L'hypothèse Swahili

Les mâles chanteraient de mieux en lieux parce que les femelles se laissent moins facilement séduire... une hypothèse qui mérite réflexion.

Swahili me fait part d'un article qu'elle a lu quelque part, les oiseaux mâles chanteraient mieux parce que les conditions de reproduction sont plus difficiles et que les oiselles se feraient prier d'avantage avant d'accepter de faire une nichée. Belle hypothèse, mais de prime abord, j'ai beaucoup de questions.

Même si je ne suis pas un scientifique, je sais bien que le premier travail du chercheur et de confronter les hypothèses des petits copains. Comme ça les mâles chanteraient mieux ? Qu'est-ce que mieux pour une oiselle ? Comment vraiment évaluer la performance d'un chanteur ailé quand l'oreille humaine n'en perçoit que 30 à 40% habituellement ? Depuis quand chantent-ils mieux ? Depuis que nous avons des instruments plus performants pour les enregistrer ?

Les conditions de reproduction sont-elles vraiment plus difficiles ? C'est vrai que les grandes monocultures réduisent la diversité biologique et défavorisent certaines espèces, mais est-ce que les espèces favorisées chantent moins bien ? Malheureusement, nous ne pouvons pas comparer avec des périodes franchement défavorables comme le petit age glacière du quatorzième siècle...

Sauf qu'en trente ans de suivi du discours des chanteurs à plumes, j'ai aussi l'impression que le chant s'est raffiné, que les discours sont plus élaborés et qu'il y a davantage de partitions originales. Oui la qualité des instruments mis à ma disposition se sont tellement améliorés qu'il n' a pas de comparaison possible. Et qu'avec le temps je deviens totalement gâteux et que le moindre gazouillis des pitpits brun, la moindre fanfaronnade d'un merle me plongent dans le bonheur.  

Et comment les oiseaux sauraient que les conditions de reproduction sont plus difficiles ? L'emploi des plastifiants a réduit de plus de 50% la spermatogénèse des humains en moins de 60 ans et pourtant, que je sache, personne ne crie qu'il faut immédiatement cesser l'utilisation des plastiques qui menace dans un horizon très proche la survie des bipèdes sans plume ? Les insecticides rendent la coquille des oeufs trop fragile ? mais c'est vrai après la ponte pas avant, voyons ça ne peut pas m'arriver à moi ! Pourtant combien de couples ont besoin de la reproduction assistée ? est-ce que ça les empêche d'avoir le gout de faire l'amour ? Pourquoi assumer que les oiseaux font une relation de cause à effet entre faire l'amour et avoir des petits alors que cette relation n'existe pas pour au moins le quart de l'humanité ?

Sauf que, j'ai bien envie de croire que les oiseaux chantent mieux. Enfin certaines espèces font plus de progrès que d'autres, les étourneaux sansonnets, les roselins entre autres j'en suis presque certain. Si bien que les roselins, ce Tino Rossi des bosquets,  se font choisir par des oiselles de toutes tailles et plumages. 

Le brame est très important pour les biches, le chant des baleines joue un rôle clé dans la séduction. Et le discours du mâle humain? S'est-il raffiné? ou compte-t-il davantage sur son plumage fait de voitures rutilantes, de vêtements griffés et de parades dans des lieux choisis ? 

En tant qu'ours, j'ai perdu trop de poil pour me fier à ma seule parure, alors je grogne et chante en suivant l'exemple des oiseaux mes maîtres.

Commentaires

1. Le mardi 26 mai 2009, 20:09 par Lune

Moi je pense que les oiseaux chantent mieux parce qu'ils améliorent la technique au fil des ans et des siècles. Pourquoi les humains seraient-ils les seuls à progresser dans leurs connaissances et savoir-faire ?

2. Le mardi 26 mai 2009, 20:13 par la Mère Castor

C'est joli la théorie de Lune. Est ce qu'ils chantent mieux ou bien est ce qu'on les écoute mieux ?

3. Le mercredi 27 mai 2009, 05:31 par Moukmouk

Mère Castor--) Oui je pense que tu as raison, nous les écoutons mieux et surtout nous avons de meilleurs outils pour le faire

Lune--) je me méfie un peu du progrès mais tu as sans doute raison, nous avons moins peur des dieux.

4. Le mercredi 27 mai 2009, 07:51 par swahili

Merci pour ta réponse qui vaut l'honneur d'un billet !
L'info vient du site internet de Libération et serait issue d'une étude américano-canadienne, je t'avoue que je n'ai pas cherché plus loin mais je vais le faire.
Ta question sur le rapport que font les oiseaux entre faire l'amour et se reproduire m'intrigue. Je croyais que le lien était évident chez nos amis les bêtes !
Quant à l'espèce humaine, le bling-bling aurait plutôt un effet repoussoir pour nombre d'entre nous !!

5. Le mercredi 27 mai 2009, 08:41 par swahili

Voilà : j’ai trouvé le résumé de l’article en question, publié dans la revue « Current Biology » (http://www.cell.com/current-biology...)01060-4) et la dépêche AFP (http://www.google.com/hostednews/af...).
Les chercheurs ont analysé 100 enregistrements de 29 espèces de passereaux moqueurs réparties dans le monde et les ont comparés avec les relevés climatiques correspondants. Les résultats ont montré un chant plus élaboré lorsque les conditions météo étaient capricieuses. Selon eux, le chant des mâles est destiné, entre autres, à se faire élire par une femelle, et la qualité du chant est liée à celle de leur descendance.
Cette adaptation aux conditions difficiles pourrait participer à l’évolution de l’espèce.

6. Le mercredi 27 mai 2009, 15:53 par Mandrill Sphinkx

Houlà ! ben j'espère que le climat va vite arrêter de se dégrader, parce que je chante comme une casserole moi...

7. Le jeudi 28 mai 2009, 08:46 par Agathe

En train de lire le "Manuel universel d'éducation sexuelle à l'usage de toutes les espèces" d'Olivia Judson, je vous amène des éléments dès que j'en trouve.

8. Le jeudi 28 mai 2009, 10:49 par Dame Béa

Cher Moukmouk, surtout, continue à te fier à ta seule parure, n'hésite pas à y ajouter du chant et des grognements, je les adore. Et voitures rutilantes, vêtements griffés et lieux en vogue sont bien piètres parures à côté de la tienne.