tonnes de fromages s'il correspond à nos normes. 

Au Canada, le boeuf est très subventionné mais pas le lait. En Europe toute la production agricole est très subventionnée. J'ai tenté de déterminer qui gagnait au change. Les canadiens paient pour que vous ayez du boeuf pas cher, et les européens paient pour que nous ayons du fromage pas cher. Qui paiera le plus? 

C'est une bataille beaucoup trop importante pour que je trouve des experts indépendants. Ils se sont traités de tous les noms, beaucoup contredits, mais je n,ai pu tirer de vraies conclusions. les représentants des agriculteurs affirmant que les subventions sont essentielles à l'économie des pays. Pour des adeptes du libéralisme je ne les trouvent pas très crédibles. 

Par contre l'effet du traité sur le Canada sera évident. Les entreprises laitières de moins de 1000 vaches en production vont disparaître. Et l'État canadien va sauver des centaines de millions en cessant de soutenir des entreprises trop petites pour survivre. 

Je crois que ce sera la même chose en Europe avec la disparition des entreprises agricoles trop petites,  inefficaces surtout pour la production du boeuf pour la boucherie. les fermes de moins de 500 têtes seront inévitablement en faillites. 

Dans un premier temps, je serais plutôt pour: la pollution engendrée dans des entreprises trop petites, mal gérées incapable d'investir, est beaucoup beaucoup plus importante que celle du transport par bateaux (les camions après? là c'est plus problématique, mais de toute façon c'est déjà transporté en camion). 

Sauf que le modèle agricole lui c'est plus que des entreprises, du capital et des subventions, ce sont des humains dans des villages et c'est ce mode de vie que le CETA attaque. 

Les grands spécialistes des États ont décidé que le modèle agricole de production de boeufs en Europe est trop cher en subvention, trop inefficace et trop polluant pour survivre comme les fermes laitières de moins de 1000 vaches au Canada. Si cela ne marche pas avec Ceta soyez certain qu'ils trouveront une autre technique. ce n'est pas pour rien que les campagnes se dépeuplent. 

Non si vous vous opposez au CETA ce n'est pas pour des raisons de pollutions, c'est que vous croyez qu'il est possible de produire de la nourriture autrement que dans un modèle industriel. 

Fil des commentaires de ce billet