Une faillite qui indique l'avenir

Le premier avril, AbitibiBowater annonçait qu'elle était incapable de s'entendre avec les détenteurs d'obligations au sujet d'une dette de 1,8 milliard de dollars US. Fallait s'y attendre.

AbitibiBowater est une méga-entreprise de production de papier de tous genres, qui gère une soixantaine d'usines surtout au Canada, aux USA et en Corée et exporte du papier dans 90 pays. Dans 90 pays peut-être, mais les grands quotidiens des USA constituent l'essentiel de son marché. Comme ceux-ci diminuent en taille ou font faillite, il est pas étonnant que le fabricant de papier soit en difficulté.

AbitibiBowater c'est le résultat de nombreuses fusions et acquisitions avec des endettements farfelus dont le but n'était pas d'améliorer la productivité, mais de procurer des bonis gigantesques aux dirigeants mégalomanes. C'est l'exemple même de la bêtise qui nous mène à la crise actuelle. Une entreprise qui ne cherchait pas l'innovation et l'efficacité, mais à faire de l'argent avec le boursicotage et les subventions des états.

Actuellement il y a des tentatives de repreneurs, des financiers qui cherchent les aubaines pour démanteler les entreprises et vendre les actifs ayant de la valeur en laissant tomber le reste. Les dirigeants comptent encore sur la grande taille de l'entreprise pour aller encore chercher de l'argent des gouvernements. Souhaitons que ces tentatives échouent.

Bien sûr pour le Québec, c'est une dizaine de régions dont l'activité principale était de couper le bois et de faire du papier journal qui vont se retrouver dévitalisées, et sans perspectives économiques. Mais comment peut-on espérer avoir un avenir quand notre produit c'est le papier journal? Pourquoi l'État investirait le moindre sou dans une industrie qui n'a plus aucun avenir? Si vous voulez investir dans l'industrie du fiacre hippomobile libre à vous, mais j'ai un doute sur votre capacité d'en vendre des milliers.

Sauf qu'en même temps, la disparition rapide de l'imprimé annonce un véritable changement de nos vies. La disparition du quotidien ne fait que mettre en évidence la prochaine disparition du livre. Oui, il va encore y avoir des livres pour un certain temps, comme il y a encore des disques vinyles qui sont produits et qui coutent des fortunes. De beaux livres, des œuvres d'art qui ne seront plus le support de la transmission de la connaissance, pas plus que les journaux ne sont le support de la transmission des informations.

Commentaires

1. Le samedi 4 avril 2009, 09:34 par Bismarck

Une bonne nouvelle pour les forêts?

2. Le samedi 4 avril 2009, 14:23 par Lune

La France vient bien de mettre quelques milliards dans l'industrie automobile...
Ça me fait plaisir de trouver quelqu'un qui pense comme moi que le livre papier va disparaître, je finissais par me sentir seule ! Par contre, inutile d'investir dans les ebooks, c'est une aberration, je crois à la convergence des outils, un ordinateur convient parfaitement !

3. Le samedi 4 avril 2009, 14:31 par Moukmouk

Lune--) tu as parfaitement raison pour le Ebook c'est pas encore prêt. Il existera très bientôt des écrans pliables qui nous donneront l'impression d'avoir une feuille dans les mains mais une feuille dont le texte change à la demande.

Bismarck--) une très bonne nouvelle. Faire du papier journal avec l'excellente fibre de bois du nord c'est une abérration.

4. Le samedi 4 avril 2009, 16:26 par Tili

Il me semble aussi que ces industries du papier sont très polluantes et empoisonnent la faune et la flore du nord, jusqu'aux humains (qui ont été priés de manger moins de poisson à cause du mercure).

5. Le samedi 4 avril 2009, 16:32 par Moukmouk

Tili--) exact, il y a eu certain progrès ici, mais ça demeure des entreprises très polluantes.

6. Le samedi 4 avril 2009, 17:30 par Saveur(s)

Bon je dois confesser un plaisir extrême au toucher du papier. Si c'était à refaire ce serait mon métier, le papier mais pas le papier journal. Oui c'est très polluant, cela prend beaucoup d'eau, même quand je recycle mes vieilles feuilles en pâte à papier pour me faire de nouvelles pages...

7. Le samedi 4 avril 2009, 17:35 par Moukmouk

Saveur--) mais tout à fait!! j'ai précisé qu'il y aurait encore des livres, et il y aura du papier comme l'imprimerie n,a pas détruit la calligraphie... Juste que ça deviendra un art et le prix sera en conséquence. Les japonais font depuis longtemps des papiers d'art et ce n'est pas l'électronique qui va changer cela, on s'entend.