Maki est de retour

J'ai entendu un Merle d'Amérique, celui qui a le ventre rouge. Tous les espoirs sont permis, il y aura un été.

Si je regarde mes notes, c'est une bonne semaine d'avance sur ses habitudes. C'est vrai qu'il fait super beau à Montréal. Par contre, un ami qui revient de la région de Pohénégamouk me dit que c'est toujours l'hiver là-bas, presqu'un mètre de neige de tombé depuis une semaine, et du vent qui fait des anges de poudrerie sur le lac.

Ma fenêtre est ouverte et je l'entends... celui-là n'est pas un grand chanteur, une douzaine de mots seulement. L'unique, le vrai Maki le merle, celui qui vit près de la ouache dans la forêt, j'ai pu compter plus de trente mots différents. C'est peut-être de ma faute, j'ai passé de nombreuses heures à écouter celui de là-bas, alors que je ne fais qu'entendre celui-ci distraitement, il faut que je travaille. On m'a demandé si les sonars utilisés pour mesurer l'épaisseur et la formation de la glace en Arctique pourvoit nuire au mammifères marins.

J'en ai déjà parlé, plusieurs sonars affectent les mammifères marins, les sonars militaires de combats pouvant même tuer des baleines. Un groupe du Woods Hole Océanographic Institute vient de mesurer à Hawaii que même à grande distance, les sonars peuvent affecter l'audition des dauphins,  les rendre sourds pour des périodes plus ou moins longues. Est-ce que les sonars automatiques posés au fond de l'océan Arctique qui mesurent le développement de la glace peuvent avoir des effets similaires sur les phoques et les bélugas? Et les nouveaux sonars en développement pour trouver les failles et les faiblesses dans la glace, pour que les brises-glaces trouvent plus facilement des chemins, affectent-ils les organismes vivants? Je ne sais pas. C'est un vaste domaine d'étude et ça dépend des longueurs d'onde et sans doute de la géographie des fonds comme des strates de température dans la colonne d'eau. Comment démontrer?

Les épaulards utilisent un cri pour paralyser les petits poissons, le cri des Chouettes des Neiges fige les lemmings, alors pourquoi les machines de l'homme ne tueraient pas les baleines? C'est pour cela que je dis souvent que plutôt que de crier, il vaudrait mieux écouter, nous comprendrions peut-être un peu mieux ce qui se passe autour de nous.

Mes grandes questions n'intéressent pas Maki le merle, lui il dit à tous les merles de ne pas entrer dans son espace à lui. J'ai déjà dit qu'il était paresseux,  mais il faut dire aussi qu'il attire à lui les prédateurs, ce qui protège sa belle et son nid.

A bien l'écouter, je me demande s'il n'est pas en train de me dire qu'il est un peu triste. Il a hâte de se mettre au travail, mais il doit attendre avant de monter plus au Nord.

Commentaires

1. Le mercredi 15 avril 2009, 08:32 par Saveur

Et si tu venais à Paris avec Maki dans ta poche, nous aurions de jolis merles à ventre rouge en France. Ce serait chouette. peut être qu'il aimerait l'Est autant que le Nord. Les merlettes d'ici sont très jolies aussi ! Qu'en penses-tu ?

2. Le mercredi 15 avril 2009, 16:13 par Dodinette

je suis sûre que ce n'est pas une question d'écouter vs. entendre, mais une question d'environnement. Maki-de-Brossard (quelle noblesse) n'a comme environnement que des moteurs bruyants et monocordes, alors comment veux-tu qu'il enrichisse son vocabulaire ! alors que dans la ouache, c'est plein de sons différents, d'amis et ennemis à identifier, de milieux à apprivoiser, d'odeurs à humer et de bonheur à dire.
tous les êtres vivants fonctionnent de la même façon : plus tu leur en donnes, plus ils vont en donner eux-mêmes. si l'input est nul, faut pas s'étonner que le résultat soit pourri.

(emmène-le dans la ouache celui-ci, tu verras que j'ai raison)