Un geste pour sauver nos enfants.

Enfin, depuis le temps que je gronde et que je hurle, le gouvernement Obama vient de présenter une loi pour bannir les antibiotiques de l'alimentation animale.

Peut-être ne le saviez-vous pas, mais les agriculteurs ajoutent aux rations pour les animaux d'élevage, des quantités importantes d'antibiotiques pour permettre plus de promiscuité dans les troupeaux, et favoriser une croissance plus rapide. Or même si la plupart de ces antibiotiques sont métabolisés et dégradés avant d'atteindre votre assiette, il en demeure pas moins qu'ils rentrent en contact avec les bactéries présentes partout et y compris dans les élevages, avec comme résultats qu'elles développent progressivement des résistances. Aux USA c'est au moins 70% des antibiotiques utilisés qui sont servis dans l'alimentation animale.

Le pire c'est qu'on utilise pas seulement des antibiotiques bas de gamme ou moins utilisés dans les hôpitaux, mais au contraire les armes les plus puissantes comme la vancomycine et le linézoïde, qui sont la dernière ligne de défense contre ces bactéries. Et voilà, il y a des entérocoques et même une famille de staphylocoques qui sont maintenant résistants. Le lance-flamme demeure la seule méthode sûre de les détruire (et l'humain porteur avec).

La loi que propose les USA interdira de donner des antibiotiques à des animaux sains, et que pour les animaux malades qu'ils soient prescrits et donnés sous la supervision d'un vétérinaire. Les marges de profits étant insuffisantes pour payer le vétérinaire, l'animal malade se retrouvera fort probablement à l'équarrissage.

Les opposants à cette proposition de loi parlent d'une véritable catastrophe parce que le prix de la viande de bœuf, des volailles et du porc va augmenter d'au moins 30%. Autrement dit, une régie de production qui favorise la santé animale coutera que 30% de plus. Heureux, très heureux d'apprendre cela. Pour moi, c'est un argument de plus pour faire voter cette loi au plus tôt. En plus un représentant de l'industrie porcine déclare ; « qu'il n'y a pas de bonnes études qui démontrent un lien direct entre l'utilisation des antibiotiques dans l'alimentation animale et des maladies humaines. » Bien sûr, gros crétin, le lien n'est pas direct, il passe par une bactérie mutante.

Si elle passe, les résultats de cette législation seront non seulement profitables pour la santé de vos enfants, mais aussi entraineront, je l'espère, une diminution de la production de viande, production tellement polluante. Il faut en venir rapidement à la production de la viande en usine par croissance cellulaire ( l'Université le fait déjà), la seule façon possible pour fournir en protéine 7 milliards d'humains sans vider les mers et épuiser le sol.

Ajout : il y a un problème avec mes commentaires, je ne peux plus en faire, donc vous répondre. Mon Ange Gardien va sans doute s'en occuper bien tôt.

En attendant, la viande par croissance cellulaire : il s'agit de prendre des cellules souches (de boeuf par exemple) et de leurs demander de faire du muscles. Pas de gaspillage, beaucoup moins d'énergie, pas d'abattoir, pas de pollution de l'eau... On en fait déjà dans les universités, bientôt la production industrielle. Je ne sais pas si c'est la bonne solution. Mais je sais que c'est une solution nécessaire si on veut survivre à 7 milliards sans tout détruire.

Commentaires

1. Le mardi 14 juillet 2009, 16:56 par Saveur(s)

C'est la stratégie des petits pas, sauf que là, c'en est vraiment un grand ! Chapeau à Barack Obama et son courage politique.

2. Le mardi 14 juillet 2009, 21:54 par Dame Béa

Bon, arrêter de donner des antibio aux animaux, chapeau et bravo, que tout le monde suive cet exemple, produire moins de viande, surtout dans les conditions dans lesquelles ces pauvres animaux sont élevés, encore bravo. Mais de là à produire la viande en usine, stop, je ne suis pas d'accord. Je préfère opter pour un régime largement plus végétarien et pour beaucoup moins de gâchis. Tu ne crois pas que ce serait aussi une bonne solution ?

3. Le mercredi 15 juillet 2009, 08:16 par Une jumelle ou Béa

assez d'accord avec Dame Béa (entre Béa on se comprend)
Ca veut dire quoi exactement la production de viande en usine par croissance cellulaire ???
Ce serait pas de l'élevage en batterie par hasard ?
On peut très bien produire de la viande dans de bonnes conditions pour les bêtes, sans être de gros pollueurs. Il faut des troupeaux plus petits, moins de gâchis et nous mettre à un régime légèrement plus végétariens. Ce serait un comble de tout industrialiser !!

4. Le mercredi 15 juillet 2009, 12:57 par Sara

Ça pour une bonne nouvelle, c'est une bonne nouvelle!
Et si le prix de la viande augmente, ça ne sera pas plus mal. Ici, les gens sont très "carnivores", c'est viande à tous les repas, je ne sais pas comment leur estomac supporte.
Par contre, ça ne me dit trop rien de manger de la viande par croissance cellulaire, je préfère ne pas en manger du tout. Enfin, il faudrait d'abord que je goûte avant de juger :-)

5. Le mercredi 15 juillet 2009, 13:14 par dieudeschats

Ce serait une très bonne nouvelle, si cette loi passait ! Tiens-nous au courant.
Béa> non la croissance cellule n'a rien à voir avec l'élevage en batterie, a priori le nom laisserait plutôt entendre des pratiques de laboratoire...
Une chose est certaine, la solution passe par manger moins de viande.

6. Le mercredi 15 juillet 2009, 13:36 par Moukmouk

Tous--) la croissance cellulaire, c'est de prendre une cellule ( ou des) souche d'un boeuf par exemple et la faire se multiplier dans des conditions controlées pour faire du muscle. C'est du muscle de boeuf comme on en achète à la boucherie, sauf qu'il n'y a pas eu d'animaux abattus et beaucoup moins de pollution parce que toute l'énergie est utilisés à faire du boeuf.

Ça semble bizarre, mais on va y venir très rapidement.

7. Le mercredi 15 juillet 2009, 13:47 par Moukmouk

Oui, il s'agit bien de croissance cellulaire, on prend une ( ou des) cellule souche de boeuf et on la fait se multiplier dans des conditions contrôlées pour avoir du muscle... De la viande très tendre, grasse comme on le décide, qui est beaucoup moins polluante parce que toute l'énergie est utilisée à faire de la viande, plus besoin de système digestif, de coeur etc... Plus besoin d'abattre des animaux.

Je ne suis pas sûr que c'est la bonne solution, mais si on veut nourrir plus de 7 milliards de personnes et survivre, il faudra en arriver là.

8. Le mercredi 15 juillet 2009, 20:28 par L'indien citadin

Moukmouk --) Cette proposition de loi est un vrai progrès. C'est la preuve que l'action individuelle fini par peser sur le politique.

Tous--) je suis moi aussi particulièrement sceptique sur la viande à base de croissance cellulaire. Ce n'est pas pour moi en tout cas ! et pas besoin de cela pour nourrir la planète, mangeons moins de viande.

L'augmentation du prix devrait avoir un effet bénéfique. Un autre accélérateur consisterait à créer, comme pour le carbone, une taxe H²0 ; cela finirait de rendre l'élevage intensif du bœuf non viable et nous conduirait à changer notre mode de vie.

Vive les taxes écologiques !

9. Le vendredi 17 juillet 2009, 09:47 par Une jumelle ou Béa

Je suis d'accord avec toutes ses belles idées de moins polluer, nourrir tout le monde, trouver des solutions.... Mais si on part dans ce sens là, fini les spécialités ! J'aime les différences de goût, la recherche de la saveur, et la charolaise n'a pas du tout le même goût que le Kobebeef. C'est un exemple grossier mais la différence des sols est la base de la gastronomie. C'est valable pour tous les produits, légumes, fruits, fromages, vins évidemment...... Il est pour moi hors de question de gâcher tous ces trésors de terroirs au profit de l'uniformité dans l'assiette. C'est probablement la réflexion typique d'une européenne qui a les moyens de manger à sa faim tous les jours, mais la solution existe sûrement dans des comportements plus responsables, et une agriculture raisonnable et contrôlée. Les AMAP sont un très bon exemple, il n'y a plus de surproduction.