La crise toujours

Tenter de découvrir les mécanismes de cette crise économique pour trouver une porte de sortie. Aujourd'hui ce qu'il ne faut pas faire.

Une ancienne ministre et maintenant journaliste Lise Payette fait un bon papier ce matin dans Le Devoir: (quel nom stupide pour un journal) permettez-moi de citer le préambule amusant : Le mois de mars est un mois difficile dans notre climat. La déprime n'est jamais très loin car l'hiver a usé tout ce que nous avions de réserve de bonne humeur et de patience et le printemps se fait prier, comme chaque année, refusant de nous accorder l'orgie de soleil à laquelle nous rêvons. En mars, nous avons souvent les deux genoux par terre espérant que rien ne nous tombera plus sur la tête et que nous allons bientôt mettre les vêtements d'hiver au rancart et retrouver ce goût de liberté que le printemps va nous ramener enfin.

En mars, nous n'entendons plus à rire, nous avons la mèche courte et ce n'est pas le meilleur moment pour nous marcher sur les pieds. Et c'est vrai. Je supporte mal cet avant printemps. Alors quand les « experts » économistes font les grands discours sur la crise parfaite imprévisible, du « c'est la faute au gouvernement USA qui n'a pas sauvé la banque Lehman Brothers » et autres absurdités du genre, je me fâche. Imprévisible? Comment ce fait-il que le magasine Alternatives Économiques (comme plusieurs autres publications scientifiques) avait parfaitement prévu et décrit cette crise dès 2004? Oui ils se sont trompé, ils la prévoyaient pour 2007 plutôt que 2008...

Il y a mare d'entendre parler de Marché et de Loi du Marché. Il ne peut pas y avoir de Marché quand il y a des acteurs dominants (ex. Lehman Brothers et autre Edge funds), ça va avec la définition de marché. J'ai déjà écrit là-dessus.  Il est de plus en plus clair que si un beau monsieur cravaté ou pas vous parle de marché, il est soit un fumiste soit un bandit. Quand on vous dit qu'il va y avoir reprise dans un mois, six mois ou un an, vous avez le droit de crier à l'imposteur. Il faut lire le principal conseiller financier d'Obama pour s'en persuader.


Ce matin Le New-York Times m'apporte la preuve ( si c'était nécessaire) que les banquiers sont fous furieux.  Les règles comptables qui régissent les banques américaines ont montré qu'elles étaient insolvables donc changeons les règles comptables, comme ça elles vont pouvoir continuer à foutre le bordel partout et personne ne le saura... Sauf celui qui perd sa maison, son travail, sa retraite.

Commentaires

1. Le samedi 14 mars 2009, 09:28 par alain ch'alla

il faut organiser la résistance "Poire poire poire poire... ici l'ombre.. Parisot ment, Parisot ment.. et sa clique également ...!" (pierre dac revu et corrigé par mes soins)

2. Le samedi 14 mars 2009, 09:39 par natilin

c'est dur pour un samedi matin.. mais tellement vrai !

3. Le samedi 14 mars 2009, 11:43 par Marianne68

Nous Trichet déclare c'est bientôt fini et DSK ne voit pas d'amélioration avant ?. Dire que l'on paye des mecs des fortunes pour nous faire de bonnes ou mauvaises prédictions . Je pensais qu'ils étaient payés pour trouver des solutions !

4. Le samedi 14 mars 2009, 11:53 par Moukmouk

Marianne--) Madame Soleil fait beaucoup pareil et surtout coute tellement moins cher

Natilin--) et puis ça défoule de l'écrire!

Alain--) Si tu livres un mauvais produit tu devras reprendre et rembourser. je propose que les économistes payent pour les dégâts qu'ils causent.

5. Le samedi 14 mars 2009, 16:01 par Dodinette

Ça se passe près de chez vous.

Gouvernement : Mais mais mais, que se passe-t-il donc, la CDD a des pertes, qu'on m'explique !
Public : ben, Gouvernement, c'est toi qui lui as dit de faire des profits il y a qqs années tu te souviens ?
Gouvernement : Ah non ah non, je n'ai jamais dit ça. J'ai dit que je n'allais plus m'en occuper, nuance.
Public : Ben tu vois ce qui se passe quand on le laisse à des "gestionnaires", dont tu as -soit dit en passant- toi-même avalisé la nomination ?
Gouvernement : Ah ben j'vais demander au gestionnaire en chef alors. Yousqu'il est celui-là ?
Public - Parti chez la "concurrence" pendant la débandade. Avec un gros chèque aussi, sorti tout droit de NOS poches.
Gouvernement - Ah bah puisqu'il est parti, j'peux rien faire, c'est lui qui a les clefs de ce mystère insondable.
Gestionnaire en chef - Oui bon alors spamafaute, c'est le Marché.
Parterre de gestionnaires à qui il s'adresse - ouioui, il a raison.
Public - ET NOS SOUS ALORS ? les retraites, le fonds des générations ? on va les récupérer où, quand, comment ?
Gestionnaire - Spa à moi qu'il faut demander, sto gouvernement.
Gouvernement - Ah ben tiens, je sais pas trop, alors nommons un nouveau Gestionnaire.

etc. etc.

6. Le samedi 14 mars 2009, 18:29 par Moukmouk

Dodinette--) oui, exactement! c.est la faute au marché! mais c'est quoi le marché? bin c'est ce qui se passait dans un village anglais du 18ième. depuis, on ne le sait pas.

7. Le samedi 14 mars 2009, 19:28 par alain digné

les 15 premières fortunes mondiales 2008
warren buffett 62 milliards de $ usa
carlos slim helù 60 m$ mexique
bill gates 58 m$ usa
lakshmi mittal 45 m$ inde
mukesh ambani 43 m$ inde
anil ambani 42 m$ inde
ingvar kamprad 31 m$ suède
kp singh 30 m$ inde
oleg deripaska 28 m$ russie
karl albrecht 27 m$ allemagne
li ka-shing 26,5 m$ hong kong
sheldon adelson 26 m$ usa
bernard arnault 25,5 m$ france
lawrence ellison 25 m$ usa
roman abramovitch 23,5 m$ russie
.................
et beaucoup de misères dans le monde

8. Le samedi 14 mars 2009, 19:32 par Moukmouk

Pas de chance le nouveau classement Forbes est sorti avant hier, l'oncle Bill est revenu en première place, Buffet a perdu vingt quelques milliards et l'armée privée du mexicain lui coute trop cher. La drogue tu sais ça n,est plus ce que c'était, comme rendement. Mais il y a encore plus de misère dans le monde.