La sagesse d'Ijjilik

Ijjilik est un vieux loup, qui ne fuit pas les humains parce qu'il a vécu un automne et un hiver parmi eux quand il était tout jeune. Ijjilik le Sage est un ami, je suis un ours chanceux.

Pour ceux qui aiment les loups, et Ijjilik en particulier, j'en parle en autres ici et . Il vente beaucoup sur la ville aujourd'hui, comme il ventait beaucoup sur la plaine du Nord ce jour-là. Impossible de se déplacer, et donc une bonne journée pour les longues conversations à l'abri, surtout quand le soleil, qui joue à cache-cache avec les nuages, accepte de chauffer un peu nos vieux os.

Nous étions presque au sommet de cette petite colline et regardions vers le sud, pendant que le vent du Nord passait au-dessus de nos têtes en grondant. Peut-être parce que je ne suis pas vraiment capable de me taire, ou bien le bruit du vent me faisait un peu peur, j'ai demandé à Ijjilik: «On t'appelle Ijjilik le Sage, alors peux-tu me dire c'est quoi la sagesse? »

« Ridicule, qu'il me dit, la sagesse n'est pas dans celui qui parle, mais dans celui qui écoute. » Là-dessus, il fait une longue pause, comme s'il ne voulait plus rien dire. J'ai presque réussi à faire taire tout mon corps le temps que la suite vienne... ou peut-être jouait-il un peu de moi, pour m'apprendre à avoir au moins la sagesse d'attendre que les choses arrivent. -- « c'est simple pourtant, celui qui parle, tente presque toujours de dire des choses sages, c'est celui qui entend qui sait si la phrase est vraiment sage ou pas. »

Les loups sont les marcheurs du Nord. La sagesse du loup est sans doute dans sa légereté, pour pouvoir longtemps courir. La sagesse de l'ours est dans sa graisse. Sans elle, il ne résistera pas au froid, à l'eau froide surtout et il ne pourra survivre. Tu vois, tu peux réciter tous les adages, tous les livres du monde, si tu ne t'occupes pas de ton propre corps, tu seras toujours ridicule. Et ton corps est différent de tous les autres parce qu'il n'occupe pas le même espace que les autres corps.

Encore une longue pause, je frémissais de devoir me taire, mes muscles criaient de ne pouvoir bouger. Ma pauvre sagesse était de pouvoir entendre, et pour cela que je réussisse à faire taire le machin en dedans de moi qui fait tellement de tapage, qui veut tout expliquer tout le temps.

J'ai été sauvé de mes courbatures par un corbeau qui a eu pitié de moi et a traversé lentement le ciel. Ijjilik reprit: « Tu vois, la sagesse du corbeau est d'être gros et léger. Il est gros pour être fort, et il est léger pour pouvoir voler. Tu devrais peut-être tenter d'apprendre du corbeau, être gros dehors, mais léger dedans, léger parce que libéré du toi que tu traines. »

Ijjilik a vraiment raison, je suis tellement plein de moi que je suis ma propre prison. Au moins, j'ai entendu cela.

Commentaires

1. Le mercredi 9 janvier 2008, 22:20 par TT02

Tu veux dire que tu es gros alors ta prison est grande ? Hihihi.

T'inquiète on peut parler beaucoup pour avoir plus à entendre.

2. Le mercredi 9 janvier 2008, 23:30 par bey

Hum je crois qu'il va falloir que je me l'imprime ce billet là et que je m'oblige à le lire deux ou trois fois par jour jusqu'à le connaitre par coeur pour le faire mien . C'est pas gagner .
Je ne t'ai pas encore souhaité une bonne année je te la souhaite pleine de lecteurs pleine de belle découvertes sur la toile et dans les grand bois, à tous je souhaite que ce soit l'année d'une grande prise de conscience une remise en question de nos priorité et de nos valeurs face l'état de notre planète ......

3. Le jeudi 10 janvier 2008, 05:45 par VERONIQUE

EN CORPS!Je crois que nous ne pouvons "naitre "q 70/uen "corps",Mais que nous existons bien au dela!Alors Tu vois. Moukmouk,ta prison est bien plus spacieuse que tu ne le penses!Je suis tres ennuyee car ,peut etre non erudite ,mais le0 barre, connais pas!!!!Sur mon clavier ame ere lots....!!000... pas barres du tout!

4. Le jeudi 10 janvier 2008, 05:49 par VERONIQUE

Ca a cafouille dans le "en corps"! Mais n est ce pas cela l Humanite?

5. Le jeudi 10 janvier 2008, 06:16 par VERONIQUE

Dans la Vie nous ne sommes pas barres, nous avons Tous ,un bout de sagesse!Meme infime soit il!6

6. Le jeudi 10 janvier 2008, 09:47 par Sara

J'aime beaucoup les paroles de Ijjilik.
Notre corps peut devenir une prison oui, mais à notre tête de l'en empêcher :-)

Et puisque tu as un loup parmi tes amis, mes enfants ont une question à lui poser: est-ce qu'il peut arriver qu'un loup mange une personne? Je leur ai dit que non, mais j'avoue qu'après coup, j'ai eu un doute.

7. Le jeudi 10 janvier 2008, 10:17 par Anne

Effectivement ça donne à réfléchir... Merci !

8. Le jeudi 10 janvier 2008, 10:34 par drenka

Mmmmmmmmm j'adore les histoires de loup

9. Le jeudi 10 janvier 2008, 13:22 par natilin

dans une de mes prochaines vies (après celle de chat ;-).. j'aimerais beaucoup être un loup ! quelle sagesse !

10. Le jeudi 10 janvier 2008, 14:47 par Moukmouk

Natilin--) ce ne sont pas tous les loups qui sont aussi sages, mais la vie des loups les portent plus vers la sagesse.

Drenka + Anne-) merci, il faudra que j'en raconte d'avantage.

Sara--) la réponse est non. Mais il faut expliquer je vais leurs faire un courriel.

Véronique--) le pire problème de ton affirmation est de définir ce "nous" dont tu parles. "Je" est effectivement beaucoup plus grand qu'un corps, il contient souvent les liens que nous avons avec ceux de notre clan.

Bey--) le meilleur pour toi aussi pour cette année

TTo2--) grande peut-être mais pas très confortable.

11. Le jeudi 10 janvier 2008, 16:22 par la cigogne

être plein de soi n'est pas un mal a partir du moment ou l'on y laisse de la place pour les autres et pour "l'autre" et je suis persuadée que pour cela tu n'as aucune difficulté
se débarrasser des choses qui nous emprisonnent est un travail plutôt difficile ....les démons nous maintiennent au chaud(...)
avec toi c'est super car tu connais "la transparence"mais ça aussi c'est difficile!

12. Le jeudi 10 janvier 2008, 16:54 par VERONIQUE

j utilisais" nous" pour parler de notre apparttenance commune a l humanite,"nous " dans le sens ou l "on "nait tous Unique!.... Mais tu as raison .. bien souvent , on forge soi meme sa prison....mais n est ce pas aussi en forgeant que l on devient forgeron?c est a soi meme de se creer de l espace...pour acquerir un debut de sagesse, qui au fil du temps ne peut que grandir et s elever.

13. Le jeudi 10 janvier 2008, 18:54 par swahili

Celui qui écoute, il est quand-même bien content de trouver celui qui parle parce qu'on peut parler tout seul, mais écouter tout seul, c'est plus difficile !

14. Le jeudi 10 janvier 2008, 19:20 par Moukmouk

Swahili--) je trouve facilement des distributeurs de sagesse instantanée... La télé est bien bonne pour cela. Mais ce que ça prend de fumier pour une seule fleur.

Véro--) trop compliqué je te fais un courriel

Cigogne--) vide, plein, ce sont des images... je voulais juste dire que quand il y a que notre nombril qui nous intéresse, c'est bien difficile de voir ce qui se passe autour de nous.

15. Le jeudi 10 janvier 2008, 20:22 par Kinkapricorne

Swahili> On peut écouter sa voix intérieure, mais il faut bien tendre l'oreille car elle a tendance à chuchoter plus qu'à asséner ses paroles. Et bien souvent son filet de voix est à la limite de l'audible et alors on n'y prête pas attention, on la confond avec la petite musique qui fredonne constamment en nous.

16. Le jeudi 10 janvier 2008, 22:16 par Lise

C'est beau, ce que tu nous racontes, fort et léger à la fois :-) Le machin que tu traines à l'intérieur sait laisser la place à l'écoute, très clairement.
Amicales bises

17. Le vendredi 11 janvier 2008, 17:34 par Frédérique

Le baume de la simplicité :simplifier nos actes, nos paroles, nos pensées, nous débarrasser du superflu (oui c'est encore du Mathieu Ricard !). S'occuper de son corps (de son corps hein, pas de son image, c'est pas pareil !) est un devoir sacré, ce n'est pas une prison, c'est ce qui abrite notre étincelle de vie. Bise Ijjillik pour moi.